Monde

Manchester United criblé de dettes

Temps de lecture : 2 min

Réputé pour être le club de football le plus riche du monde, Manchester United n'est pourtant pas au mieux financièrement. Accusant quelques 868 millions d'euros de dettes, le club de football anglais se pencherait actuellement sur un plan permettant d'éponger cet imposant passif. Le club mancunien n'est plus en mesure de refinancer ses dettes depuis juillet 2006 et le remboursement de près de 302 millions d'euros.

Selon le Financial Times, le board du club envisagerait sérieusement d'élaborer un plan d'émission de titre à haut rendement dont les revenus viendraient combler le déficit. Le quotidien rapporte également que deux banques, JP Morgan et Deutsche Bank, ont été consultées à ce sujet.

Propriété du milliardaire américain Malcolm Glazer, Manchester United ne devrait pas être gêné par cette dette, les bénéfices engrangés étant supérieurs aux intérêts annuels sur les emprunts contractés.

[Lire l'article complet sur le Financial Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: le logo de Manchester Unied via Flickr

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters