Double XHistoire

À la source de la règle «le masculin l'emporte sur le féminin»

Pierre Marti, mis à jour le 10.11.2017 à 15 h 45

Je crois que je me suis auto-radicalisé sur Gallica, en lisant les 719 pages de «Liberté de la Langue Françoise, dans sa pureté», un pamphlet de 1651 signé Scipion Dupleix.

Via Gallica.

Via Gallica.

Depuis quelques jours, Slate.fr s’est engagé en faveur d’une forme plus inclusive d’usage de la langue française, en choisissant de privilégier l’accord de proximité. Étrangement, la question suscite la colère de personnes ne s’intéressant d’ordinaire guère à la grammaire mais désormais fermement opposées à ce que l’on admît de légères modifications dans son usage.

Sous un article publié en ligne par un quotidien français, on ne décolère pas: «Aucun débat à avoir là dessus, une règle de grammaire ne se change pas, même pour complaire les désirs de féministes frustrées». Un commentaire mentionnant l’accord dit «de proximité» longtemps usité en français est réfuté par l’argument: «Arrête de raconter des conneries, la grammaire ne doit pas changer». Plus bas, on songe aux dégâts à venir: «Comment débiliser encore davantage le peuple, en appauvrissant la langue».

Pendant ce temps sur certaines plateformes vidéoludiques, la dialectique continue: «Le jour j’apprends que la prof apprends cette écriture nocive à mon gosse je vais la voir et lui met deux baffes», courageuse menace violentant pour le moment surtout l’accord des verbes apprendre et mettre. D’autres critiques dévastatrices portent ici et là des coups terribles à la «rééducation idéologique» à l’œuvre, mais on ne peut que constater le caractère composite de la résistance aux «féminazis».

Malgré de nombreuses lectures de remarques passionnées issues d’articles de presse, de la vénérablement stérile Académie française et de son antichambre de nouveaux fans sur Twitter, il m’a semblé extrêmement difficile de trouver une synthèse cohérente des arguments des opposantes et opposants au mode de pensée, au parler et à l’orthographe inclusives.

Au prix d’un voyage dans le passé rendu aisé par les technologies modernes, j’ai heureusement pu trouver trace d’un tel argumentaire, dont je fais don aux militantes et militants qui en auraient l’usage.

Décadence

Sa langue étant paraît-il aujourd’hui sous la menace d’un «péril mortel», la France peut du moins se consoler par le fait de disposer de son histoire à portée de quelques clics grâce à Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

Les traces des grands hommes ayant contribué à l’édification de notre idiome commun s’étendent parmi un grand foisonnement. Il y a les grands auteurs et auteures du XIXe siècle, les philosophes du XVIIIe siècle, les poètes et poètesses, les philologues, les dramaturges. Notre langue est universelle, comme le démontrait Rivarol en 1784, dans sa perfection sculptée par Malherbe, Boileau et les autres.

C’est au XVIIe siècle que se joue une grande partie de son cisèlement minutieux, notamment avec Vaugelas et ses Remarques sur la Langue Françoise (1647), alors que commence à étendre son influence l’ineffable Académie française, fondée par Richelieu en 1635.

Liberté de la Langue Françoise, dans sa pureté est l’œuvre de «Messire Scipion Dupleix, Conseiller du Roy en ses Conseils d’État & Privé, & et Historiographe de France», polygraphe en croisade contre la bien-pensance et la décadence du pays: «C’est que j’ay considéré que la corruption du siècle paroit si extreme en France pour ce qui est de l’exercice des bonnes letres».

Ce qui suit est la petite histoire du volumineux (719 pages) pamphlet d’un écrivain attaquant violemment certaines figures en vue à la cour royale, «beaux esprits de ce temps» affairés à réformer la langue française au lieu de la prendre comme elle est, semblables «à ceux qui ne se trouvant pas assez adroits pour joüer du lut, apprennent à joüer de la guiterre»!

