MondeCulture

Quand les expos deviennent des usines à selfies

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 30.09.2017 à 9 h 25

Repéré sur Wired

Aux Etats-Unis, de nouveaux espaces «artistiques» sont conçus pour servir d'arrière-plans aux photos postées sur Instagram.

Espace 29ROOMS  | VICTORIA PICKERING via Flickr CC License by

Espace 29ROOMS | VICTORIA PICKERING via Flickr CC License by

Depuis son lancement à New York en 2016, le musée de la crème glacée (Museum of Ice Cream) est devenu tellement populaire que des espaces similaires ont été créés à Los Angeles et à San Francisco. Il s'agit d'expositions temporaires, et à San Francisco, tous les tickets pour les six mois de l'expo se sont vendus en moins de 90 minutes. 

Cet engouement n'a pas grand chose à voir avec la valeur artistique du musée, qui n'est d'ailleurs pas un musée. En effet, l'intérêt de cet espace ludique est d'être un décor parfait pour se faire prendre en photos, avec murs roses, bonbons géants, licornes et arc-en-ciel. Plus de 66.000 photos ont été postées sur Instagram avec le hashtag #museumoficecream.

Pour la journaliste de Wired Arielle Pardes, «il est difficile de marcher à travers cet espace et de le voir comme autre chose qu'une série d'arrière-plans pour photos Instagram». 

Or ce genre d'exposition marche tellement bien que d'autres espaces du même type ont vu le jour, comme la Color Factory (avec une salle remplie de confettis) et le 29Rooms, avec une piscine de nuages en mousse et une pièce remplie de guirlandes de fleurs. Certains des espaces sont conçus par des artistes mais la première préoccupation n'est pas l'art. Wired qualifie ces lieux d'«usines à selfies».

En effet, la fondatrice de 29Rooms, Piera Gelardi, explique que l'idée était de «créer un espace dans lequel les gens puissent se sentir comme des stars». 

Ces concepts ont vu le jour après que plusieurs expositions artistiques particulièrement photogéniques sont devenues célèbres sur les réseaux sociaux. Il y a notamment eu Wonder en 2015 au Smithsonian (un arc-en-ciel géant fait avec des fils) et la Rain Room au Barbican de Londres en 2012, une salle avec de la pluie qui s'arrête au contact des visiteurs. 

Puisque les visiteurs semblaient particulièrement friands d'expériences artistiques partageables sur les réseaux sociaux, plusieurs jeunes entrepreneurs ont décidé de créer des espaces presque entièrement conçus pour la prise de photos, comme le musée de la crème glacée.

Sa fondatrice de 25 ans, Maryellis Buns, explique que son but était de créer une expérience pour les milléniaux qui s'ennuyaient à New York. Et contrairement aux musées traditionnels, la présence des marques qui sponsorisent le lieu n'est pas subtile: l'application Tinder et la marque de chocolat Dove ont leurs propres salles. 

De même, contrairement aux musées traditionnels, le but en soi n'est pas le contenu du musée, mais la possibilité pour les gens qui le visitent de s'y mettre en scène:

«Nous cherchons tous à créer du contenu et à construire notre marque personnelle sur les réseaux sociaux, expliquait Buns à la radio NPR. Et nous cherchons des endroits qui peuvent nous mettre en valeur et montrer qui nous sommes en tant qu'individus. Et le musée fait ça très bien je pense. Chaque pièce est construite avec l'idée de créer la meilleure photo pour les réseaux sociaux.»  

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte