Science & santé

Un robot sexuel envoyé en réparation après avoir été maltraité

Repéré par Diane Frances, mis à jour le 29.09.2017 à 14 h 54

Repéré sur BBC

L'enthousiasme grandissant pour les sexbots intelligents soulève bien des questions.

Capture d'une vidéo de présentation du robot sexuel Samantha.

Capture d'une vidéo de présentation du robot sexuel Samantha.

Son créateur aurait dû penser à une pancarte du type «merci de me toucher avec les yeux». Samantha, robot sexuel à 3.000 livres (environ 3.400 euros) pourvu d'une forme d'intelligence artificielle, a besoin de réparations après avoir été maltraitée à répétition lors du Ars Electronica Festival autrichien où elle était exposée début septembre, rapporte le site de la BBC.

Dans une interview à Metro, Sergi Santos, le concepteur de Samantha, a raconté le calvaire qu'a enduré sa poupée:

«Les gens s'en sont pris à ses seins, ses bras et ses jambes. Deux doigts ont été cassés. Elle a été lourdement souillée. Les gens peuvent être mauvais. Parce qu'ils n'ont rien compris à la technologie et qu'ils n'avaient pas besoin de payer pour la toucher, ils l'ont traitée comme des barbares.»

Or Samantha n'a pas été conçue pour les contacts physiques que les visiteurs de ce salon mondial de la technologie lui ont imposés. Elle peut répondre quand on lui parle, et réagit de manières différentes lorsqu'on touche certaines parties de son corps. Lui palper la poitrine, par exemple, la fait gémir. Cette particularité a fait sensation auprès du public masculin, qui n'a eu de cesse de mettre le robot à rude épreuve pour le faire réagir.

 

Cet incident alimentera sans doute de futurs débats sur la popularité grandissante de ces sexbots intelligents. Plusieurs études ont déjà mis en lumière un nombre considérable de personnes se prononçant en faveur de leur utilisation, et 40% des hommes interrogés par une enquête en ligne ont annoncé vouloir acheter une de ces poupées dans les cinq prochaines années. 

 

Pour certains chercheurs, sexologues et fabricants de sexbots, l'augmentation du recours à ces partenaires de silicone pourrait avoir des conséquences bénéfiques importantes, telles que la réduction du proxénétisme, la prévention des maladies sexuellement transmissibles, et potentiellement la fin de la prostitution humaine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte