Monde

En Italie, la Mafia en toute quiétude

Temps de lecture : 2 min

Les journalistes italiens Laura Aprati et Enrico Fierro viennent de publier un livre-enquête sur la mafia en Italie intitulé Malitalia. «Nous perdons la guerre contre la mafia » lâchent les deux auteurs dans un entretien accordé à L'Express.

Les chiffres parlent d'eux mêmes: N'drangheta calabraise, Camorra napolitaine et Cosa Nostra sicilienne, à elles trois, les organisations mafieuses de la péninsule brassent près de 130 milliards de dollars pour un bénéfice situé entre 70 et 80 milliards. Une situation induite selon Laura Aprati par le fait que les mafias «sont enracinées dans le territoire: elles sont transformées et insérées dans l'économie quotidienne». Et si le crime organisé continue à prospérer aujourd'hui sans être réellement inquiété, c'est uniquement parce que les autorités estiment «qu'il vaut mieux combattre les mafias sur un plan militaire (...) mais personne ne touche à la collusion économique et politique des mafias».

Hantant le décor du Mezzogiorno, la «Pieuvre» et ses variantes offrent aujourd'hui un visage emprunt de respectabilité qui les aide à passer toujours plus inaperçues. «Les mafieux ne sont plus seulement des tueurs mais des professionnels qui gèrent les appels d'offres publics, qui sont fonctionnaires dans des entreprises publiques, enseignants, médecins» indiquent les deux journalistes.

[Lire l'article complet sur L'Express]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters