Culture

Quand Ryan Gosling s'amuse d'avoir sauvé le jazz

Temps de lecture : 2 min

Le 30 septembre, l'acteur canadien était l'hôte du premier numéro de la nouvelle saison du Saturday Night Live.

Emma Stone et Ryan Gosling au Saturday Night Live, le 30 septembre 2017.
Emma Stone et Ryan Gosling au Saturday Night Live, le 30 septembre 2017.

La La Land a presque gagné l'Oscar du meilleur film, mais l'œuvre de Damien Chazelle avait gagné une bonne grosse polémique avant ça.

Comme l'explique Pitchfork,

«La La Land s'est retrouvé sous le feu des critiques l'année dernière, pour avoir suggéré qu'un personnage blanc allait sauver de l'extinction un art originnellement noir».

Cet art, c'est le jazz, que le personnage interprété par Ryan Gosling tente de sauver au cours du film.

Invité quelques mois plus tard à présenter le Saturday Night Live, Ryan Gosling est donc revenu en rigolant sur cette polémique.

L'acteur, qui faisait la promotion de son nouveau film Blade Runner 2049, a passé les cinq minutes de son monologue à se vanter d'avoir sauvé le jazz.

«La dernière fois que j'étais aussi enthousiaste, c'est quand j'ai sauvé le jazz. Vous savez que j'ai sauvé le jazz, pas vrai? J'ai fait ce film La La Land, et tout le monde a dit que j'avais sauvé le jazz. Je crois qu'il était mourant et que je l'ai sauvé. [...] Pour les curieux, j'étais le dernier à penser que je sauverais le jazz. Je me disais: “Moi? Ryan Gosling? Un gamin blanc du Canada. J'imagine que je peux essayer de le sauver”. Et c'est ce que j'ai fait.»

L'acteur canadien essaie de continuer de faire la promo de son film, mais s'amuse à faire des allers-retours sur son sauvetage du jazz, avant de se mettre derrière un piano et de faire semblant de jouer.

Il est finalement interrompu par Keenan Thompson, qui tente de lui expliquer l'ironie de l'histoire: il n'a pas sauvé le jazz, et les gens disent cela pour se moquer de lui.

Mais le personnage joué par Gosling ne l'écoute pas et finit par expliquer le jazz («jazz-splainer»?) à des musiciens, jusqu'à ce qu'Emma Stone, qui jouait le personnage principal de La La Land, ne débarque sur le plateau et le ramène à la raison.

«Je peux te parler une seconde? Ryan, tu n'as pas sauvé le jazz. Combien de fois, est-ce qu'on en a parlé? Ce n'est pas toi qui as sauvé le jazz. C'est nous deux qui l'avons sauvé.»

La cerise sur le gâteau d'un excellent monologue, pour Rolling Stone.

Newsletters

«Light of My Life»: Casey Affleck en père protecteur et patriarche dans un monde sans femmes

«Light of My Life»: Casey Affleck en père protecteur et patriarche dans un monde sans femmes

Le réalisateur prend tellement de pincettes qu'il ne trouve plus grand-chose à dire et passe à côté de son sujet principal.

Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

«Les Blagues de Toto» est l'énième itération d'un sous-genre cinématographique bien de chez nous: celui qui adapte une BD ou un roman d'antan à l'écran. Il serait temps de changer de disque.

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Relié au système nerveux, le dispositif aide l'oreille à se familiariser à de nouvelles sonorités.

Newsletters