Sciences / Santé

Le cannabis n'apaise pas les poissons stressés

Temps de lecture : 2 min

Des chercheurs ont découvert que l'ingestion d'huile de cannabis ne permet pas aux tilapias d'élevage de mieux vivre leur captivité.

Yellow White Fish | Emil via Flickr CC License by
Yellow White Fish | Emil via Flickr CC License by

Les poissons élevés dans des fermes industrielles –où ils évoluent dans des bassins surpeuplés– développent de nombreux symptômes de stress, ce qui a un impact négatif sur leur santé.

C'est pourquoi des biologistes de l'université américaine de Beyrouth ont donné de l'huile de cannabis à des tilapias pendant deux mois. Le but était de voir si ce complément nutritionnel les aideraient à se relaxer.

Patrick Saoud et ses collègues viennent de publier leurs résultats dans un article intitulé «effet de l'huile de cannabis sur la croissance, l'hématologie et le métabolisme des tilapias du Nil». Pour leur étude, les chercheurs ont donné des huiles différentes à trois groupes de tilapias: soja, chanvre ou canabis.

À la fin des deux mois d'étude, il s'est avéré que les poissons nourris au cannabis ne survivaient pas mieux à leur captivité. Les biologistes ont aussi analysé les globules rouges des poissons, leur plasma sanguin et leur lizosyme (une enzyme permettant de détruire des bactéries) et ont trouvé que le cannabis n'avait pas eu d'impact. Le seul effet qu'ils ont noté est que le métabolisme des tilapias avait augmenté: ils brûlaient plus de calories pour le même niveau d'activité, ce qui n'est pas positif pour leur croissance.

Un sujet très sérieux

Saoud, l'auteur principal de l'étude, a précisé au magazine Hakai, que le cannabis avait été obtenu légalement: il a contacté le ministère de la Justice et la police lui a fourni du cannabis que la police avait confisqué.

La prévention du stress et de la dépression chez les poissons d'élevage est un sujet pris très au sérieux par les scientifiques. L'année dernière, une étude avait révélé que les saumons malades dans les fermes d'élevage avaient des symptômes de dépression: ils évitaient les autres et avaient peu d'appétit. Il s'est aussi avéré que ces poissons avaient des taux élevés de cortisol, l'hormone du stress.

Depuis, plusieurs scientifiques cherchent à créer des sortes d'antidépresseurs pour poissons. Mais malgré les effets positifs de certains types de cannabis chez les humains déprimés, ce genre de thérapie ne semble pour l'instant pas adaptée aux poissons d'élevage.

Newsletters

Le risque d'obésité décroît chez les bébés qui font bien leurs nuits 

Le risque d'obésité décroît chez les bébés qui font bien leurs nuits 

Les nouveau-nés dormant plus longtemps et se réveillant moins souvent semblent mieux réguler leur appétit.

Maîtriser les maths peut-il nous permettre de rafler le jackpot de l'Euromillions?

Maîtriser les maths peut-il nous permettre de rafler le jackpot de l'Euromillions?

Bien que les statistiques démontrent que tous les numéros ont la même chance de sortir, certains tirages peuvent être plus lucratifs.

Pour le chef de la NASA, les ovnis pourraient être une technologie extraterrestre

Pour le chef de la NASA, les ovnis pourraient être une technologie extraterrestre

Cette intervention de Bill Nelson dénote avec celles de son prédécesseur, nettement plus réservé sur la question.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio