Tech & internetMonde

4chan a encore dérapé après la tuerie de Las Vegas

Aaron Mak, traduit par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 03.10.2017 à 6 h 03

Des justiciers anonymes ont épinglé à tort plusieurs personnes, dont un faux suspect décrit comme un maniaque anti-Trump.

Des images publiées sur 4chan lundi 2 octobre, épinglant à tort Geary Danlay comme le tueur de Las Vegas.

Des images publiées sur 4chan lundi 2 octobre, épinglant à tort Geary Danlay comme le tueur de Las Vegas.

Dans leur empressement à dépeindre la terrible fusillade de Las Vegas de dimanche soir comme le produit d'un zèle gauchiste anti-Trump, des trolls ont relayé de fausses informations sur l'identité du meurtrier de masse. La police de Las Vegas a révélé lundi matin que celui-ci était Stephen Paddock, 64 ans, dont le mobile n'a encore été établi. Des heures auparavant, néanmoins, des commentateurs ont accusé à tort de nombreuses personnes sur des sites comme 4chan. The Gateway Pundit, un blog pro-Trump à qui la Maison-Blanche a accordé une accréditation en février, a même transformé une de ces rumeurs en fait, désignant à tort un homme nommé Geary Danley comme le tueur présumé.

Ce Geary Danley a reçu une attention toute particulière de la part des trolls. Il semble avoir été emporté dans cette tempête virtuelle car il porte le même nom de famille que Marilou Danley, une femme susceptible d'avoir été son épouse et sur laquelle la police a enquêté car elle aurait pu être complice de Paddock (il a depuis était annoncé qu'elle n'était probablement pas impliquée). Des fouineurs d'extrême droite ont publiquement épinglé Marilou, ont trouvé une page Facebook semblant être celle de Geary et l'ont présenté comme sympathisant de la gauche – le compte en question ayant liké des pages comme celle des «Liberal Progressive Democrats» et de l'émission télévisée de la journaliste de gauche Rachel Maddow. Certains usagers du sous-forum 4chan «Politically Incorrect» se sont basés sur ces détails non confirmés pour construire l'histoire d'un Geary Danley, dingue anti-Trump devenu violent.

Comme le note Ryan Broderick, du site Buzzfeed News, au moins six chaînes 4chan ont fait circuler la rumeur selon laquelle Danley était le tireur présumé, de bons citoyens anonymes précisant qu'il était «INSCRIT COMME DÉMOCRATE SUR LES LISTES ÉLECTORALES» et «un psychotique anti-Trump CARRÉMENT ANTIFA». Histoire de noircir le tableau, si vous faisiez une recherche «Geary Danley» dans Google, vous seriez tombé sur ces sujets bidons classé dans la rubrique «À la une», faisant passer ces rumeurs pour des informations vérifiées. Google a transmis la déclaration suivante à la presse:

«Malheureusement, tôt ce matin, nous avons brièvement vu remonter une page inappropriée de 4chan dans nos résultats de recherche pour un petit nombre de requêtes. En quelques heures, ce résultat a été remplacé par des résultats pertinents grâce à l'algorithme. A aucune moment ce résultat n'aurait dû apparaître dans les recherches et nous continuerons à améliorer notre algorithme pour empêcher que cela ne se reproduise dans le futur.»

Des trolls conservateurs ont aussi ciblé Marilou Danley: soulignant ses racines asiatiques, ils ont clamé qu'elle était en relation avec «l'État islamique aux Philippines» (ses origines ne sont pourtant pas connues pour l'instant.) AltRight, un site dirigé par le nationaliste blanc Richard Spencer, a émis l'hypothèse, sur la base d'une enquête fragile, qu'elle pourrait avoir convaincu Paddock de se convertir à l'islam radical.

Ce n'est pas la première fois que les réseaux sociaux sont dévoyés et finissent par une mauvaise identification de meurtriers de masse. La chasse à l'homme lancée sur Reddit à l'encontre des terroristes du marathon de Boston en 2013 est restée dans les mémoires: elle avait conduit à inonder internet d'images d'un innocent étudiant nommé Sunil Tripathi qui avait disparu. Il était en fait mort. Dans la foulée du massacre de 2015 à l'Umpqua Community College (Oregon), des utilisateurs de 4chan semblent avoir essayé de duper les médias en utilisant la photo d'un célèbre chroniqueur musical qui affichait une vague ressemblance avec le vrai tireur. Une émission de télé avait même fini par utiliser la mauvaise image. Et en 2016, après une fusillade qui avait coûté la vie à cinq officiers, la police de Dallas avait publié sur Twitter la photo d'un suspect. Problème: elle était restée en ligne longtemps après qu'il a été blanchi.

Si ces exemples passés d'identification à tort relevaient davantage de l'imprudence que d'un motif politique, ce qui est arrivé à Danley doit nous servir d'avertissement. Internet est le porte-voix parfait pour des justiciers maladroits cherchant à faire avancer leur cause politique, et de vraies personnes, innocentes, peuvent en payer le prix.

Aaron Mak
Aaron Mak (1 article)
Journaliste à Slate.com
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte