Boire & mangerMonde

Des Américaines se battent pour le droit de servir des cafés en bikini

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 15.09.2017 à 10 h 32

Repéré sur Washington Post

Une ville de la région de Seattle a passé une ordonnance pour interdire les cafés avec des serveuses en bikini. Elles font maintenant un procès à la municipalité pour obtenir le droit de travailler à moitié nues.

Un établissement où le café est servi par des femmes en bikinis. ESPRESSO-X COFFEE

Un établissement où le café est servi par des femmes en bikinis. ESPRESSO-X COFFEE

Dans la région de Seattle aux États-Unis, les amateurs de café peuvent acheter leurs expressos dans des stands de bord de route tenus par des jeunes femmes en bikini. Selon le site bikini-baristas.com, il y a plus de soixante établissements de ce genre dans les États de Washington et de l'Oregon, avec des noms comme Dream Girl Espresso ou Sexy Lady Luck Espresso.  

La plupart du temps, leurs bikinis évoquent plutôt le club de strip-tease que la plage, et il y a quelques années, une enquête de police dans la ville d'Everett avait révélé que plusieurs de ces serveuses proposaient de se déshabiller pour les clients prêts à payer quelques dollars de plus. 

Pour limiter ce genre d'interactions, le conseil municipal d'Everett a récemment voté (à l'unanimité) une ordonnance décrétant que les employés de restauration n'avaient pas le droit de montrer leurs fesses, leur ventre et une trop grande surface de leurs seins.

Un mois plus tard, sept «bikini baristas» et une propriétaire d'établissement font un procès à la ville. Selon leurs avocats, l'interdiction municipale est une violation du droit à la liberté d'expression et du droit à la vie privée de ces femmes.

Un «message de liberté et d'émancipation»

 

Un des problèmes est que les règles vestimentaires établies par la municipalité sont très confuses: le texte précise que les femmes ne pourront pas montrer «plus de la moitié du sein située en dessous du haut l'auréole» et pas plus de la «moitié en dessous de la fente anale». 

Si des officiers de police doivent vérifier ces détails, les femmes ont peur de devoir endurer des examens «humiliants» qui violeraient leur droit à la vie privée.

La plainte contre la ville explique de façon assez étrange pourquoi cette interdiction représente une atteinte à la liberté d'expression de ces femmes:

«Les baristas expriment des messages de liberté, d'émancipation, d'ouverture, d'acceptance, de vulnérabilité et d'invidualité. Porter un bikini au travail leur permet d'avoir des discussions avec les clients sur leur rapport au corps et la confiance en soi qui seraient impossibles avec d'autres vêtements.»

Des considérations plus pragmatiques sont aussi en jeu. Si ces femmes ne sont pas en bikini ou lingerie, leurs pourboires vont fortement diminuer, et comme les villes des alentours n'ont pas la même interdiction, les «cafés» de ce genre pourraient disparaître d'Everett. Comme le précise la propriétaire d'un de ces établissements dans le Washington Post, les «bikini baristas» qui travaillent pour elles sont en grande majorité des mères célibataires ou des étudiantes qui parviennet à gagner leur vie de cette façon.

Mais avec la nouvelle ordonnance municipale, les cafés qui contreviennent aux règles recevront des amendes et pourront être fermés si plusieurs violations sont enregistrées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte