Égalités

Un PDG débourse six millions de dollars pour combler l'inégalité salariale

Temps de lecture : 2 min

Marc Benioff est prêt à investir des sommes importantes afin que les femmes gagnent autant que les hommes.

Une poignée de main entre un homme et une femme au bureau. | perzon seo via Flickr CC License by

Les entreprises désireuses d'en finir avec l'inégalité salariale entre les femmes et les hommes pourraient prendre exemple sur Salesforce. Marc Benioff, le PDG de cette société éditrice de logiciels de gestion –dont la capitalisation boursière s'élève à 66 milliards de dollars– vient d'être classé à la seconde place du top 10 des «Global Champions of Women in Business» établi par le Financial Times et HERoes, un groupe de défense de la diversité au travail.

Aux États-Unis en 2016, les femmes sous contrat à plein temps ne gagnaient que 80,5% de ce que touchaient les hommes pour le même emploi. Cette année, ce chiffre monte à 85%, les femmes gagnant plus et les hommes un peu moins qu'avant. Mais si l'écart se resserre, le fossé ne disparaît pas pour autant.


En 2015, Salesforce a lancé un processus d'évaluation interne pour déterminer si ses employées et employés étaient payés de manière égale, rapporte Quartz. Les résultats ont mené l'entreprise à opérer des ajustements de salaires, en dépensant trois millions de dollars pour «éliminer statistiquement des différences de rémunération significatives». Deux ans plus tard, l'entreprise a réitéré la démarche et dépensé la même somme pour rectifier de nouvelles disparités salariales.

Tandis que beaucoup de sociétés peinent à prendre des mesures en faveur de la diversité au travail, peu investissent des sommes d'argent aussi importantes pour régler le problème immédiatement.

Marc Benioff semble le prendre au sérieux: il tient à ce qu'au moins 30% des participants à chaque réunion d'entreprise soient des femmes, et que des «equality awards» soient décernés aux pionniers en matière d'égalité des droits dans les domaines des affaires, de l'administration et des associations. En décembre 2016, il a d'ailleurs signé l'«Equal Pay Pledge» en même temps qu'une centaine d'autres entreprises et Barack Obama, s'engageant à agir pour la parité salariale.

Le site Fairygodboss, qui permet aux femmes de donner anonymement leur avis sur l'entreprise où elles travaillent, a classé Salesforce cinquième sur 25 en 2016 et sixième en 2017.

Slate.fr

Newsletters

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise (PS), s'exprime sur les défaillances du système pour protéger les femmes victimes de violences conjugales.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

Depuis quand la vulve est-elle obscène?

Depuis quand la vulve est-elle obscène?

Si les représentations du sexe féminin choquent alors que tout le monde est habitué à voir des pénis partout, c'est à cause des Grecs et des Romains.

Newsletters