Science & santéSmart Cités

Voiture autonome : un «levier éthique» pour résoudre les dilemmes moraux

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 15.10.2017 à 17 h 26

Repéré sur New Scientist

On le sait, les voitures autonomes vont devoir choisir qui sauver en cas d'accident. Mais un levier éthique, développé par des chercheurs italiens, pourraient redonner du pouvoir au conducteur.

Un Uber autonome dans les rues de San Fransisco. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Un Uber autonome dans les rues de San Fransisco. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Que devrait faire une voiture autonome face à un dilemme moral, sauver la vie de son passager ou le sacrifier pour en sauver d’autres ? Cette question est l’un des problèmes principaux auxquels doivent faire face les constructeurs de véhicules autonomes. Mais des chercheurs italiens ont peut-être trouvé la solution : installer un «levier éthique» dans toutes les voitures.

Comme l’explique New Scientist, c'est l’instinct qui gouverne nos réactions face au danger et dans le cas d’une collision mortelle, il est souvent facile de déterminer le responsable. Mais en tant que machine, une voiture autonome n’est pas capable de se reposer sur son instinct. Cela veut donc dire qu’elle doit informer ses décisions via un code de conduite. Sauf que tout le monde n’est pas d’accord sur ce que celui-ci devrait être. 

L’opinion la plus partagée par les spécialistes est que les voitures autonomes devraient toujours choisir la solution qui minimise les pertes humaines, même si cela veut dire tuer le ou les passagers du véhicule. Mais si cette approche fait sens sur le plan moral, elle n’est pas forcément très vendable : rares sont les passagers qui montent volontairement dans une voiture qui peut volontairement les tuer.

Levier éthique


C’est donc pour répondre à cette problématique qu’une équipe de l’Université de Bologne a développé un «levier éthique». Installé dans la voiture, celui-ci laisserait au conducteur le choix de la réaction de la voiture en cas de dilemme moral. Deux modes seraient proposés : «totalement altruiste» ou «totalement égoïste». Le levier serait une façon pour le conducteur d’indiquer à la voiture quelle valeur celui-ci met sur la vie des autres, explique Guiseppe Contissa, en charge de la recherche :

«Nous voulions explorer ce qu’il se passerait si la responsabilité et le contrôle des actions d’une voiture autonome étaient rendues au conducteur»

Ce levier, même s'il n’est pour l’instant qu’un prototype, pourrait bien apporter une réponse intéressante aux questions éthiques entourant les voitures autonomes. Les décisions à prendre sont, en tout cas, lourdes de conséquences. Et pour vous en convaincre, le MIT propose sur un site de se mettre dans la peau d’un véhicule autonome et de décider qui tuer et qui sauver en cas d’accident.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte