Monde

Beaucoup d'auteurs de tueries de masse ont un point commun: les violences domestiques

Temps de lecture : 3 min

De nombreux tueurs de masse américains battaient leurs compagnes et faisaient l'objet de plaintes pour violences envers les femmes. Que penser de cette corrélation?

Gauche: Devin Kelley, auteur de la tuerie de Sutherland Springs. Milieu: Omar Mateen, auteur de la tuerie d'Orlando. Droite : Stephen Paddock, auteur de la tuerie de La Vegas - via Twitter
Gauche: Devin Kelley, auteur de la tuerie de Sutherland Springs. Milieu: Omar Mateen, auteur de la tuerie d'Orlando. Droite : Stephen Paddock, auteur de la tuerie de La Vegas - via Twitter

Difficile de savoir ce qu'il se passe dans la tête d'un homme au moment où il décide d'ouvrir le feu dans une église, une école, ou lors d'un concert. Difficile, également, de prédire son geste de folie pure. Si, aux États-Unis, les tueries de masse se suivent mais ne se ressemblent pas, certains points communs émergent toutefois de ce vaste champ d'incertitudes.

Comme le souligne le Time, le tireur est, la plupart du temps, un homme blanc, qui s'est procuré des armes légalement et qui a, bien souvent, des antécédents de violences domestiques ou de violences envers les femmes. Quel lien peut-on réellement établir entre ces deux éléments?

Plus de la moitié d'entre eux battaient leurs proches

D'après l'association américaine Everytown for Gun Safety, qui prône un contrôle renforcé de l'accès au port d'armes, 54% des tueries de masse survenues entre 2009 et 2016 ont été perpétuées par des hommes qui avaient par ailleurs fait l'objet de plaintes pour violences domestiques. Ce chiffre, déjà élevé, prend uniquement en compte les fusillades lors desquelles les proches ayant subi les violences figurent parmi les victimes. Autrement dit, ce taux est peut-être supérieur.

Dernier exemple en date, Devin Kelley, qui a abattu 26 personnes dans une église du Texas ce dimanche 5 novembre. En 2012, alors qu'il servait dans l'Air Force américaine, l'homme a été accusé d'avoir battu et étranglé sa femme, de l'avoir menacée avec une arme à feu, mais également d'avoir frappé le fils de cette dernière au point de lui fracturer le crâne. Autant de charges qui auraient dû, comme l'ont souligné les médias américains, l'empêcher de pouvoir se procurer une arme.

Ces sévices, affirme Sarah Tofte, chercheuse auprès de l'association Everytown for Gun Safety, seraient des signes annonciateurs de la tendance meurtrière de ces hommes:

«On peut voir les violences domestiques comme un signe avant-coureur. On ne sait pas expliquer précisément ce qui fait que cette violence va ensuite s'exprimer en dehors du domicile familial, mais on sait que cela se produit sans cesse.»

En juin 2016, Omar Mateen tuait 49 personnes dans une boîte de nuit gay à Orlando. Après le drame, son ex-femme s'était confiée sur le caractère abusif de leur relation: possessif et jaloux, son mari ne la laissait pas voir son entourage. Il la battait régulièrement et la griffait délibérément à la moindre contrariété.

James T. Hodgkinson, auteur de la fusillade visant des personnalités républicaines près de Washington en juin dernier, avait un casier judiciaire bien rempli. En 2006 déjà, il avait été arrêté pour avoir battu sa fille avec une extrême violence.

À l'origine de la mort de trois personnes dans un centre de planning familial du Colorado, en 2015, Robert Dear a quant à lui été accusé de violences domestiques par deux de ses ex-compagnes, et arrêté (mais non poursuivi) pour viol en 1992.

Pour le Dr. Garen Wintemute, ces exemples démontrent la présence d'un dénominateur commun chez les auteurs de fusillades de grande ampleur:

«Les gens qui ont un passé de violences domestiques sont surreprésentés dans les tueries de masse. Mais il y a un lien encore plus édifiant: un certain nombre de tueries de masse s'inscrivent elles-mêmes dans des violences domestiques.»

Le massacre de Sutherland Springs pourrait justement rentrer dans cette catégorie. Selon les autorités américaines, Devin Kelley visait très probablement sa belle-mère, à laquelle il envoyait des messages de menace, au motif de différends familiaux.

Des traits psychologiques semblables

Ce qu'ont en commun les violences domestiques et les tueries de masse, d'après de nombreux experts cités par le Time, seraient des sentiments de masculinité contrariée, un désir d'être craint, un besoin de contrôle et une tendance aux accès de rage.

Les spécialistes précisent toutefois que tous les hommes qui battent leurs femmes ne sont pas pour autant de potentiels auteurs de carnages, mais insistent sur l'indéniable corrélation entre les deux éléments. «La violence domestique peut n'être qu'une facette d'un comportement violent plus vaste», explique Susan B. Sorenson, professeure à l'Université de Pennsylvanie.

Quelle que soit la valeur qui puisse être attribuée à cette connexion, les leçons à tirer de ce constat ne font aucun doute: il est essentiel de mettre l'accent sur la prévention et d'appliquer des sanctions plus sévères aux hommes responsables de violences conjugales. À défaut de faire systématiquement d'eux de potentiels terroristes, ces sévices domestiques sont révélateurs d'une brutalité endémique et de toute façon dangereuse pour la société.

Slate.fr

Newsletters

Les sites de tests génétiques pourraient bien remplacer les réseaux sociaux

Les sites de tests génétiques pourraient bien remplacer les réseaux sociaux

Pour stalker vos cousins éloignés, les grandes tantes et... les donneurs de spermes.

Pourquoi les ados néerlandais sont-ils plus heureux?

Pourquoi les ados néerlandais sont-ils plus heureux?

Les jeunes des Pays-Bas raflent souvent les premières places des classements.

Un médecin argentin dit qu'il pratiquera l'avortement «sans anesthésie», et se fait virer

Un médecin argentin dit qu'il pratiquera l'avortement «sans anesthésie», et se fait virer

Le pays d'Amérique latine est sur le point de légaliser l'interruption volontaire de grossesse sous certaines conditions.

Newsletters