Les linguistes et les idéologues pinaillent, les babos font de la guiterre: nous sommes en 1651 et il est déjà certain que tout fout le camp au pays de Richelieu, Louise Labé et Nuit debout.

Source: gallica.bnf.fr

De la bizarrerie grammaticale

Près de quatre siècles plus tard, le nom de Scipion Dupleix est largement oublié, mais on se souvient parfois que cet auteur participa à l’élaboration de la tradition selon laquelle «le masculin l’emporte sur le féminin» dans la morphologie flexionnelle du français.

Ce livre ne parle pas que de cela, loin de là, mais s’il n’est la seule source de la tradition masculiniste chez les grammairiens français, il montre bien quel rôle a joué l’autorité de celle-ci dans au sein d’un débat sur l’évolution et la stabilisation de notre langue.

Pour Dupleix, la question du genre dans la langue n’est qu’un des aspects d’une bataille générale dont l’enjeu est un ensemble de «bizarreries Grammaticales, par lesquels certains Critiques syllabaires, raffineurs de style, enervent & affaiblissent notre langue». Non contents de «l’affaiblir», ceux-ci «la destruisent» et «dressent des crois aux esprits studieux de l’elegance, au lieu de leur produire quelque instruction methodique» (p.iii).

On l’a compris, Scipion Dupleix a mal à sa France: il lui semblerait que les professeurs de grammaire feraient mieux d’enseigner selon les méthodes ancestrales au lieu de compliquer les choses pour notre jeunesse. Celle-ci est visiblement en perte de repères, comme le montre son goût pour les œuvres littéraires les plus viles et les moins dignes d’intérêt. En effet, l’incurie est totale: «De là vient que les Romans (dont la pluspart ne tendent qu’à dresser des pieges à la jeunesse pour la desbaucher) tissus d’un style à la mode, sont plus curieusement feüilletés que les livres qui instruisent à la pieté, aux bonnes moeurs, & aux disciplines speculatives» (p.5-6).

Dupleix se refuse d’abord à nommer ses adversaires, «afin qu’il ne semble pas qu’en les nommant je les veuille flater», mais c’est bien du terrible grammairien Claude Favre de Vaugelas qu’il s’agit. Celui-ci, des ouvrages de ses contemporains, avait publié précédemment son précis de grammaire et d’orthographe aux conclusions opposées à celles que Dupleix défendait et, tel un lâche élitiste, les considérait valides parce qu’elles étaient approuvées par les courtisanes et courisans.

Dupleix ne se montre guère plus sympathique, débutant son développement par quelques menues pages d’autocongratulation où il se félicite de ses oeuvres passées et invite qui veut bien le croire à plaindre celui qui a «donné au jours divers ouvrages d’excellent, haut & serieux argument» et se trouve maintenant contraint de s’abaisser à s’occuper de grammaire.

Le français de Dupleix

La façon-même dont Dupleix parle du «François» trahit une langue qui n’est pas encore tout à fait la nôtre: même pour 1651, Dupleix est un littéraire à l’ancienne. Il dit par exemple «Oiez» et «Oyez» (p.116) pour qu’on l’écoute bien, utilise l’expression «beaucoup meilleure» (p.701) et affirme doctement qu’il faut «toujours dire “je puis”, & non pas “je peux”» (p.683).

Son ennemi Vaugelas se prononce quant à lui contre le maintien dans le français correct d’expressions qui ne «s’employent plus guerres dans le beau style» (mais redeviendront à la mode plus tard): en somme, finalement, bref, Dupleix n’aime pas trop les contraintes. Il préfère la langue inventive et touffue des humanistes du XVIe siècle plutôt que la rigueur du XVIIe siècle et dit du français de son temps qu’il est trop «grammatizé».

Il faut reconnaître que Dupleix se veut d’abord un défenseur de la liberté d’écrire selon l’usage de chacun. Il cite la Mothe-le-Vayer, qui affirme à juste titre: «En verité il n’y rien de plus ennemi des productions ingenieuses ces soins trop exquis du langage.» Et poursuit: «Un homme qui travaille de la sorte dans une crainte perpetuelle de pecher contre les regles de Grammaire, ressemble proprement à ceux qui cheminent sur la corde, que l’apprehension de tomber ne quitte jamais» (p.19).

En dépit de ses rigidités, Dupleix a une philosophie linguistique assez ouverte à l’usage plutôt que centrée sur la norme. Il affirme notamment que «celuy qui a droit de destruire, la pareillement d’édifier comme respectivement celuy qui a droit d’édifier, l’a aussi de destruire» et se réclame du poète latin Horace qu’il cite en traduction française:

«Plusieurs mots abolis de nouveau floriront
  Et les plus florissans soudain se fletriront
  Si l’usage le veut, qui a et droit et titre
  De regler la langage en souverain arbitre
»

Source : gallica.bnf.fr

Oui, il est bien écrit «LA langage» (p.95), usage étrange à nos oreilles qui en évoque beaucoup d’autres abordés par Dupleix. Peuvent être alors tant féminins que masculins par exemple «erreur» (p.344), «Absinthe» et «Poison» (p.121), «Aigle» et «Fourmy» (p.148), tout comme «Foudre» (p.667), tandis que «L’amour» est «indifferemment masculin ou féminin», quoique son pluriel invite souvent au féminin comme dans le proverbe «il n’y eut jamais de laides amours, ny de belles prisons» (p.142).

On apprend au passage qu’il y eut un jour un débat sur la graphie du mot «hirondelle», qui s’est imposé face à «Arondelle» et «Herondelle», comme le souhaitait Dupleix par conformité au mot latin Hirundo.

Masculin/Féminin

Contre la glottophobie de Vaugelas, Dupleix défend les langues régionales, en l’occurrence le gascon, qui est, parmi d’autres, «une façon de parler propre à certaine nation, païs, ou province» (p.168).

Il lutte même contre le parisianisme en préférant le parti des écrivains à celui des jet-setteurs: «Le sieur de Vaugelas donne la preference aux Courtisans. Mais pour moy, je voudrois en ce doute laisser le choix à la liberté d’un chacun: avec cete distinction que parmy les Courtisans je parlerois comme eux, & qu’ailleurs, mais principalement en escrivant, j’imiterois les doctes Auteurs, qui avec cela excelleroient en la pureté & en l’elegance du style» (p.48). C’est là que le bât blesse.

La critique de Dupleix n’est pas bien sûr une anachronique attaque contre les élites, mais contre les salons parisiens où l’on parle de belles lettres dans un milieu raffiné. Un milieu hautement féminin, à l’image du salon littéraire de Catherine de Rambouillet, moment important dans l’histoire de l’accès des Françaises à la vie littéraire. Qu’une proposition issue de ce milieu soit défendue par Vaugelas et Dupleix y voit une forme de «complaisance envers les femmes», rien à voir avec les forumeurs de 2017. 

Heureusement pour Dupleix, «les hommes judicieux trouvent ce changement aussi effeminé que ridicule & tiennent cet adoucissement ou plustot ramolissement de langage pour une preuve du relaschement de la generosité & vigueur masle des François» (p.320).

Pour notre grammairien, favorable à la liberté de création, à l’usage, au changement linguistique, l’élaboration du français correct ne peut être qu’une affaire d’hommes. Dès lors, l’ouverture de Vaugelas à l’opinion des femmes de la cour et à la féminisation du langage ne peut selon Dupleix être qu’une affaire d’arrivisme plutôt que de grammaire. Il condamne: «C’est plustot un excez de complaisance ou de flaterie envers les Courtisans & envers le sexe feminin, qu’un axiome pour establir l’elegance & la pureté du style» (p.10).

Lettres classiques et misogynie

On comprend que chez Dupleix, les femmes ne doivent éventuellement qu’en dernier recours être consultées sur les questions de langue mais, de préférence, pas du tout. Et de railler Vaugelas qui, sur une certaine question lexicale avait voulu l’«appuyer de l’autorité des femmes, qu’il avoit consultées (dit-il) sur ce sujet: comme si à la Cour & à Paris il n’y avoit point d’homme assez capables de donner advis touchant la regularité &pureté d’une locution Françoise» (p.266).

Permettre d’associer les femmes de lettres de Paris à la définition de la langue française était «ridicule», à moins que les femmes ne puissent «de tout temps», remplir deux conditions:

- «L’une, qu’elles soient bien instruites aux regles de la Grammaire, pour sçavoir sa congruité; & et aux preceptes de la Rhetorique, pour juger de l’elegance & de la pureté des termes & des phrases.»

- «L’autre, qu’elles soient bien versées en la langue Latine, & mesmes en la Greque, afin de sçavoir la force de l’expression d’une infinité de mots que la nostre emprunte de l’un, & de bon nombre qu’elle a tiré de l’autre.»

Conclusion:

«Et de Cela etant ainsi, où se trouveront des femmes qui aient ces deux conditions? & s’il y en a quelques-unes aujour-d’huy (dont je n’ay pas la cognoissance) qui nous asseurera de la succession d’autres de pareille capacité?» (p.25).

Dupleix n’envisage évidemment pas que les femmes soient formées au même titre que les hommes et croit pouvoir se contenter de constater que la principale étude du langage par les femmes «consiste en lecture des romans du temps» (p.191)...

Voilà le contexte intellectuel de l’origine du principe ayant abouti à la croyance que selon laquelle, en matière de genre grammatical, «le masculin l’emporte sur le féminin».

Dupleix n’est pas le seul à avoir exprimé cette idée, et il faut pour se faire une idée de la violence de ce principe dans son contexte mettre sa diffusion en perspective. Sa formulation exacte est la suivante:

«Parce que le genre masculin est le plus noble, il prevaut tout seul contre deux ou plusieurs feminins, quoy qu’ils soient plus proches de leur adjectif. Par exemple, le travail, la conduite & la fortune joints ensemble peuvent tout» (p.696-697).

Source: gallica.bnf.fr

Comme cela est désormais bien connu et sera sans doute répété un peu trop tant que cela s’avérera nécessaire, un siècle auparavant, Ronsard privilégiait l’accord de proximité, ainsi que Racine, parmi d’autres bien entendu, en fit l’usage.

Ce n’est que plus tard que l’accord masculin s’imposa, avec des auteurs comme Napoléon Landais qui suivirent l’esprit et la lettre de l’argument de Dupleix pour affirmer que «quand les deux noms auxquels un adjectif se rapporte sont de différents genres, on met l’adjectif au pluriel et au masculin. [...] La raison qu’on en donne est que le masculin est le genre le plus noble». 

Que retenir donc de Dupleix? Pas grand-chose, ses livres ayant sûrement aujourd’hui une valeur surtout documentaire, mais un passage dans son œuvre et celle de ses contemporains permet tout simplement de constater la réalité du lien entre l’évolution de la langue française dans son histoire et les moments de réaction masculiniste primaire face aux rares tentatives de féminisation de celle-ci.

Ceux qui ont besoin de croire qu’il faut médailler les mâles lorsqu’ils ne se montrent pas misogynes pourront toujours se consoler de lire sous la plume de Dupleix une règle de grammaire aux accents inclusifs: «Un homme parlant à une fille, peut dire fort bien, je suis plus beau que vous: & une fille à un homme, je suis plus vaillante que vous» (p.129), preuve s’il était besoin d’en apporter qu’il n’est d’homme sans qualité, de système sans exception, de tradition sans évolution.

Pour mieux juger de la réelle possibilité que le progressisme, l’usage et l’histoire alliées fassent doucement leur œuvre, il faudra se reporter à des travaux plus sérieux que cette chronique, tels ceux d’Éliane Viennot, ou encore le numéro des Cahiers de Linguistique publié sur ce sujet en 2015.

 

Pierre Marti
Pierre Marti (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte