Tech & internet

Comment la désinformation russe s'est retrouvée jusque sur Pinterest

Temps de lecture : 2 min

Même ce réseau social très lifestyle a été affecté par la propagande venue de Russie, selon le Washington Post.

Pinterest. AFP PHOTO / JOSH EDELSON
Pinterest. AFP PHOTO / JOSH EDELSON

Quand les médias américains évoquent la campagne de désinformation russe qui a eu lieu lors de la dernière campagne présidentielle, les noms de Facebook, Google et Twitter arrivent rapidement sur toutes les lèvres. Il se trouve que Pinterest a également fait les frais de cette campagne, mais de façon indirecte, rapporte le Washington Post.

Pinterest est l'un des principaux réseaux sociaux du monde. Son nombre d'utilisateurs est moins important que celui de Facebook ou de Twitter, mais il est très utilisé par des personnes qui apprécient la possibilité de trouver des idées pour leur décoration d'intérieur, des recettes de cuisine, suivre la mode...

Sauf que le site lancé par Ben Silbermann, Paul Sciarra et Evan Sharp, en 2010, a visiblement été un dommage collatéral de la campagne de propagande russe.

«Peu de monde associerait ce réseau social à la politique –et encore moins les trolls. Mais au cours de la campagne 2016, le site a servi de recueil à des milliers de posts politiques créés par des agents russes dans le but de façonner l'opinion publique et de créer la discorde dans la société américaine, a reconnu l'entreprise ce mercredi 11 octobre. Les agents russes ne semblent pas avoir posté directement sur Pinterest, mais leur sphère d'influence s'est développé jusqu'au site grâce aux utilisateurs qui sont tombés sur leur travail et l'ont épinglé à leur insu sur leur scrap board Pinterest.»

Point positif pour le réseau social, ces images semblent ne pas avoir trop intéressé ses utilisateurs. Il faut dire que Pinterest est loin d'avoir la réputation d'être un réseau politique.

Deux mille images

À titre d'exemple, le Washington Post indique qu'un board Pinterest dédié aux idées pour décorer sa maison inclut l'image d'un policier sur laquelle il est écrit: «Un agent de police de l'État de Géorgie a été viré pour avoir fait flotter un drapeau confédéré.»

«L'utilisateur qui a posté cette image l'avait trouvé sur Twitter, où elle avait été posté au départ par un compte au nom de Being Patriotic. Being Patriotic était l'un des comptes que Facebook et Twitter ont fait fermer après avoir découvert qu'il était associé à l'Internet Research Agency

Au moins 2.000 images liés à cette organisation de diffusion de propagande russe ont été repostées sur Pinterest, selon un directeur de recherche de l'université de Columbia. Mais l'Internet Research Agency est loin d'être le seul organe dont la propagande a été reprise sur Pinterest. Le réseau social assure cependant avoir supprimé tous les contenus qui ont été portés à son attention et indique qu'il va continuer d'enquêter.

Slate.fr

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Slate publie les bonnes feuilles de «L'amour sous algorithme», de Judith Duportail.

Newsletters