Culture

Internet et politique: révolution ou gadget marketing ?

Temps de lecture : 2 min

«Est-ce qu’Internet peut entraîner des changements politiques?» C’est la question posée par l’édito du Guardian. Les optimistes montrent l’exemple iranien où Twitter, Facebook et YouTube ont servi à organiser la résistance face à Ahmadinejad. «Durant les dernières décennies, l’usage d’Internet a augmenté plus vite que dans n’importe quel autre pays du Moyen-Orient et plus d’un tiers des Iraniens sont connectés. L’Iran est un pays de blogueurs, avec beaucoup de journalistes se tournant vers les blogs après la fermeture de leurs journaux». Mais comme le note le Guardian, le pouvoir est toujours en place et a appris à contrer le cyber-activisme avec la cyber-répression. «Il n’y a que les cyber-utopistes pour croire que le changement démocratique est à portée de clic, et que pour renverser un dictateur il suffit ''d’ajouter Internet''».

Quant au changement amené par Internet à la vie politique anglaise, l’édito met en garde. Pour beaucoup de politiques, les réseaux sociaux servent juste «à recopier les campagnes marketing traditionnelles- traitant les électeurs à peine mieux que des consommateurs (…).» La leçon de la campagne réussie d’Obama conclut le quotidien britannique, c’est qu’il a considéré «les électeurs comme des citoyens jouant un rôle actif dans une société démocratique plutôt que comme des consommateurs passifs sous l’emprise du marketing politique».

Article signalé par Francis Pisani sur son blog Transnets

[Lire l'article complet sur The Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Twitter, Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

En devenant une industrie, Hollywood s'est structuré en studios, avec le corps des femmes, actrices malléables à volonté, comme valeur marchande, et avec les avortements forcés, le «slut shaming» ou le chantage comme outils de coercition.

Il n'est pas surprenant que Simeoni et Talamoni aient proposé d'ouvrir les ports corses aux migrants

Il n'est pas surprenant que Simeoni et Talamoni aient proposé d'ouvrir les ports corses aux migrants

Les dirigeants nationalistes ont proposé d'accueillir l'Aquarius. Une démarche qui s'inscrit dans une longue tradition d'accueil.

Newsletters