Monde / Économie

Les constructeurs automobiles déjà prêts à vendre leurs voitures aux femmes saoudiennes

Temps de lecture : 2 min

À peine une semaine après l'annonce du roi saoudien de la levée de l'interdiction pour les femmes de conduire, le marché mondial de l'automobile s'agite.

Une femme saoudienne sort d'une voiture après avoir été conduite par son chauffeur à Ryad, en mai 2011. © Fayez Nureldine / AFP
Une femme saoudienne sort d'une voiture après avoir été conduite par son chauffeur à Ryad, en mai 2011. © Fayez Nureldine / AFP

À partir de juin 2018, les femmes saoudiennes pourront enfin passer derrière le volant d'une voiture. Le roi Salman s'est engagé à lever cette interdiction que seule l'Arabie saoudite tenait encore en vigueur dans le monde.

Il n'a fallu que quelques jours pour que les constructeurs automobiles réagissent à cette annonce. Sur les réseaux sociaux, Nissan, Volkswagen ou encore Ford tentent déjà de séduire leurs nouvelles clientes:

Il faut dire qu'un nouveau marché s'ouvre à eux: comme le souligne le site Quartz, le pays compte «8 millions de femmes qui ont entre 15 et 54 ans», et la banque d'investissement américaine Merrill Lynch «estime que le décret royal devrait potentiellement mettre 9 millions de nouvelles conductrices sur la route, dont 2.7 millions de femmes résidentes non Saoudiennes». Quartz relève également que la moyenne d'âge du pays ne dépasse pas les 27 ans, et que la moitié de la population a moins de 24 ans... autant de potentielles conductrices pour les années à venir.

L'Arabie saoudite est le plus grand importateur de véhicules et de pièces automobiles de sa région, indique Quartz. Et selon le fournisseur de produits automobiles britannique LMC Automotive, les ventes dans le pays pourraient augmenter de 15 à 20% grâce à ce nouveau marché.

Ces prédictions sont toutefois à nuancer: comme le rappelle Mashable, «il y a de fortes probabilités pour que les femmes aient toujours besoin de l'autorisation de leur père, leur mari ou parfois même de leurs frères ou de leurs fils pour acheter une nouvelle voiture.» La loi saoudienne place en effet les femmes sous l'autorité d'un homme.

Slate.fr

Newsletters

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Comme lors du scrutin annulé, le candidat du parti d'Erdoğan a été défait.

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

Le texte de loi qui était en préparation apparaît comme une considérable maladresse.

Newsletters