Culture

Nathan For You, l'émission de coaching qui vous pousse à être immoral

Martin Cadoret, mis à jour le 27.09.2017 à 15 h 52

Proposer une glace parfum caca, vendre de l’alcool aux mineurs, autoriser les clients à couper la file d’attente s’ils ont une «bonne excuse»: voici le type de conseils que prodigue le comédien Nathan Fielder aux petits commerçants qui participent à sa télé-réalité.

© Michael Underwood / Comedy Central.

© Michael Underwood / Comedy Central.

La meilleure partie des émissions de coaching à la sauce M6 sont selon moi les moments où les apprentis cuistots ou les petits patrons de restaurant se font sévèrement rabrouer par Philippe Etchebest et ses acolytes à coups de punchlines vexatoires.

La fin mielleuse pleine de bons sentiments, les interviews face caméra où les candidats se rendent compte qu’ils ont «beaucoup appris», les violons larmoyants et les chansons de James Blunt en générique, ça ira, merci.

Si, comme moi, vous vomissez les happy ends et que vous assumez un petit côté sadique, vous allez sans doute adorer Nathan For You.

Un goût prononcé pour le malaise et les situations gênantes 

Selon mon humble avis, il s'agit tout bonnement de l’émission humoristique la plus drôle jamais réalisée. Mais aussi, peut-être, la plus difficile à expliquer aux non-initiés.

Dans cette parodie de télé-réalité diffusée sur la petite chaîne américaine Comedy Central et inédite en France, Nathan Fielder propose à de petits commerçants de les aider. Il est après tout sorti de l’une des «meilleures écoles de business canadiennes avec de très bonnes notes», comme l’explique ironiquement le générique de l’émission.

Les commerçants en question pensent donc avoir affaire à un véritable consultant en management. Mais en réalité, Nathan Fielder est un comédien canadien avec un goût prononcé pour le malaise et les situations gênantes. Et il leur suggère de mettre en place ses idées les plus débiles et immorales pour augmenter leur chiffre d’affaires. 

«Nathan est prêt à laisser les choses devenir bizarres jusqu’à l’insoutenable, plus que ce que la plupart des gens peuvent tolérer», expliquait d’ailleurs le comédien Seth Rogen, un ancien camarade de classe de Nathan Fielder, dans le portrait que lui a consacré Rolling Stone.

Yaourts au caca, sosie de Johnny Depp et funambulisme

À un vendeur de yaourt glacé en mal de clients, il propose de lancer une glace parfum caca pour attirer les consommateurs curieux. À un caricaturiste de plage peu sollicité, il conseille, pour devenir «plus drôle», de ne pas lésiner sur les portraits méchants et racistes pour faire rire ses modèles. À un magasin de vêtements pour femmes, il propose une «zone spéciale hommes» où les «mecs peuvent se relaxer pendant que les femmes font leur shopping». Et ce ne sont que les exemples les plus moins alambiqués.

Car la plupart du temps, le comédien met en place des stratégies extrêmement complexes pour parvenir à ses fins. C’est d'ailleurs pour cela que son émission est, selon ses propres dires, «un moyen très inefficace de faire de la télévision»: certains épisodes -de vingt-et-une minutes- demandent une douzaine de jours de tournage, étalés sur une période de six mois.

Dans l’un de mes épisodes préférés, il recommande au gérant d'une boutique de souvenirs de Los Angeles de mettre en place un faux tournage de film dans son magasin. Les passants, attirés par le sosie de Johnny Depp engagé par Nathan Fielder, sont censés être engagés comme figurants. Leur rôle: marcher dans le magasin, et acheter le plus de bibelots possibles. Évidement avec leur propre carte bleue.

Il atteint le summum de son art dans le dernier épisode de la saison 3, où il se donne pour mission de transformer Corey Calderwood, un jeune américain paumé vivant chez ses grands-parents, en héros adulé de tous.

Pour cela, Nathan va carrément l’enfermer dans une cabane dans le désert pendant que lui se fait passer le jeune homme à l’aide d’un masque en latex. Il lui trouve une copine et termine l’épisode en marchant sur un câble tendu au milieu de deux bâtiments afin de récolter des milliers d’euros pour une oeuvre de charité -un tour qu’il a mis neuf mois à peaufiner en s’entraînant lui-même à devenir funambule. Tout ces efforts pour finalement disparaître et laisser son client empocher les bénéfices de la célébrité.

Un cours d’économie à lui tout seul

Derrière son côté jouissif, la docu-série illustre à merveille à quel point notre économie est malade. Car non, il n’y a pas que des entrepreneurs aux idées révolutionnaires destinées à faire du monde un meilleur endroit.

Nathan Fielder nous montre surtout que grâce à un gros capital de base (les moyens de l’émission), des figurants recrutés sur Craigslist (le «Bon Coin» américain) et pas mal de pub bullshit, on peut tout à fait créer un business rentable, tout en faisant gober à peu près n’importe quoi à n’importe qui. Nathan For You en est la preuve en images: les stratégies les plus ambitieuses (et donc les plus débiles) du comédien sont aussi celles qui marchent le mieux.

Nathan Fielder a piégé de nombreux médias américains en construisant un faux Starbucks -à la base, pour aider un petit cafetier californien à gagner des clients-, mais comme souvent, l’idée de base a pris des proportions démesurées.

Il a également aidé une compagnie de déménagement à trouver une réserve inépuisable d’employés gratuits… sous couvert d’un programme de fitness visant à se muscler en soulevant des objets du quotidien, comme des tables et des chaises. Là aussi, les médias sont tombés dans le panneau et ont cru à une véritable méthode sportive.

Malgré sa propension à lier économie et idées saugrenues avec brio, le programme s’évite la facilité de se moquer de ses cibles. C’est d’ailleurs le plus souvent à elles que le spectateur s’identifie. Petits patrons ordinaires, consommateurs interloqués, hommes à tout faire recrutés par l’émission… Tous sont conditionnés bien malgré eux à jouer le jeu devant les caméras et poussés à bout par l’incroyable aplomb de Nathan Fielder. Des gens simples confrontés au «sachant», supposé détenteur de la science économique et managériale, dont les réactions confèrent à l’émission profondeur et humanité.

En plein débat sur la réforme du marché du travail, nous aurions beaucoup à gagner à nous offrir cette thérapie économique par l’absurde. Malheureusement, la saison 4 de Nathan For You, qui démarre le 29 septembre aux États-Unis, devrait rester inédite en France.

J’adresse donc un petit coucou aux dirigeants de chaînes français: si vous lisez cet article, diffusez la série en France. Que tout monde puisse se demander, comme moi, s’il aurait été tenté de goûter le yaourt glacé parfum caca.

 

Martin Cadoret
Martin Cadoret (3 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte