MondeCulture

Apple doit arrêter de sortir de nouveaux iPhones tous les ans

Christina Bonnington, traduit par Antoine Bourguilleau, mis à jour le 27.10.2017 à 14 h 01

Ils n’en seraient que meilleurs –et nos vies avec.

L'iPhone X, présenté le 12 septembre 2017 à Cupertino (Californie). © Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP.

L'iPhone X, présenté le 12 septembre 2017 à Cupertino (Californie). © Justin Sullivan / Getty Images North America / AFP.

Selon un rapport de Bloomberg publié mercredi, l'iPhone X à 1 000$ [à partir de 1 159€ en France, NDLR] pourrait bien ne pas être tout à fait la merveille technologique qui nous a été promise.

Apple semble avoir beaucoup de mal à atteindre le niveau de qualité exigé par la fonction de reconnaissance faciale Face ID, nouvelle pièce maîtresse de son célèbre smartphone qui fête son 10e anniversaire, alors que partenaires et fournisseurs travaillent encore d’arrache-pied pour assembler des millions d'appareils à temps pour la date de lancement de l'iPhone X, le 3 novembre.

Une performance revue à la baisse pour faciliter la production

Le rapport de Bloomberg raconte notamment que «selon des personnes bien informées, [Apple] a tranquillement glissé à ses fournisseurs qu'ils pourraient réduire la précision de la technologie de reconnaissance faciale pour faciliter la fabrication.»

Honnêtement, ce n'est probablement pas un drame. Le marketing et la direction d’Apple souhaitaient sans doute que Face ID atteigne un certain niveau de performance, mais ingénieurs et fournisseurs leur ont répondu: «ce que vous demandez n’est pas raisonnable, mais nous pouvons atteindre ce niveau de performance, qui sera quand même assez bon».

Ce genre de chose arrive tout le temps dans la fabrication de biens et de matériels —généralement, le grand public n'en entend pas parler (d’ailleurs, Apple et son partenaire de fabrication Foxconn ont refusé de commenter le rapport).

Mais d’un autre côté, pourquoi Apple met-il les bouchées doubles pour sortir un produit qui, à en croire le rapport de Bloomberg, aurait mérité de passer un peu plus de temps à l’atelier? Parce que Apple et ses concurrents sont littéralement tenus par un cycle annuel de renouvellement des produits (voire, dans le cas de Apple, par un cycle bisannuel de renouvellement). Ils s’y accrochent, même si le résultat est la mise en vente de produits de qualité inférieure.

Et ils ne devraient pas.

L’iPhone, vache à lait d’Apple

En toute honnêteté, les mise à jour régulières de l’iPhone, mises à jour auxquelles d’autres fabricants tels que Google (avec son smartphone phare, Pixel) et Samsung (avec ses lignes Galaxy et Galaxy Note) se plient, ont quelques justifications.

La première est naturellement une question d'argent. L'iPhone est la vache à lait d'Apple. Dans ses résultats financiers du troisième trimestre, Apple a annoncé avoir réalisé 24,85 milliards de dollars de revenus grâce aux seules ventes d'iPhone. Cela représente plus de la moitié de ses revenus totaux, environ 44,5 milliards de dollars, pour ce trimestre. Apple a besoin de ce revenu (enfin, dans la mesure où l'une des entreprises les plus riches du monde a besoin de disposer d’encore plus d’argent à la banque).

Grâce à ce cycle de production annuel régulier, chaque nouveau modèle de téléphone donne au consommateur une raison de mettre son téléphone à niveau, même si son ancien téléphone fonctionne parfaitement bien. Et ces mises à niveau constituent une source de revenus importants pour l'entreprise.

Deuxièmement, avec ces révisions annuelles de nos modèles de smartphones, le rythme des changements qui leur sont apportés est confortable pour l’utilisateur. Nombre de consommateurs peuvent bien vouloir un meilleur téléphone, ils ne souhaitent pas un téléphone d’une apparence ou d’un fonctionnement radicalement différents. Avec ces mises à jour régulières, la progression est aussi lente que sûre et il faut des années pour vous dire: «Oh là là, les smartphones d’aujourd’hui sont tellement mieux qu’ils ne l’étaient par le passé!».

OK, sauf que nous avons atteint un moment où ces nouveaux modèles changent de manière si infinitésimale que le consommateur moyen a sans doute du mal à remarquer la plus grande rapidité du processeur, la plus grande palette de couleurs que le téléphone de cette année offre par rapport au téléphone de l’an dernier. Dans la chronique de Wired à propos de l’iPhone 8, l’autre nouveauté d’Apple, le modèle est décrit comme «le meilleur téléphone d’Apple, et le plus ennuyeux». 

Si les sociétés attendaient un peu plus pour mettre sur le marché une version améliorée de leur production, alors ces améliorations seraient peut-être plus craintes —et il y aurait davantage de raisons d’acheter un nouveau modèle.

Faire l’impasse l’an prochain

Les entreprises devraient donc patienter davantage avant de lancer un nouveau téléphone. Plutôt que de nous offrir quelques mises à niveau mineures de processeur ou d'appareil photo à l'intérieur d’une coque redessinée, ce téléphone pourrait offrir de nouvelles fonctionnalités vraiment convaincantes –des fonctionnalités qui n’auraient pas l’air d’être bâclées ou limitées par de simples questions de production.

Si les fabricants de téléphone ne se sentaient pas obligés de sortir un nouvel appareil chaque automne, nous aurions sans doute droit à des améliorations plus excitantes, la créativité serait plus grande et la diversité des modèles serait sans doute plus grande.

J'ai pu le constater de mes propres yeux dans mon travail de journaliste: il est bien difficile de penser hors du moule quand on est limité par des délais et des quotas de production. On y arrive lorsque l’on a le temps de s'asseoir, de réfléchir et même de s'ennuyer un peu.

Il existe au moins encore un autre argument en faveur de cycles de production plus longs: le problème des déchets électroniques qui, malgré les possibilités de recyclage accrues qui se sont multipliées ces dernières années, est encore assez grave. D'un point de vue environnemental, l'allongement du cycle de production de téléphones serait une très bonne chose.

Alors s'il vous plaît: faisons l’impasse sur la grande messe d’Apple l'année prochaine. Nous pouvons bien attendre jusqu'en 2019 pour un autre iPhone. Les consommateurs et l'environnement n'ont pas grand-chose à y perdre. Il s'agit surtout de savoir si les grandes entreprises de technologie sont prêtes à renoncer à l’augmentation annuelle de leurs revenus qu’elle génère, et si elles sont disposées à abandonner cette tradition bien ancrée.

Christina Bonnington
Christina Bonnington (1 article)
Journaliste spécialisée en nouvelles technologies
AppleiPhoneGoogleSamsungtech
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte