Monde

Radioamateurs et talkies-walkies: voilà comment communiquent les Portoricains en ce moment

Temps de lecture : 2 min

Privés d'électricité et de réseau téléphonique presque partout, les habitants de l'île peinent à communiquer entre eux et avec le reste du monde.

Un homme coupe un arbre déraciné par l'ouragan Maria dans une rue de Yabucoa, dans l'Est de Porto Rico. © Hecto Retamal / AFP.
Un homme coupe un arbre déraciné par l'ouragan Maria dans une rue de Yabucoa, dans l'Est de Porto Rico. © Hecto Retamal / AFP.

Le 20 septembre dernier, l'ouragan Maria dévastait tout sur son passage, faisant des dizaines de victimes à Porto Rico. Plus d'une semaine après, les survivants peinent à donner des nouvelles à leurs proches : la plupart des lignes électriques ont été détruites, et selon la Commission Fédérale des Communiations, 90% des antennes-relais téléphoniques sont hors service.

Ces difficultés de communication sont lourdes de conséquences. The Verge rapporte notamment que les camions qui transportent de produits d'approvisionnement d'urgence se retrouvent «bloqués dans les ports»: les routes sont dans un état désastreux, et quoi qu'il en soit, «chauffeurs et fournisseurs ne parviennent pas à coordonner leurs efforts», toute communication étant coupée.

Des téléphones par satellites et du morse

Quelques solutions de secours permettent toutefois de rétablir un contact rudimentaire entre les habitants de l'île. L'Agence fédérale des situations d'urgence a envoyé une centaine de téléphones par satellite, qui ne fonctionnent pas avec le même réseau que les téléphones portables classiques.

La Garde Nationale a de son côté fait parvenir quatre unités de transmission alimentées par des groupes électrogènes. Ils permettent de «relayer des appels entre les civils et les militaires», décrit un porte-parole de la Garde Nationale dans The Verge. Un moyen notamment pour les secouristes de rentrer en contact avec les bases militaires.

Les radioamateurs se révèlent eux aussi d'une grande aide. Contrairement à celles des radios ordinaires, leurs antennes ont résisté à la tempête. Via leurs ondes spécifiques, ils peuvent «parler, envoyer des données et des textes, ou utiliser le Morse», détaille The Verge. Ils peuvent notamment entrer en communication avec la police, dont le système radio est hors service, et qui a ressorti des talkies-walkies. Mais ils se chargent aussi de compléter la liste des survivants sur le site Safe and Well.

A San Juan, capitale de l'île, le réseau revient peu à peu, en certains endroits. Joint par The Verge, un survivant raconte :

«Beaucoup de gens conduisent à la recherche de réseau, et ils s'arrêtent au milieu de la route pour parler à leurs proches.»

Un opérateur qui a échappé aux dommages de l'ouragan a installé une borne de wifi en libre accès. En une journée seulement, 3.000 appareils s'y sont connectés, rapporte le site américain.

«La communication après un désastre de cette ampleur n'est pas qu'un problème de confort, souligne The Verge, c'est une question de vie ou de mort.»

Slate.fr

Newsletters

Ogre

Ogre

À la télévision italienne, le sort des Roms rappelle celui des juifs d'autrefois

À la télévision italienne, le sort des Roms rappelle celui des juifs d'autrefois

L'idée d'un recensement des Roms vivant en Italie a réveillé de dramatiques souvenirs dans la population italienne, notamment chez Enrico Mentana, l'un des présentateurs télévisés les plus célèbres du pays.

Football égyptien: quand la discrimination tue la passion

Football égyptien: quand la discrimination tue la passion

La minorité chrétienne d’Égypte, qui représente 10% de la population, est marginalisée jusque sur les terrains de football.

Newsletters