Culture

Un chauffeur de taxi a passé trente ans de sa vie à photographier ses passagers

Temps de lecture : 2 min

Ryan Weideman a immortalisé ses clients pour en tirer de sublimes clichés en noir et blanc.

Capture d'une photo de Ryan Weideman via Instagram.
Capture d'une photo de Ryan Weideman via Instagram.

Avant d'être taxi, Ryan Weideman voulait être photographe. Dans les années 1980, diplôme d'art en poche, il s'installe à New York dans l'espoir de réaliser son rêve et vivre de sa passion.

Malheureusement, la route vers le succès est longue et contraint le jeune Californien à trouver un job alimentaire pour payer son loyer. Il décide alors de devenir chauffeur de taxi; une activité qui lui permettra de joindre l'utile à l'agréable.

Et pour cause. Il s'en passe des choses, à l'arrière d'un taxi à New York. Ryan Weideman perçoit ses courses comme de brefs instants de partage durant lesquels les passagers livrent, chacun à leur manière, un bout de leur histoire. Une source inépuisable d'inspiration, pour le photographe, qui mènera à bien ce projet –baptisé «In My Taxi»– pendant près de trente ans.

Le résultat? Des centaines de clichés saisissants, en noir et blanc, et désormais exposés dans de prestigieuses galeries, comme à l'Art Institute of Chicago ou le Brooklyn Museum.

Ryan Weideman, Homage to Robert Frank, 1987, Gelatin silver print #ryanweideman #nyctaxi #cabculture #homage #robertfrank #gelatinsilver #brucesilverstein

Une publication partagée par Bruce Silverstein Gallery (@brucesilverstein) le


#ryanweideman #photographer #passengers #nyc #1982 #blackandwhitephoto

Une publication partagée par Nancy (@nancymurphycarroll) le



Slate.fr

Newsletters

Égales, même dans la barbarie

Égales, même dans la barbarie

Un nouvel ouvrage historique montre que les femmes esclavagistes aux États-Unis étaient aussi brutales que les hommes et tiraient autant parti qu’eux de l’exploitation humaine.

Comment savoir si quelqu’un a du talent aux échecs?

Comment savoir si quelqu’un a du talent aux échecs?

S'il vous manque ces qualités, vous ne pourrez pas briller dans cette discipline.

Le jour où Żuławski m'a possédée

Le jour où Żuławski m'a possédée

Le critique Jérôme d'Estais vient de publier un essai autour du film réalisé par Andrzej Żuławski en 1981, un long métrage hanté par la prestation habitée d'Isabelle Adjani.

Newsletters