Double XMonde

Le cinéma de Bollywood demeure résolument sexiste

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 23.10.2017 à 15 h 55

Repéré sur Quartz

Malgré la part belle qu'il donne (en apparence) aux femmes, le cinéma bollywoodien véhicule de nombreux stéréotypes de genre et reflète le sexisme de la société indienne.

Extrait de Prem Ratan Dhan Payo. © Capture d'écran Youtube.

Extrait de Prem Ratan Dhan Payo. © Capture d'écran Youtube.

Quand on pense à Bollywood, les premières images qui nous viennent à l'esprit sont celles de femmes resplendissantes, aux parures colorées, aux bijoux spectaculaires et aux mouvements de danse envoûtants .

Si les personnages féminins peuvent, dans l'imaginaire collectif, être perçus comme les héroïnes du «cinéma Hindi», ce dernier leur accorde, en réalité, un statut beaucoup moins reluisant.

À l'image d'une société indienne ultra-conservatrice au sein de laquelle la condition des femmes est critiquable à bien des égards, les films Bollywoodiens véhiculent bien souvent des valeurs profondément sexistes. Et, contrairement aux idées reçues, font tout sauf donner la part belle aux personnages féminins. La preuve en quelques chiffres.

L'affiche, mais pas l'intrigue 

En Inde, le cinéma est bien plus qu'un art ou qu'une source de divertissement. C'est un élément constitutif de la culture nationale qui occupe une place de choix dans le quotidien des Indiens. D'où l'importance de prendre en considération les idées qu'il diffuse.

Comme l'explique le site Quartz India, les films de Bollywood s'appuient, en apparence, sur des héroïnes féminines. Telle la sublime Aishwarya Rai, les actrices-stars sont utilisées comme argument de vente.

Dans les bandes-annonces et sur les affiches de films, elles sont mises en avant, en parfaits appâts commerciaux. Une exposition qui tient toutefois moins de la glorification de leurs rôles que de l'instrumentalisation de leur beauté. 

Ainsi, comme le démontre une étude analysant la problématique de genre dans près de 4.000 films de Bollywood depuis 1970, les synopsis se concentrent en fait essentiellement autour des protagonistes masculins: en moyenne, les rôles féminins sont mentionnés à 15 reprises dans les résumés de film de Wikipédia, contre 30 fois pour les hommes. 

Selon Nishtha Madaan, employée d'IBM India et co-rédactrice de l'étude:

«Ils basent leur pub sur les actrices, mais quand il s'agit de l'intrigue, ces dernières sont reléguées au second plan.» 

La personnalité des protagonistes, reflet des stéréotypes de genre 

Les scénaristes attribuent généralement à leurs personnages féminins des caractéristiques stéréotypées. Vues comme «le sexe faible», les femmes sont principalement louées pour leur physique et leur sex-appeal. Les hommes sont quant à eux forts et courageux.

Les mots qui reviennent le plus dans la bouche de ces derniers sont «tuer» et «abattre»; les femmes parlent quant à elles d'«amour» et de «mariage»... À l'écran, elles sourient davantage que leurs compères et n'expriment que rarement de la colère.

Selon une étude similaire datant de 2012, la femme idéale est dépeinte comme obéissante, chaste, et sait se sacrifier. Les anti-héroines sont, elles, «individualistes, sexuellement agressives et ont des moeurs occidentales».

Un billet sur les stéréotypes de genre véhiculés par Bollywood souligne quant à lui l'ambition et la soif de carrière des personnages masculins, dans l'ombre desquels évoluent leurs compagnes, leurs soeurs, leurs filles, etc. À titre d'exemple, un homme sera qualifié, dans un synopsis, de «célèbre professeur». Une femme, de «pas très jolie».

L'absence de parité à l'écran 

La base de données d'IBM, qui recense des milliers de longs-métrages et 880 bande-annonces de films Bollywoodiens sortis entre 2008 et 2017, prouve que les femmes sont reléguées à des personnages secondaires (femme de, mère de, etc.). Par exemple, 32% des personnages masculins sont docteurs, contre seulement 3% des personnages féminins. 

Le chant et les chorégraphies occupent une place décisive dans le cinéma de Bollywood. Là-encore, les femmes sont quantitativement moins présentes sur la BO des films, qui accordent plus de scènes musicales aux hommes.

Enfin, sans surprise, les inégalités se retrouvent également dans la production, réalisation et scénographie des œuvres. Ce qui, en toute logique, ne fait que perpétuer cette répartition inégale des rôles et les dogmes sexistes véhiculés. 

Vers une amélioration?

Malgré ce portrait très sombre de l'égalité des sexes à Bollywood, Nishtha Madaan se veut optimiste. Et pour cause: plusieurs grandes actrices indiennes, comme Anushka Sharma (avec le film NH10), Kangana Ranaut (avec Queen) ou Vidya Balan (avec Kahaani), ont récemment privilégié des scénarios construits autour d'un protagoniste féminin. 

Et les films dont le rôle principal est endossé par une femme seraient en augmentation depuis quelques années, comme l'illustrent, selon cette experte, les films NeerjaNil Battey SannataMargarita with a Straw, Dear Zindagi et d'autres. 

Dans les années 1970, seuls 7% des rôles principaux étaient féminins. Ils sont 11,9% en 2015-2017. Encore un peu de chemin à faire. 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte