France

Jean-Luc Mélenchon ou la pensée simplifiée

Eric Le Boucher, mis à jour le 23.09.2017 à 11 h 01

Calibrée pour répondre à celle d'Emmanuel Macron, la récente interview du leader de la France insoumise à Marianne est révélatrice d'une posture habile mais faite de schématisations et de simplisme.

Jean-Luc Mélenchon, le 27 août 2017, lors de l'université d'été de la France insoumise à Marseille. BERTRAND LANGLOIS / AFP.

Jean-Luc Mélenchon, le 27 août 2017, lors de l'université d'été de la France insoumise à Marseille. BERTRAND LANGLOIS / AFP.

L’un veut développer une «pensée complexe» (le «en même temps»), l’autre applique tout à l’inverse une pensée simplifiée pour comprendre le monde. Jean-Luc Mélenchon, qui s’autodésigne comme l’opposant numéro 1 d’Emmanuel Macron, se devait de répondre sur le même plan théorique, stratégique et philosophique à l’interview donnée par le président de la République au magazine Le Point. Il le fait sur une distance calculée pour être similaire, onze pages, dans le magazine Marianne. Il le fait en traçant une perspective historique, mondiale et glorieuse: «La France insoumise ouvre une nouvelle page de l’histoire de l’émancipation.» Carrément.

La pensée simplifiée est par essence toute simple: le monde s’explique par la lutte entre «le peuple» et «les élites». Nouvelle lutte finale et point final. «Hier, l’affrontement du prolétariat et de la bourgeoisie, aujourd’hui celui du peuple contre l’oligarchie.» Le peuple, qu’est-ce? C’est l’action qui le fabrique. «Le peuple s’auto-construit dans l’action.» Luttez et vous serez citoyen. L’insoumission est «un nouvel humanisme», «à la fois un choix politique et un comportement individuel».

Jean-Luc Mélenchon n’est, lui, pas un personnage simplifié. Il a un long passé de voyages idéologiques qui l’ont conduit à peu près partout du trotskisme au rocardisme, du chevènementisme au mitterrandisme. Il n’est plus aujourd’hui que mélenchoniste. Pour l’instant. Mais comme tous les militants de gauche de son âge, il sait qu’il faut une théorie pour appuyer son combat. Longtemps, c’était le marxisme, maintenant il trouve son miel dans les théoriciens sud-américains du populisme, Ernesto Laclau et Chantal Mouffe. Ce sont des théories de la prise de pouvoir: le seul combat social ne suffit plus tant l’ennemi mondialisé est puissant, il faut agréger toutes les luttes qui se présentent, locales, sexuelles, raciales, écologistes, etc. Mélenchon a trouvé sa bible, il quitte le marxisme trop complexe, vieillot, usé, démonétisé, pour le populisme bien plus facile, bien plus vendable: toutes les luttes convergent et hop! l’individualisme «chacun pour soi» laisse la place au «tous ensemble».

En surjustifiant le méli-mélo des revendications par «le peuple en action» et la «convergence des luttes», Jean-Luc Mélenchon noue très habilement l’engagement écologiste de beaucoup de jeunes, l’insatisfaction des classes populaires, le désarroi des classes moyennes, les malaises divers et variés de la société de consommation.

Dessiner un paysage simplissime à deux camps

A côté de ce référencement théorique qui mériterait un sévère contre-examen (il fait quoi le gouvernement du lendemain de cette bouillabaisse des luttes?) mais qui en jette à la tête des débutants, Jean-Luc Mélenchon dispose d’une autre qualité: c’est un excellent analyste politique. Il a longtemps pataugé (communiste, pas communiste?) mais le suicide du PS lui a ouvert la voie. Mitterrand a pris le pouvoir avec les communistes pour ensuite les liquider, Mélenchon veut liquider les socialistes pour ensuite atteindre l’Elysée. Les frondeurs du PS ont eu la gentillesse de creuser la tombe de leur parti. Hamon s’y est déjà couché.

Comme Macron, Mélenchon profite de la bêtise de ses adversaires, de la chance et de la volonté de dégagisme des Français. A l’autre côté du spectre, il va pouvoir siphonner le Front national tombé en crise: que les ouvriers qui se sont égarés à voter Le Pen me reviennent, le FN est «un parti qui ne sert à rien», dit-il. Le but ultime est celui de faire le vide et de dessiner un paysage simplissime à deux camps: celui des néolibéraux rangés derrière Macron, le serviteur des riches, et tous les autres, le peuple, les vrais gens, les Insoumis, les pauvres, les profs, les blessés, tous derrière Mélenchon, le nouveau Spartacus.

Et ça y va! Emmanuel Macron est «l’avant-garde du système néolibéral», le «chef des élites rassemblées», «un concentré de Blair et de Thatcher». Macron se veut-il «libéral ET social»? La social-démocratie? «C’est juste de la com». Thatcher et Blair sont-ils mis dans le même sac sans aucune nuance de ce qu’était la «Troisième voie»? Ne vous embarrassez pas de tout ça! Les interdits sont la nuance, le complexe, le compromis. Les élites tiennent le monde en utilisant la violence, sociale et intellectuelle, «Macron veut l’affrontement», il faut répondre avec violence, surtout jamais retenir ses coups.

L'homme qui «remercie les médias»

L’interview de Marianne est emplie de schématisations, de simplismes, de démagogie. La loi travail est «un coup d’État social» car elle donne le pouvoir aux entreprises, contre la loi et «contre la branche». Contre-vérité puisque, justement, Emmanuel Macron a redonné du pouvoir à ce niveau, ce qui a convaincu Jean-Claude Mailly de FO. Confusion volontaire ensuite: le candidat Macron avait prévenu de son projet de réforme. Que nenni! Il a «caché tout cela. [...] Ce sont des fuites dans la presse qui nous ont appris le contenu des ordonnances.» Confusion bien utile: voilà le président réformateur qui doit se cacher pour casser nos valeurs. La violence, on vous dit. Et à la violence, la réponse est l’outrance.

L’Allemagne à nouveau. «La potion libérale n’y marche pas», le pays est un «enfer» plein de travailleurs pauvres. «L’Allemagne repose sur un modèle de surexploitation sociale qui ne durera pas.» Et le meilleur: «19% de son activité consiste à fabriquer des automobiles, […] sa structure est celle d’une république bananière.» Tous ceux qui admirent encore la cogestion en Allemagne, tous ceux qui pensent que fabriquer des Mercedes crée de bons emplois qualifiés durables, tous ceux qui vont encore réélire Angela Merkel sont des néolibéraux imbéciles.

Le Venezuela? On attendait de l’admirateur de Maduro qu’il mette un peu d’eau dans son rhum. Pas du tout. Le coupable de la crise de ce pays tombé dans la misère, c’est… Washington. «Les campagnes des Nord-Américains contre un pays avant de lui sauter à la gorge, j’en ai déjà vu un certain nombre.» Le chavisme un peu responsable? Maduro légèrement anti-démocratique? Pas du tout. Les choses sont simples: la faute aux Yankees, encore les Yankees.

 Au passage, la contradiction ne l’arrête pas. Il décrit la presse comme «propriété des neuf milliardaires», elle est aux ordres du camp de l’élite. Elle doit ne «produire que des idées conformes aux intérêts dominants». Mais, gros malin, Mélenchon arrive à la retourner, à l’utiliser: «Je remercie les médias.» Preuve que les riches ne tiennent pas bien leurs journaux. Le système serait-il plus complexe?

Jean-Luc Mélenchon, avec l’aide de la presse donc, peut-il réussir à faire le vide et à détruire toute autre forme de gauche à coup de slogans, de fake news et de démagogie?

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte