France

Quotas: il y a boursier et boursier

Quentin Girard, mis à jour le 08.01.2010 à 9 h 05

Etre boursier aujourd'hui en France recouvre des réalités sociales très différentes.

Vif débat sur les boursiers dans l'enseignement supérieur depuis quelques jours. D'un côté la Conférence des Grandes Ecoles, qui, dans un texte diffusé fin décembre, s'est opposée à l'objectif affiché par Valérie Pécresse de 30% de boursiers dans les Grandes écoles. Selon elle, une augmentation trop importante des boursiers entraînerait une baisse du niveau et une inégalité devant le sacro-saint concours d'entrée. Ces propos ont suscité l'indignation chez les politiques, notamment Luc Chatel, ministre de l'Education nationale et Yazid Sabeg, commissaire à la diversité et à l'Égalité des Chances, ou chez Richard Descoings, directeur de Sciences Po.

Le débat entre ceux qui défendent ardemment le concours comme seul instrument de mesure républicaine de la méritocratie et ceux qui pensent qu'il faut créer des voies alternatives pour refléter la diversité de notre société n'est pas nouveau. Il se cristallise aujourd'hui autour des bourses. Pourtant, être boursier aujourd'hui en France recouvre des réalités sociales très différentes.

Comment obtient-on une bourse?

Ce ne sont pas les écoles qui décident de l'attribution des bourses mais l'Etat à travers les services du CROUS.

«Pour avoir droit à une aide financière du ministère de l'enseignement supérieur, il faut avoir moins de 28 ans au 1er octobre de l'année universitaire. (...) Les aides sont ensuite attribuées en fonction de trois critères: les revenus du foyer fiscal, le nombre d'enfants à charge fiscale de la famille et l'éloignement du lieu d'études», explique sur son site Internet le CNOUS, l'organisation qui chapeaute les CROUS. Grâce à ce simulateur, vous pouvez d'ailleurs regarder si vous seriez boursiers.

Il y a 7 échelons pour les bourses (de 0 à 6 pour les revenus les plus bas). A l'échelon 0, les étudiants sont dispensés des frais d'inscription mais ne bénéficient pas d'aides de l'Etat. L'échelon 6 a été créé en 2008 pour les foyers les plus pauvres. Les étudiants touchent alors 4.019 euros annuellement. Une somme importante mais qui ne permet pas non plus d'être autosuffisant financièrement, surtout s'il faut payer un loyer. Certaines écoles apportent des compléments à ces bourses, comme Sciences Po par exemple qui donne 75% en plus de la somme versée par l'Etat.

Les bourses sont calculées à partir principalement des revenus bruts annuels avant déclaration d'impôts qui sont pondérés par ce qu'on appelle des points de charge: l'éloignement, le nombre de frères et sœurs, les divorces éventuels sont autant «d'avantages» par exemple.

Vous pouvez en théorie être boursier (consultez le tableau) si votre foyer fiscal a des revenus inférieurs à 93.720 euros (7.810 euros par mois). Mais dans la pratique c'est presque impossible, puisqu'il faudrait bénéficier de 17 points de charge. Pour être échelon 0 sans bénéficier de points de charge, les revenus doivent êtres inférieurs à 32.440 euros (2.700 euros par mois) et de 7.390 euros (615 euros par mois) pour l'échelon 6.

Il y a boursier et boursier

Selon une enquête de l'Insee de 2007, avant impôt, le revenu moyen était de 35.887 € par an, soit 2.990 € par mois par ménage.

Amusons-nous avec le simulateur. Avec ce revenu, si par exemple vous êtes enfant unique mais que votre foyer fiscal est à plus de 250 km de vos études (cas classique de l'étudiant de province qui va à Paris), vous seriez échelon 0. Pareil si vous étudiez prêts de chez vous mais que vous avez deux frères et sœurs.

S'il n'est pas vraiment possible d'établir un chiffre exact, une vaste partie de la classe moyenne peut potentiellement être boursière selon ces critères. Donc, contrairement au chiffon rouge agité par certains, ouvrir aux boursiers n'est pas seulement ouvrir aux plus défavorisés, c'est ouvrir plutôt à l'ensemble de la population française.

Augmenter le nombre de boursiers dans les grandes écoles ne veut donc pas forcément dire une plus grande ouverture aux plus défavorisés. Potentiellement, HEC ou l'ESSEC, qui ont 12% de boursiers aujourd'hui, pourraient en avoir 30% en n'accueillant que des étudiants à échelon 0. Il n'est pas certain que cela entraînerait une plus grande diversité du corps étudiant.

Thomas Legrand a questionné ainsi sur France Inter ce mercredi 6 janvier la diversité sociale des boursiers. Il a demandé à Richard Descoings, très engagé pour défendre ces objectifs de 30%: «Est-ce que vous êtes sûr que tous ces boursiers méritent vraiment ces bourses?»

Le directeur de Sciences Po a répondu: «C'est vrai que sur les trente dernières années, tous les ministres successifs ont augmenté le nombre des boursiers en France, et, effectivement, il y a des boursiers à taux 0 qui ne sont pas les plus pauvres des étudiants.» Mais il s'est également réjoui que «chez nous, ceux dont le nombre augmente le plus, ce sont les étudiants aux taux les plus élevés, quatre et cinq».

Pour caricaturer, entre un jeune échelon 0 étudiant à Paris mais venant d'une petite ville de province tranquille, avec des frères et sœurs et des parents qui ont fait des études supérieures et un jeune échelon 4, fils ou filles d'immigrés et vivant dans une banlieue difficile, ce ne sont pas vraiment les mêmes problèmes et les mêmes inégalités de départ.

Il y a donc une certaine confusion dans le débat actuel entre augmenter le nombre de boursiers dans les Grandes Ecoles et favoriser leur accès aux élèves les plus défavorisés. Si les deux restent liés en partie, il ne s'agit que d'une étape. Une plus grande diversité des écoles les plus sélectives et donc des «élites» futures passerait par exemple par un quota d'entrée pour les boursiers des échelons les plus élevés. Mais, de ce débat-là, il n'est même pas question.

Quentin Girard. Ancien élève de Sciences Po. S'il était toujours étudiant, serait boursier à échelon 0 cette année selon les critères du CROUS. Ne vient pourtant pas d'un milieu défavorisé. A peut-être fait baisser le niveau.

LIRE EGALEMENT SUR LE MEME SUJET: «Les racines de désarroi de la jeunesse» et «Sans plan Marshall pour les banlieues, point de mixité sociale dans les grandes écoles»

Image de Une: Manifestation d'étudiants à Paris Gonzalo Fuentes Reuters


Quentin Girard
Quentin Girard (75 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte