Double XSports

C'est surtout aux joueuses que les journalistes posent des questions sans rapport avec le tennis

Repéré par Diane Frances, mis à jour le 11.09.2017 à 15 h 00

Repéré sur The New York Times

Quand le shopping s'invite sur les courts.

Serena Williams en conférence de presse à New York, le 27 août 2015 | Jewel SAMAD / AFP

Serena Williams en conférence de presse à New York, le 27 août 2015 | Jewel SAMAD / AFP

Samedi 10 septembre avait lieu la finale dames de l'US Open, au cours de laquelle Sloane Stephens a remporté son premier Grand Chelem face à Madison Keys (6-3, 6-0). Le lendemain, Rafael Nadal battait Kevin Anderson lors de la finale hommes (6-3, 6-3, 6-4). Sur le court, outre le nombre de sets qui diffère entre les matchs féminins et les matchs masculins, femmes et hommes sont soumis au même règlement. Mais quand ils quittent le terrain, les règles changent.

Il y a deux ans, Serena Williams gagnait la compétition face à sa sœur Venus. Un journaliste lui avait demandé, à la conférence de presse suivant sa victoire, pourquoi elle ne souriait pas. Une question qu'on n'aurait pas posée à un homme, suggère le New York Times. Après l'Open d'Australie de 2012, une joueuse s'est vue adresser cette question, qui n'avait strictement rien à voir avec le tournoi: «Après l'entraînement, pouvez-vous laisser le tennis de côté et sortir dîner, faire du shopping, vous amuser un peu?»

Trois ingénieurs informatique de l'université de Cornell, dans l'État de New York, ont conçu des algorithmes pour savoir si ces exemples n'étaient que des incidents isolés ou s'ils reflétaient un schéma plus récurrent. Les algorithmes ont traité des dizaines de milliers de questions posées à l'occasion de milliers de matchs sur ces quinze dernières années, et analysé en quoi leur contenu différait en fonction des genres.

Les chercheurs ont ainsi pu découvrir que l'histoire du sourire de Williams était loin d'être une exception: les journalistes posent bien plus de questions sans rapport avec le tennis aux femmes qu'aux hommes, et leur posent plus de questions étranges.

La visualisation interactive est disponible ici.

Le degré d'éloignement d'une question avec l'intérêt sportif qu'elle peut soulever est aussi plus élevé pour les femmes que pour les hommes. En guise d'exemples, Slate vous propose un petit quizz: parmi les questions sans lien direct avec un match répertoriées ci-dessous, lesquelles ont été posées aux hommes et lesquelles aux femmes?

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte