Sports / Monde

Golf : la stratégie diplomatique de Trump ne fonctionne pas très bien

Temps de lecture : 2 min

Le Président américain passe beaucoup de temps à jouer au golf. Pourtant un outil politique réputé, celui-ci ne porte pas ses fruits.

Donald Trump se préparant à quitter la Maison Blanche pour son club de golf le 22 octobre 2017. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP.
Donald Trump se préparant à quitter la Maison Blanche pour son club de golf le 22 octobre 2017. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP.

On le sait, Donald Trump adore faire du golf. D’après un décompte de nos confrères de Slate.com, le Président américain a passé 76 jours (de ses 281 jours de mandats) dans l’un de ses club de golfs. Le chiffre est impressionnant, mais comme l’explique Politico, Trump ne joue pas au golf uniquement pour se relaxer, il s’agit aussi d’une stratégie diplomatique.

Celle-ci est bien connue : Barack Obama avait lui même passé de longues heures sur des terrains de golf, que ce soit en compagnie de dirigeants étrangers ou de membres du Congrès américain. Et en début de mandat, il semblait bien que cette stratégie fonctionnait : Trump avait réussi à se rapprocher du Premier ministre Japonais Shinzo Abe, qui en retour a invité le dirigeant américain à participer à un tournoi le week-end prochain à Tokyo.

Mais d’après Politico, il semble que le conservateur ne connaisse pas le même succès avec l’élite politique de Washington. Bien qu’il ait invité plusieurs Républicains, ceux-ci ont tendance à continuer à critiquer Trump, une fois la partie de golf terminée. C’est le cas de Rand Paul, qui, quelques jours après avoir joué avec son ancien rival, s'est mis à critiquer une proposition budgétaire du Président américain.

Comment expliquer ces déconvenues ? Pour Politico, et comme souvent avec le populiste américain, il semble que l’on ai affaire à un problème d’ego : Trump ne trouvera pas «d’adversaires à sa hauteur». C’est ce qu’explique Chris Ruddy, le président du site conservateur Newsmax :

«Il n’aime pas jouer avec des vrais débutants. Il aime jouer rapidement, il n’est pas très bon quand il va plus lentement».

Il est vrai que Trump est réputé pour être un très bon joueur de golf. Golf Digest l’a même classé numéro un, devant John F. Kennedy, Dwight Eisenhower et Gerald Ford. Mais au delà de son niveau, le président américain doit faire face à un autre challenge : contrairement à Obama, la plupart des élus n’ont pas très envie de passer quatre heures avec lui, et pas seulement les membres du Parti démocrate. C’est notamment ce qu’explique républicain John Yarmuth qui avait joué avec Barack Obama :

«Ça serait compliqué de dire oui. Je dis ça parce que j’ai un tellement bon souvenir de mon expérience de golf présidentiel. Je n’ai pas envie de la salire. J’aimerais garder ce souvenir comme ma seule expérience de golf avec un président parce c’était génial».

Newsletters

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Alors que les supporters comptent les jours précédant la reprise du championnat français, le sport le plus populaire de l'Hexagone n'a pas encore pris conscience de son impact environnemental.

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Attrayant mais plus cher, le grand frère de la bicyclette traditionnelle cherche à s'imposer.

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

Newsletters