Tech & internetMonde

Comment des agents russes ont utilisé Aziz Ansari pour faire perdre Hillary Clinton

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 03.11.2017 à 11 h 37

Repéré sur Recode

Sur les réseaux sociaux, les propagandistes russes avaient plein d'idées tordues, comme donner l'impression qu'Aziz Ansari disait aux jeunes qu'ils pouvaient voter Clinton via Twitter, sans sortir de chez eux.

Aziz Ansari lors d'un débat organisé par Netflix  à North Hollywood le 5 juin 2017. ALBERTO E. RODRIGUEZ/AFP

Aziz Ansari lors d'un débat organisé par Netflix à North Hollywood le 5 juin 2017. ALBERTO E. RODRIGUEZ/AFP

Pour leur enquête sur la propagande russe sur les réseaux sociaux pendant la présidentielle, des sénateurs américains ont interrogé des représentants de Facebook et de Twitter lors d'audiences au Congrès. Pour lancer la discussion, ils ont montré plusieurs exemples de publicités créées par des trolls russes, qui avaient payé les réseaux sociaux pour qu'elles soient diffusées.

Chaque publicité était adaptée à une cible différente: pour les religieux, les Russes avaient créé le faux groupe «Army of Jesus» (armée de Jésus) qui a diffusé, entre autres, une image d'Hillary Clinton déguisée en Satan en plein match de boxe contre Jésus. 

Facebook a fourni au Congrès 3.000 pubs russes qui ont été vues par environ 120 millions d'Américains. 

Afin de diviser la gauche, les trolls ont aussi diffusé des messages pro-Bernie Sanders, notamment via un faux groupe LGBT. Ici, l'ancien candidat à la présidentielle est représenté en athlète musclé et la pub promeut un cahier de coloriage avec d'autres dessins de Sanders dénudé.

 

Envoyez “Hillary” via SMS au 59925

Pour semer la confusion chez les jeunes Américains, les Russes ont eu une autre idée assez inattendue: essayer de faire croire aux électeurs qu'ils pouvaient voter via Twitter, sans avoir à se déplacer dans les bureaux de vote. Pour convaincre les jeunes que c'était vrai, ils ont utilisé l'humoriste Aziz Ansari afin de faire passer le message.

Sur la pub postée sur Twitter, Ansari tient une pancarte (photoshoppée) avec les mots:

«Gagnez du temps. Évitez les queues. Votez depuis votre maison. Tweetez ClintonKaine avec le hashtag #PresidentialElection le 8 novembre de 8h à 18h pour voter».

Capture d'écran 

Interrogé au sujet de ce tweet, le représentant de Twitter venu au Congrès a expliqué qu'il avait été effacé, mais que l'entreprise ne savait pas combien de personnes avaient essayé de voter via Twitter.

D'autres pubs russes encourageaient les électeurs à voter Clinton via texto: «Envoyez “Hillary” via SMS au 59925», pouvait-on lire. La sénatrice Amy Klobuchar a expliqué que ce genre de tweet –soit la tentative d'empêcher certaines personnes de voter– est considéré comme un acte criminel aux États-Unis.

Le sénateur Chris Coons a montré une pub d'un faux groupe d'anciens soldats qui expliquent que si Clinton est élue, il faudra changer la Constitution pour que l'armée ne soit pas sous son contrôle.

«Cette publicité, c'est le gouvernement russe qui interfère directement dans nos élections, ment aux Américains, fait croire aux gens qu'ils rejoignent un groupe d'anciens soldats au Texas alors que le tout est payé en roubles par des Russes, explique Coons. Est-ce que Facebook doit être une plateforme potentiellement utilisée par des puissances ennemies qui veulent faire passer leurs messages politiques?»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte