Monde

Manchester United criblé de dettes

Temps de lecture : 2 min

Réputé pour être le club de football le plus riche du monde, Manchester United n'est pourtant pas au mieux financièrement. Accusant quelques 868 millions d'euros de dettes, le club de football anglais se pencherait actuellement sur un plan permettant d'éponger cet imposant passif. Le club mancunien n'est plus en mesure de refinancer ses dettes depuis juillet 2006 et le remboursement de près de 302 millions d'euros.

Selon le Financial Times, le board du club envisagerait sérieusement d'élaborer un plan d'émission de titre à haut rendement dont les revenus viendraient combler le déficit. Le quotidien rapporte également que deux banques, JP Morgan et Deutsche Bank, ont été consultées à ce sujet.

Propriété du milliardaire américain Malcolm Glazer, Manchester United ne devrait pas être gêné par cette dette, les bénéfices engrangés étant supérieurs aux intérêts annuels sur les emprunts contractés.

[Lire l'article complet sur le Financial Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: le logo de Manchester Unied via Flickr

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters