Sports

Le chessboxing prend son envol

Temps de lecture : 2 min

Le dernier tournoi de la World Chess Boxing Organization vient d'avoir lieu dans une salle bondée du centre de Londres. Comme son nom l'indique, ce nouveau sport réunit deux disciplines qui n'ont a priori pas grand-chose en commun: la boxe et les échecs.

L'artiste néerlandais Iepe Rubingh, qui a inventé le sport, affirme s'être inspiré d'une BD d'Enki Bilal sortie en 1992, Froid Equateur. Les règles sont les suivantes: le match commence par un round de quatre minutes d'échecs, suivi d'un round de trois minutes de boxe, et se poursuit sur 11 rounds au total. Une pause d'une minute est observée entre chaque round. Les joueurs doivent suivre les règles officielles des deux sports. Un combat peut se gagner par ko, par échec et mat, par décision des juges ou si l'adversaire a dépassé ses douze minutes de temps de réflexion pour la partie d'échec.

La chaîne australienne ABC était au Boston Globe de Londres pour suivre le combat entre l'Anglais Matt Read, fin joueur d'échec mais un peu frêle, et l'Allemand Sebastian Bauersfeld, dont le père était champion de boxe et qui s'entraîne depuis son enfance:

Le public ne ressemblait pas vraiment à des spectateurs qui sont venus voir un combat sanguinaire; il y avait des femmes élégantes, des hommes en veste de tweed et de nombreux porteurs de lunettes épaisses.

Un diaporama de l'évènement de Londres transmet l'ambiance particulière de ces matches, où se mélangent capacité intellectuelle et combat brutal, résumée par la devise de la fédération mondiale de chessboxing: «le combat se fait sur le ring et la guerre se mène sur l'échiquier.»

Aujourd'hui, le chessboxing compte environ 150 joueurs professionnels à travers le monde, dont la plupart sont des champions d'échecs classiques et des boxeurs aguerris, et attire de plus en plus de monde lors des différentes rencontres organisées. En 2006, 400 spectateurs ont payé leur place pour un double combat à Cologne. Lors du dernier championnat du monde des lourd-légers en Sibérie le 28 novembre dernier, 2.000 personnes ont assisté au sacre de Leo Kraft, plus jeune champion de l'histoire de la discipline du haut de ses 17 ans.

[Lire l'article complet sur abc.net.au] (via @PetitesPhrases)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

En Syrie, la natation pour panser les blessures de la guerre

Dans la piscine de Bisan, à Idlib, les enfants courent prudemment sur le rebord, slalomant entre les béquilles et les prothèses. Dans le bassin, Abdul Wahid Al-Naqer s'active, casquette vissée sur la tête, sifflet aux lèvres. Coach de natation...

Le hockey canadien en disgrâce suite à de multiples affaires de violences sexuelles 

Le hockey canadien en disgrâce suite à de multiples affaires de violences sexuelles 

Les stades du championnat mondial de hockey junior sont déserts.

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Les fantasmes liés à l'imaginaire du surf transforment la pratique en compétition, contraignent les corps et reconduisent des stéréotypes souvent caricaturaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio