Culture

Un chauffeur de taxi a passé trente ans de sa vie à photographier ses passagers

Temps de lecture : 2 min

Ryan Weideman a immortalisé ses clients pour en tirer de sublimes clichés en noir et blanc.

Capture d'une photo de Ryan Weideman via Instagram.
Capture d'une photo de Ryan Weideman via Instagram.

Avant d'être taxi, Ryan Weideman voulait être photographe. Dans les années 1980, diplôme d'art en poche, il s'installe à New York dans l'espoir de réaliser son rêve et vivre de sa passion.

Malheureusement, la route vers le succès est longue et contraint le jeune Californien à trouver un job alimentaire pour payer son loyer. Il décide alors de devenir chauffeur de taxi; une activité qui lui permettra de joindre l'utile à l'agréable.

Et pour cause. Il s'en passe des choses, à l'arrière d'un taxi à New York. Ryan Weideman perçoit ses courses comme de brefs instants de partage durant lesquels les passagers livrent, chacun à leur manière, un bout de leur histoire. Une source inépuisable d'inspiration, pour le photographe, qui mènera à bien ce projet –baptisé «In My Taxi»– pendant près de trente ans.

Le résultat? Des centaines de clichés saisissants, en noir et blanc, et désormais exposés dans de prestigieuses galeries, comme à l'Art Institute of Chicago ou le Brooklyn Museum.

Ryan Weideman, Homage to Robert Frank, 1987, Gelatin silver print #ryanweideman #nyctaxi #cabculture #homage #robertfrank #gelatinsilver #brucesilverstein

Une publication partagée par Bruce Silverstein Gallery (@brucesilverstein) le


#ryanweideman #photographer #passengers #nyc #1982 #blackandwhitephoto

Une publication partagée par Nancy (@nancymurphycarroll) le



Slate.fr

Newsletters

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

Cette année-là, nombre de chansons véhiculaient la peur du bug qui nous aurait fait passer sans transition de 1999 à 1900.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

Philippe Pujol, prix Albert Londres en 2014, signe un réquisitoire implacable contre le système politique marseillais, à l'heure où Jean-Claude Gaudin s'apprête à céder son fauteuil de maire.

Newsletters