Monde

Parce qu'elles boycottent Israël, ces victimes sont privées d'aide pour reconstruire leur maison

Temps de lecture : 2 min

C'est un critère imposé par une ville du Texas: les victimes de l'ouragan Harvey doivent certifier qu'elles ne boycottent pas Israël si elles souhaitent recevoir une aide financière.

Une touriste photographie un symbole peint sur le mur de Bethlehem, le 5 juin 2015. Thomas Coex / AFP
Une touriste photographie un symbole peint sur le mur de Bethlehem, le 5 juin 2015. Thomas Coex / AFP

Dickinson, située à quelques dizaines de kilomètres de Houston, au Texas, est l'une des villes qui a été le plus touchée par l'ouragan Harvey, en août dernier. Heureusement, ses habitants pourront bientôt bénéficier des dons venus d'un peu partout dans le monde. Sauf si ces habitants en question boycottent Israël.

Dans le formulaire que les victimes de Dickinson doivent remplir pour toucher un peu d'argent, on leur demande de respecter certaines règles. Dont celles-ci, que relève NPR:

«Le candidat: (1) ne boycotte pas Israël; (2) ne boycottera pas Israël durant toute la durée de cet accord.»

Pour dégoter cette règle, la ville s'est appuyée - très librement - sur une loi en vigueur au Texas depuis le 1er septembre dernier. La loi 89 vise en effet les entreprises du Texas, qui «boycottent, désinvestissent ou sanctionnent» Israël. Les BDS, du même nom que le mouvement qu'elle supporte, ne peuvent plus recevoir d'argent public depuis quelques semaines.

Mais à Dickinson, on a décidé d'élargir cette loi aux citoyens lambdas BDS, et à l'argent public et privé, venant de toutes parts dans le monde. Une interprétation un peu - trop - large. L'auteur de la loi, le Républicain Phil King, en a été le premier surpris, et il voit ici un «malentendu»:

«Il n'est pas rare, juste après la publication d'une toute nouvelle loi, surtout lorsqu'elle est particulièrement technique, qu'il y ait des mésinterprétations, ou un peu de confusion.»

Une confusion qui a fait vite réagir l'Union pour les Libertés Civiles Américaines (ACLU). L'organisation juge ce document «inconstitutionnel», puisqu'il contrevient au Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis:

«Le Premier Amendement protège le droit à participer à des boycotts politiques [...] Le Gouvernement ne peut demander aux individus, pour être éligibles à des fonds publics, d'abandonner leur activité politique pacifique.»

L'ACLU rapporte qu'elle a dû porter en justice une affaire similaire il y a quelques semaines: une professeure de mathématiques du Kansas devait attester qu'elle ne boycottait pas Israël pour pouvoir postuler à un programme gouvernemental. Face à son refus en «bonne conscience», l'Etat a refusé de l'accepter.

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

Phillys Schlafly valorisait la femme au foyer alors que sa carrière professionnelle était bien remplie. Pourtant, si elle avait été un homme, elle serait allée très loin dans son parti.

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

On estime entre 15 à 26 millions le nombre d'Américain·es ayant participé à des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique à travers tout le pays.

Newsletters