Égalités / Monde

Le Temple satanique se bat pour sauver le droit à l'avortement dans le Missouri

Temps de lecture : 2 min

Les militants sataniques ont fait des procès accusant les restrictions anti-avortement du Missouri d'être une violation de leurs croyances religieuses selon lesquelles la vie ne commence pas à la conception.

Une manifestante pro-choix avec une pancarte «Je ne veux pas de vos rosaires dans mes ovaires», à Washington le 27 juin 2016. MANDEL NGAN/AFP
Une manifestante pro-choix avec une pancarte «Je ne veux pas de vos rosaires dans mes ovaires», à Washington le 27 juin 2016. MANDEL NGAN/AFP

Aux États-Unis, le Temple satanique est une organisation militante qui lutte pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la rationalité, l'égalité et les droits des femmes. Ils se sont fait connaître du grand public lorsqu'ils ont réussi à faire introduire des cahiers de coloriage satanistes dans des écoles publiques de Floride, en réponse à la décision d'un juge local qui avait autorisé la distribution de bibles dans les écoles. Leur raisonnement est toujours le même: si les autorités acceptent d'introduire du religieux dans la sphère publique, alors le satanisme doit aussi être bienvenu.

C'est une logique similaire qui a mené les satanistes, qui ne sont pas des adeptes du diable, à faire un procès contre les lois qui restreignent le droit à l'IVG dans l'État conservateur du Missouri. En effet, dans le Missouri, les femmes qui veulent un avortement sont obligées de venir à la clinique pour lire des brochures expliquant que «la vie de chaque être humain débute à la conception» et que l'avortement «met fin à la vie d'un être vivant séparé et unique». Après avoir lu cela et discuté avec une infirmière, les femmes doivent attendre 72 heures avant d'avoir une IVG à la même clinique.

Or selon les satanistes, comme leur propre religion promeut la pensée rationelle, forcer ainsi une femme à lire des textes anti-avortement constitue une violation de leurs croyances. En 2015, une Sataniste connue sous le nom de Mary Doe a donc fait un procès à l'État du Missouri et, si la plainte a été rejetée en première instance, les avocats du Temple ont fait appel et vont présenter leurs arguments le 20 septembre.

Selon l'avocat du Temple, James Mac Naughton, «l'État promeut activement une croyance religieuse» (que la vie commence à la conception) qui est en conflit avec les convictions de Mary Doe. Pour les satanistes, il s'agit donc d'une violation du premier amendement de la Constitution, selon lequel le gouvernement ne peut pas passer de lois qui favorisent une religion plutôt qu'une autre.

«Nous espérons que les gens qui ont des croyances religieuses sincères selon lesquelles la vie humaine ne commence pas à la conception pourront être dispensés de suivre ces lois», a déclaré l'avocat.

Slate.fr

Newsletters

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

L'ouvrage de Frédéric Martel souligne les incohérences entre le discours de l’Église catholique sur l'homosexualité et la pratique de certains de ses dirigeants, notamment au Vatican.

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

«À l’occasion d’un exercice d’incendie qui nous avait tous fait sortir du bâtiment, je me suis aperçue que j’étais… la seule personne noire de tout l’immeuble évacué», raconte une journaliste.

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

Les critiques pleuvent sur «Nicky Larson et le parfum de Cupidon», accusé d'être graveleux, misogyne et homophobe. Ce n'est pourtant pas la seule façon de cerner le film.

Newsletters