France

Jospin assume sa défaite présidentielle

Slate.fr, mis à jour le 02.01.2010 à 14 h 11

L'ancien Premier ministre et ancien Secrétaire général du Parti Socialiste, Lionel Jospin, assume la responsabilité de la défaite de la gauche en 2002. Il le fait dans un «film-confession» qui sera diffusé à la télévision sur France 2 les jeudis 14 et 21 janvier en 2ème partie de soirée et dont le Journal du Dimanche publie des extraits. Le film réalisé par Patrick Rotman sera sur les écrans à l'occasion de la sortie en librairie, le 7 janvier aux Editions du Seuil, d'un livre de mémoires de l'ancien Premier ministre intitulé «Lionel raconte Jospin». Lors du lancement, 35.000 exemplaires seront mis en librairie.

Eliminé au premier tour de l'élection présidentielle le 21 avril 2002, Lionel Jospin a quitté ensuite la vie politique après un quinquennat de cohabitation avec le président Jacques Chirac, réélu à une écrasante majorité face au dirigeant d'extrême-droite Jean-Marie Le Pen.

«Par définition, elle est entière», dit l'ancien Premier ministre dans sa confession filmée au sujet de sa responsabilité dans cette débâcle. «J'ai surestimé le rejet de Jacques Chirac, j'ai surestimé la perception positive de mon bilan. J'ai sous-estimé l'impact qu'avait la division de la gauche, j'ai sous-estimé le premier tour», reconnaît-il. «Ma campagne n'a pas été assez offensive. Mais quand l'attelage va à hue et à dia, c'est difficile d'être bon.»

Dans ces extraits, Lionel Jospin regrette d'avoir attendu mai 2001 pour avouer son passé trotskiste, sous la pression de la presse: «Pourquoi je ne l'avais pas dit plus tôt? Honnêtement, pour être tranquille.» Au sujet du dirigeant trotskiste Pierre Lambert, il dit : «Il a traversé ma vie et, je crois, nous nous estimions.» Mais il assure avoir n'avoir jamais eu de «double casquette» et avoir «commencé à penser comme un socialiste» à partir de 1973 quand il a pour la première fois assumé des responsabilités au PS.

Lionel Jospin évoque des relations amicales avec François Mitterrand, président socialiste de 1981 à 1995, qui lui avait fait l'honneur d'assister à son mariage, en 1994, avec la philosophe Sylviane Agacinski.

Il en est allé autrement pendant la cohabitation qui a suivi. «Le pouvoir en place, Jacques Chirac, Dominique de Villepin et leurs amis ont systématiquement cherché à me mettre en cause, à m'affaiblir, à me salir», affirme-t-il.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une : Lionel Jospin quittant l'Elysée après avoir été reçu par Nicolas Sarkozy Jacky NaegelenReuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte