Monde

Abasourdis face à la succession des deux ouragans, Harvey et Irma, mariés depuis soixante-quinze ans

Temps de lecture : 2 min

Harvey Schluter 104 ans, et Irma Schluter, 93 ans, n'avaient jamais vu deux ouragans portant leur nom frapper les États-Unis.

Capture Twitter
Capture Twitter

Ils s'appellent Harvey et Irma, ont 104 et 93 ans, sont ensemble depuis les années 1940, mariés depuis 1942, et voient aujourd'hui leurs prénoms être utilisés pour l'une des plus tristes catastrophes météorologiques de l'année, rapporte le New York Times, qui leur consacre un portrait.

«Quand Irma et Harvey sont nés, au début du XXe siècle, la radio venait tout juste d'être inventée, et le câble n'allait pas voir le jour avant plusieurs décennies. Un siècle plus tard, après 75 ans de mariage, ils ne peuvent rien faire d'autre que regarder alors que leurs noms apparaissent à l'écran, accompagné de chiffres signalant le nombre de morts et les notifications de destruction et d'évacuation.»

Irma se demande d'ailleurs comment il est possible que leurs deux noms soient associés à de telles tragédies. Comme l'expliquait Le Monde il y a quelques jours, si pour l'Europe, «c’est le service météorologique de l’université libre de Berlin qui nomme tous les anticyclones, dépressions et ouragans», pour le reste du monde, «l’organisation météorologique mondiale (OMM) fait autorité. En revanche, elle ne baptise un vent que s’il dépasse la vitesse de 119 km/h et qu’il est accompagné de pluies torrentielles. Cette organisation délègue à cinq organismes régionaux le rôle de choisir les noms».

Pour la zone des Caraïbes, du Golfe du Mexique et de l'Atlantique nord, il existe six listes de noms (une par année) utilisée par rotation, et employées par ordre alphabétique. Celle de 2017 sera donc, en grande partie réutilisée en 2023.

En grande partie, explique le New York Times, parce que seuls les «ouragans qui laissent derrière eux un bilan assez lourd pour qu'on se souvienne d'eux voient leur nom retirer». Harvey avait ainsi été utilisé à sept reprises depuis 1981, et Irma a remplacé Irene, après l'ouragan de 2011. Le «H» et le «I» se succédant dans l'ordre alphabétique, l'ouragan Irma a succédé à l'ouragan Harvey, et l'ouragan Jose pourrait bien suivre.

«Étant donné la férocité des ouragans Harvey et Irma, ce sera probablement la première et la dernière fois que leurs noms apparaissent ensemble.»

En attendant Harvey et Irma Schluter vont continuer à observer leurs homonymes menacer les États-Unis, en trouvant toutes ces catastrophes «très tristes».

Slate.fr

Newsletters

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Depuis une dizaine d'années, le disco polo s’impose comme référence de l’industrie musicale polonaise. Au point d'attirer l'attention des politiques et d'exaspérer les milieux intellectuels.

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

Newsletters