Life

Une grosse dépression ou rien du tout

Slate.fr, mis à jour le 07.01.2010 à 12 h 18

Les anti-dépresseurs sont peu utiles pour les patients atteints de légère dépression, selon une nouvelle étude conduite à l'université américaine de U-Penn et dont les résultats ont été publiés le 6 janvier dans le Journal of the American Medical Association. C'est même le simple fait de voir un médecin, de discuter des symptômes et d'apprendre des choses sur la dépression qui déclenche les améliorations constatées par un patient sous traitement.

Seuls les patients atteints de sévère dépression reçevraient des bénéfices supplémentaires grâce aux médicaments.

Des centaines d'études ont attesté des bénéfices des anti-dépresseurs, loin des simples placébos. Mais beaucoup de ces études ont été menées sur des patients atteints de dépressions sévères, selon l'un des auteurs, et leurs conclusions ont été étendues à tort à l'ensemble des patients souffrant de dépression.

Les chercheurs ont repris six essais thérapeutiques comparant les effets d'un antidépresseur à ceux d'un placebo. Au total, leur analyse a inclus plus de 700 malades, atteints d'une forme plus ou moins grave de dépression. Selon les études, ils étaient traités soit par imipramine, un antidépresseur classique; soit par la paroxétine, une molécule «moderne» de la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (à laquelle appartient aussi le prozac). Au final, quel que soit le médicament, le constat est le même: les antidépresseurs sont très efficaces pour les patients graves, et pas plus qu'un placébo pour les autres.

(Sur l'efficacité des placébos et leur fonctionnement, écouter l'émission Radio Lab, sur NPR)

Le Figaro a interrogé des psychiatres français, selon lesquels «cette méta-analyse va dans le même sens que d'autres travaux récents et, selon eux, le message essentiel à retenir est d'abord que les antidépresseurs doivent être réservés à certains malades. "Dans les dépressions sévères, ces médicaments sauvent des vies, il ne faut pas les stigmatiser", prévient ainsi le Pr Chantal Henry, psychiatre à l'hôpital Chenevier (Créteil).» Mais il ne faut pas pour autant, selon les médecins interrogés, en abuser. La France se range parmi les plus gros consommateurs d'anti-dépresseurs au monde.

[Lire l'article complet sur le LATimes]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une : Flickr, brain

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte