Science & santé

Il faut une hausse radicale des prix du tabac

Jean-Yves Nau, mis à jour le 29.09.2017 à 8 h 36

Six étapes en trois ans pour parvenir à un paquet de cigarettes à dix euros: c'est ce qu'a annoncé Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le 20 septembre. Pourtant, seul un choc tarifaire pouvait être efficace.

Cigarettes et billets de vingt euros, le 17 juillet 2013 à Lille. © Denis Charlet / AFP.

Cigarettes et billets de vingt euros, le 17 juillet 2013 à Lille. © Denis Charlet / AFP.

Ainsi donc Emmanuel Macron n’a pas voulu s’inspirer de l’une des plus belles actions récente de politique de santé publique: une opération signée Jacques Chirac. Cet ancien grand fumeur était parvenu à un résultat sans précédent: faire chuter les ventes de cigarettes de 82 à 54 milliards d’unités entre 2002 et 2007.

Selon le Pr Gérard Dubois de l'Académie nationale de médecine, il avait ainsi permis de prévenir 20.000 décès prématurés, grâce à une politique uniquement fondée sur la hausse des prix du tabac. La hausse était alors concentrée sur une année (+39% en trois fois sur un an) et le prix moyen du tabac avait augmenté de 1,40 euros.

Une absence de courage politique

Personne, depuis, n’a eu le courage politique d’imposer un tel choc tarifaire.

«Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, entre 2007 et 2012, la France vit une catastrophe en matière de contrôle du tabac, poussant des dizaines de milliers de jeunes supplémentaires à consommer et n’épargnant pas les 10.000 vies qui auraient pu l’être», démontrait en 2012 le Pr Bertrand Dautzenberg, spécialiste de pneumologie, dans son ouvrage La République enfumée: les lobbies du tabac sous Chirac et Sarkozy.

Aucune politique d’augmentation des prix n'a été mise en place durant le quinquennat de François Hollande, qui préféré annoncer en 2014 la création d’un Programme national de réduction du tabagisme. Confiée à Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, l’ambitieuse entreprise apparaît aujourd’hui comme un échec radical, en dépit de l’instauration du «paquet neutre».

On compte aujourd’hui en France près de 16 millions de fumeurs. Entre 18 et 34 ans, près d’une personne sur deux consomme du tabac (et une sur trois entre 15 à 19 ans, alors que la vente est interdite aux mineurs…). La prévalence du tabagisme atteint 46% chez les femmes de 20 à 25 ans, et 55 % chez les hommes de 26 à 34 ans: des taux parmi les plus élevés recensés dans les pays occidentaux.

Tous les acteurs de la lutte contre le fléau tabagique attendaient avec espoir le nouvel exécutif. Emmanuel Macron avait en effet annoncé haut et fort sa volonté de mener, dans le champ de la santé, une révolution de la politique de prévention.

« Alors que nous avons l’un des meilleurs systèmes de soins du monde, d’excellents chercheurs, des professionnels bien formés et une assurance maladie solidaire, les classements internationaux sont sans appel: aujourd’hui, pour vivre en bonne santé, il vaut mieux vivre en Grande-Bretagne, en Espagne ou à Singapour, qu’en France.

 

Pourquoi ? D’abord, parce que nous ne sommes pas bons pour prévenir la maladie et combattre les facteurs de risque que sont le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité, la sédentarité. Ensuite, parce que les inégalités de santé entre les Français sont vives: un cadre vit encore six années de plus qu’un ouvrier! »

Première cause de mortalité évitable (près de 80.000 décès prématurés par an), le tabagisme devait, en toute logique, être le chapitre emblématique de cette nouvelle politique, marquée par l’annonce durant la campagne présidentielle, d’un «paquet de cigarette à dix euros».

On attendait une mesure équivalente au choc tarifaire de Jacques Chirac. Le 6 juillet dernier, sur RTL, Agnès Buzyn s’exprimait sur le sujet:

«Ce qui est clair pour la santé publique, c’est que pour que la hausse du tabac soit efficace et que les gens arrêtent de fumer, il faut que cette hausse soit importante, ça ne peut pas être des hausses de dix centimes. [...] Tous les pays qui ont vu une baisse importante de leur tabagisme sont passés par des hausses notables de leur prix du tabac [...]

Une augmentation graduelle plutôt qu'une hausse choc

Après des semaines de tractations avec Bercy, le 20 septembre, Agnès Buzyn révélait finalement sur Europe 1 le calendrier qui avait reçu l’aval de l’Elysée. Aucune hausse brutale d’entrée, comme la ministre des Solidarités et de la Santé en avait pourtant émis le souhait, mais une série de six paliers étalés sur trois ans.  

«Les arbitrages ont été rendus. Nous allons dès la fin de l’année harmoniser le prix des paquets de tabac, et notamment les plus faibles, en augmentant en moyenne de 35 centimes pour aboutir à des paquets 7,10 euros», a expliqué Mme Buzyn.

 

«Une fois “l’harmonisation” réalisée, il y aura une hausse d’un euro en mars prochain, puis deux hausses de 50 centimes d’euro en avril et en novembre 2019, une nouvelle hausse de 50 centimes d’euro en avril 2020 et de 40 centimes en novembre 2020. Soit, alors, une paquet à 10 euros.»

Nous sommes loin de la «hausse drastique» des prix réclamé, en 2013, dans une tribune du Monde par celle qui était alors présidente de l’Institut national du cancer.

Et la France restera durablement éloignée, par exemple, de l’Australie, où la prévalence du tabagisme est passé de 16,1% en 2011-2012 à 14,7% en 2014-2015. Ce pays entend désormais coupler paquet neutre et augmentation annuelle des taxes de 12,5% pendant quatre ans. Le paquet de cigarettes, actuellement à 16,8 euros, passera alors à… 27 euros en 2020!

Pourquoi, en France, cette hausse graduelle très étalée plutôt que la hausse choc et éclair attendue? Agnès Buzyn délivre ici un étrange argumentaire, expliquant notamment vouloir se mettre à la place des fumeurs: 

«C’est une hausse en trois ans, ce qui était mon souhait», assure-t-elle aujourd’hui. «Elle permet aux gens de se préparer et de trouver les moyens d’arrêter de fumer.»

Des paliers pas suffisamment incitatifs

Étrange emballage politique, qui ne résiste pas à l’expérience des spécialistes d’addictologie.

 «Les hausses massives marchent bien, les hausses minimes ne marchent pas», explique le Pr Bertrand Dautzenberg, secrétaire général adjoint de l’Alliance contre le tabac. «Ce n’est pas le prix du tabac qui compte, c’est l’augmentation du prix du tabac. Quand on augmente le prix de 10%, on a une baisse de la consommation de 8%. Quand la hausse du prix n’est que de 5%, la baisse de consommation est faible, de l’ordre de 1%.»

«À elles seules, ces hausses n'auront aucune répercussion sur de nombreux fumeurs», ajoute le Dr Philippe Arvers, addictologue et tabacologue, administrateur de la Société française de tabacologie. «Ces paliers avec une hausse de 50 centimes [...] ne sont pas suffisamment incitatifs pour modifier le comportement des personnes dépendantes du tabac. »

«Il est certain que la politique des petits pas est le dernier moyen pour obtenir une baisse significative du nombre de fumeurs», confirme Patrick Favrel, spécialiste des politiques de réduction des risques. «L'efficacité d'une hausse réellement significative est connue de tous... À tel point que Bercy a du faire ses comptes. Quant à l'accompagnement du fumeur vers l'arrêt du tabac, il faut un travail de terrain et non de la com’, aussi bonne soit-elle, réalisée dans les locaux d'un ministère ou de Santé Publique France.»

Loin de permettre aux fumeurs de trouver les moyens d’arrêter, cette progressivité de l’augmentation des prix retenue par le gouvernement leur fournira au contraire le temps et les moyens de s’adapter et de ne pas briser leur enchaînement addictif.

Une impasse coupable sur la cigarette électronique

Et comment ne pas être amèrement déçu de l’absence de toute mesure concernant l’amélioration de la prise en charge financière des substituts nicotiniques? Où est le soutien à l’usage de la cigarette électronique comme outil facilitant un arrêt du tabac? On voit, une nouvelle fois, un pouvoir exécutif se refusant à mettre en œuvre une véritable politique de réduction des risques.

Ce refus, ou cette absence de vision, est détaillée dans le récent Tous addicts, et après ? des Drs William Lowenstein et Laurent Karila, deux spécialistes d’addictologie.

« Paquet neutre, paquet à 15 euros et e-cigarette sont les trois mesures qui permettraient, associés à une stratégie de “ringardisation” de la cigarette classique, de réduire la consommation de tabac et de sauver vraisemblablement des dizaines de milliers de vie chaque année. Quel gouvernement aura le courage de contrarier Bercy et ses taxes sur le tabac? Quel gouvernement mettra la vie humaine au-dessus de la politique économique?»

La coupable frilosité française dans ce domaine tranche plus que jamais avec le pragmatisme britannique. Dans quelques jours débutera outre-Manche la désormais célèbre campagne automnale «Stopober» d’incitation à l’arrêt du tabac. Et pour la première fois, la cigarette électronique sera présente.

Dans le même temps, l’Écosse s'est rangée à l’avis de Londres: la cigarette électronique est définitivement moins nocive que la consommation de tabac.

Même si la cigarette électronique n’est pas encore officiellement recommandée par le National Health Service, elle figurera dans la campagne gouvernementale parmi les possibilités permettant d’arrêter de fumer. Une décision prise à la lumière des résultats de «Stopober» de l’an dernier, où elle était devenue l’outil le plus populaire spontanément choisi par les volontaires souhaitant en finir avec le tabac.

Quant à médecin-chef adjoint du gouvernement britannique, la Pr Gina Radford, elle estime que les cigarettes électroniques jouaient désormais un rôle important et que, comme elles contiennent «95% de moins de produits nocifs» que le tabac, il était juste d’en faire la promotion pendant «Stoptober». 

Selon les dernières données officielles, on recensait en Grande Bretagne un peu plus de 15% de fumeurs en 2016, contre 21% en 2007 et plus de 26% en 2000. Parallèlement à cette évolution, le vapotage ne cesse d’augmenter.

Alors qu'en novembre, durant la deuxième édition française du «Moi(s) sans tabac», on fera, une nouvelle fois, l’impasse sur la cigarette électronique.

 

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (797 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte