France

#balancetonporc: que va-t-il rester de la drague de rue?

Aude Lorriaux, mis à jour le 31.10.2017 à 14 h 33

Alors que la parole se libère sur le harcèlement subi par les femmes, la drague de rue est de plus en plus décriée. D'ailleurs, les couples qui s'y rencontrent se font rares, beaucoup plus rares qu'il y a cinquante ans. Est-ce une certaine idée de la spontanéité et de la mixité que l'on va sacrifier?

Rencontre | RawPixel via Pixabay CC License by

Rencontre | RawPixel via Pixabay CC License by

Voilà quinze jours d’effervescence, quinze jours de libération formidable de la parole, pendant lesquels des milliers de femmes se sont exprimées sur le harcèlement ou les agressions sexuelles qu’elles subissent, parfois au quotidien. Comme de nombreuses amies, consœurs journalistes et autres connaissances croisées sur les réseaux sociaux qui s’intéressent à ces questions, j’ai vécu ces jours comme une petite révolution. Comme quelque chose d’immensément positif, que je ne cesserai jamais d’appuyer.

Mais j’avais aussi en tête une crainte inavouée: que le harcèlement et sa conscientisation grâce à #stopharcelementderue, #balancetonporc, #meToo et d’autres hashtags qui nous ont fait faire un bond incroyable ces dernières années, ne rendent la drague et les relations amoureuses plus frileuses aux espaces publics et ouverts. Et qu’in fine, ils nous replient encore un peu plus sur nos petits cercles privés et nos classes sociales. Pas terrible pour la mixité sociale.

Comment les couples se forment

 

Autant le préciser deux fois plutôt qu’une, pour être bien clair: cet article n’a pas du tout pour but de remettre en cause la lutte contre le harcèlement de rue et contre le harcèlement sexuel. Ces rieurs qui se moquent des femmes qui critiquent ces comportements, ces râleurs qui se lamentent sur le refrain de la mort de la séduction, du «On ne peut plus rien faire» ou du «Faudra pas vous étonner qu’on ne s’intéresse plus à vous», ceux-là n’ont rien à voir avec mon questionnement. L’idée de cet article est plutôt d'accompagner le mouvement de libération de la parole, en anticipant les possibles dommages collatéraux de cette révolution indispensable. Esprits simplificateurs, qui cherchez toujours un «pour» ou un «contre», passez votre chemin.

Comment les couples se forment-ils? L’Ined s’est posé la question et en a tiré une étude publiée en 2013. Dans les années 1960, c’était au bal qu’on se découvrait. Ces dernières décennies, les lieux d’études l’ont supplanté comme lieu de rencontre favori. Parmi les espaces de drague qui ont désormais le vent en poupe, et qui progressent à vitesse éclair, se trouvent aussi les soirées privées entre amis: ils participent au début des années 2000 à 20% des rencontres du premier conjoint, contre seulement 13% au tournant des années 1980. Il y a bien une forme de repli sur l’espace privé et les cercles sociaux similaires.

Malgré ces nouvelles habitudes, les couples aujourd’hui se mélangent plus qu’hier. L’homogamie sociale, c’est-à-dire la tendance à se mettre en couple avec un conjoint d’un groupe social proche du sien, a diminué. Les travaux du sociologue Milan Bouchet-Valat montrent que la part de couples dont les membres ont le même niveau de diplôme (endogamie) est passée de 47% à 27% entre 1969 et 2011. Ça n’est pas vraiment dû aux endroits où l’on se rencontre, mais plutôt à la massification de l’enseignement: comme il y a beaucoup plus de gens diplômés, la probabilité pour deux personnes d’avoir strictement le même niveau de diplôme est plus faible. De même la part de couples de même catégorie socioprofessionnelle a aussi baissé dans la même période, de 30% à 20%, surtout parce que les femmes sont aujourd’hui très nombreuses à travailler.

Un risque d'amalgame

 

Reste un lieu qui, par sa nature, favorise la mixité sociale des rencontres. Ce lieu, c’est la rue. Problème, désormais, seulement 5% des couples s’y  rencontrent (rue, voisinage, quartier ou lieux publics), contre presque 15% en 1960, selon les chiffres de l’Ined. Si vous êtes comme moi soucieuses et soucieux de la mixité sociale, cette baisse doit vous interpeller; il serait regrettable qu’elle grignote un peu de cette mixité sociale gagnée grâce à la démocratisation de l’enseignement et à l’égalité femmes-hommes.

Est-ce que le harcèlement de rue, voire sa mise en lumière depuis les salves courageuses de #balancetonporc et de #metoo peuvent aggraver la situation?

«Il faut s'interroger sur le fait que la ville se serait durcie au niveau des rapports sociaux de sexe. La violence urbaine est-elle plus forte aujourd'hui qu’hier? Ce n'est pas impossible, mais nul ne peut le dire tant le sujet est ignoré et tabou», indique Yves Raibaud, spécialiste de la géographie du genre.

Les dommages collatéraux de cette indispensable libération de la parole pourraient, si l’on n’y fait pas attention, créer un amalgame entre drague et harcèlement, et créer une méfiance pour toute forme de drague.

«Harceler, c’est quand tu insistes»

Qu’est-ce que la drague? Selon le Petit Robert, draguer est le fait de «chercher à lier connaissance avec quelqu’un en vue d’une aventure; faire la cour à quelqu’un». Le harcèlement de rue est défini quant à lui comme le «fait d’aborder quelqu’un avec insistance ou de le harceler verbalement dans un espace public». C’est insister après un refus, siffler une femme, la suivre si elle ne vous y a pas invité, ou encore prendre son refus pour de la timidité, comme l’expliquent très bien Anaïs Bourdet (Paye Ta Shnek) et Manon Bodin (Féministes par Inadvertance).

«Ce qui me plaît: soit un compliment en passant de types bien dans leur basket, soit un timide qui engage la conversation parce que la situation s'y prête. Ce qui me saoule: me proposer un café direct de la part d'un inconnu, me coller pendant 300 m, et le pire, pour moi, c'est quand on me demande mon prénom (je ne supporte pas et j'en donne toujours un autre)», résume Marie*.

«Harceler, c’est quand tu insistes», dit pour sa part Vincent, qui aime draguer dans la rue.

Plusieurs hommes que j’ai sollicités disent être aujourd’hui gênés à l’idée d’aborder une femme, précisément en raison de ce glissement de sens de la drague au harcèlement, qui fait que la drague de rue est très vite entachée d’une connotation négative. Par exemple Tristan*. À 39 ans, il raconte avoir fait la plus belle rencontre de sa vie dans la rue, au sortir d’un supermarché, il y a quinze ans. Une «nécessité impérieuse» d’aller parler à une femme dont il avait croisé le regard, fut à l’origine d’un couple qui a duré deux ans.

«Je suis rentré chez moi, j’ai mis “Le Dragueur des supermachés” de Dutronc sur mon ordinateur, parce que tout ce que je ressens dans ma vie passe par la musique. J’ai vu qu’elle était encore en bas, avec tous ses paquets de courses. J’ai cherché un flyer de concert où il y avait mon numéro, je suis redescendu à toute vitesse en bas et je lui ai filé», raconte-t-il.

Depuis, il n’a jamais retenté de «draguer» dans la rue. Et, pense-t-il, ce n’est pas étranger aux discours sur le harcèlement de rue. «La drague a encore plus d’aspect négatif depuis #balancetonpporc, si tu interroges les filles je pense qu’elles te diront rarement que la drague est super positive», ajoute-t-il. «Je m’autocensure dans les gestes quotidiens d'empathie avec les femmes de peur que ça soit pris comme du harcèlement», estime pour sa part  Grégoire*, 38 ans, dirigeant d’une entreprise de conseil en affaires.

«Les hommes n'ont aucun respect pour moi»

 

Certains témoignages de femmes confirment l’impression de Tristan. Une trentenaire explique avoir été draguée récemment «par un jeune homme genre intello rive gauche», par un compliment qui lui a fait franchement plaisir et l’a «mise de bonne humeur». Mais elle ne lui a pas parlé longtemps «un peu parce à cause de cette polémique (#balancetonporc)».

«Je me disais que j'étais un extraterrestre et qu’il ne fallait pas parler aux hommes dans la rue.»

 Fleur*, elle, a «toujours été gênée par la drague de rue». La journaliste de 29 ans explique:

«Peut-être que j'y ai vu dès le début un côté déplacé parce que ce sont des “vieux” qui me draguaient, jamais des jeunes de mon âge. J'avais même pas 15 ans et des étudiants, des jeunes pères de famille voire des mecs qui avaient la quarantaine me saluaient dans la rue et me disaient “Je vous trouve très jolie”. (...) Ça me donne l'impression d'être un bout de viande sur pattes et que le mec cherche juste à se servir: “Je voudrais ce morceau…”.»


«Personnellement ,je suis souvent arrêtée dans la rue à paris depuis que j'ai 20 ans et cela a fini par me rendre complètement paranoïaque, ajoute Sabine, qui a déménagé au Canada pour cette raison. Je ne regarde même plus les gens dans la rue.» Sa vie à Paris était un «enfer»:

«Je vivais rue mouffetard. Je me souviens que tous les jours je rentrais chez moi et je vidais de mes poches sur mon bureau des dizaines de papier avec des numéros de téléphone. Je pleurais tous les jours à l'époque en disant: les hommes n'ont aucun respect pour moi. Ils me prennent pour un objet. J'ai toujours été malheureuse en France à cause de cela. Aujourd'hui, je ne veux plus subir et je veux que les hommes le sachent et qu'ils prennent conscience du calvaire de certaines femmes qui subissent cela.»

Autrement dit: le harcèlement de rue pourrait bien être en train de tuer la drague dans la rue. D’autant que les femmes ont aujourd’hui de plus en plus conscience que le harcèlement est inadmissible. Une prise de conscience absolument indispensable, qui a entraîne malgré elle une sorte de méfiance globale, un peu indistincte, à l’égard de la drague en général.

Un joli moment

 

C’est dommage pour la mixité sociale, et peut-être aussi pour les moments magiques qui peuvent exister de ces rencontres inopinées. J’aime énormément la rue, j’ai toujours aimé cet espace. J’adorais à 16 ou 17 ans squatter les marches du théâtre à Poitiers, où j’ai fait mes années de lycée, ou traîner sur la place du marché. À l’époque je ne fumais pas, mais j’avais acheté un briquet juste pour pouvoir donner du feu à ceux qui m’en demandaient, parce que j’adorais les conversations qui pouvaient naître de ce simple geste de rue.

J’ai rencontré un de mes meilleurs amis dans la rue, à Paris. Il avait 30 ans, j’en avais 21. Il n’avait pas son bac, pas de carte de crédit, il avait vécu des années dans la rue et il vivait en foyer au moment où je l’ai croisé. J’étais étudiante en philosophie, je sortais de khâgne dans un lycée prestigieux, je vivais dans un studio payé par mes parents en plein cœur de Paris. Il n’y avait aucune chance que je tombe sur quelqu’un comme lui dans mes relations proches ou à l’université.

Ce sont toutes ces pensées qui sont remontées à la surface quand, la semaine dernière, un homme, brésilien (que je trouvais très beau, j’avoue) m’a lancé un «bonjour» avec un grand sourire, généreux, en plein milieu de la rue faubourg-Saint-Denis, à Paris, entre des étals de fruits et des chaises de bistrot. C’est cocasse, car je sortais justement d’un déjeuner avec mon rédacteur en chef et je repensais pile à ce moment à sa proposition d’écrire un petit guide «Comment draguer (sans harceler) après #balanceTonPorc ?»

Je n’ai pas répondu à ce bonjour tout de suite, perdue que j’étais dans mes pensées, je ne me suis pas arrêtée, mais le «bonjour» et le sourire de l’homme formèrent comme une rémanence ensoleillée dans mon esprit, un halo de joie. Après avoir fait quelques mètres, je me suis finalement retournée. Et l’homme, dix mètres plus loin, aussi. Il m’a rejoint en courant, et nous avons discuté en marchant vers mon bureau. De drague, forcément, de cinéma, aussi, et c’était très agréable, sous le soleil d’un automne qui perdurait. Je n’ai pas donné suite, mais c’était un très joli moment.

Une aubaine pour la drague?

 

S’il faut sacrifier la mixité sociale pour que les femmes soient en paix, votre humble serviteuse n’hésitera pas: une moindre mixité sociale est un moindre mal par rapport à toutes les souffrances que peuvent éprouver les femmes harcelées. Mais ne pourrait-on pas concilier les deux? Certainement, par un travail consistant à déconnecter drague (faut-il appeler cela drague, tant le mot subit l’opprobre général?) et harcèlement. Et en évitant de jeter l’opprobre sur l’espace public lui-même, voire même en le réinvestissant gaiement, toutes et tous ensemble.

«Changer la ville en luttant contre le sexisme affiché sur les murs, l'étalage de la virilité et le harcèlement de rue permet d'imaginer que le consentement deviendra une vertu urbaine», pense Yves Raibaud.

Pour finir, je vous laisse deviser sur l’hypothèse optimiste d’un dragueur de rue, Vincent. Pour lui #balancetonporc et #metoo ne vont pas faire disparaître ou reculer, la drague de rue, au contraire. «Cela va éliminer tous les harceleurs, les filles vont se sentir plus confiantes et rassurées pour se déplacer dans la rue si le harcèlement diminue. La communication normale et naturelle au détour d’une rue, dans un tram ou sur un quai pourra se faire alors encore plus facilement qu’aujourd hui.» Parole d’un amateur éclairé.

* les prénoms ont été modifiés

Aude Lorriaux
Aude Lorriaux (226 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte