Monde

Une candidate républicaine à la mairie de Charlotte cite sa blancheur parmi ses qualités

Temps de lecture : 2 min

Forcément, ce n'est pas très bien passé.

Capture d'écran - PBS Charlotte
Capture d'écran - PBS Charlotte

«Votez pour moi! RÉPUBLICAINE & INTELLIGENTE, BLANCHE, RESPECTUEUSE DES TRADITIONS.»

Voici comment Kimberley Paige Barnette, candidate à l'investiture républicaine pour la candidature au poste de maire de Charlotte (Caroline du Nord), s'est présentée sur son compte Facebook.

Inutile de dire, que la présence du mot «blanche» au milieu de ses compétences est mal passée, explique le Charlotte Observer. La description est vite devenue virale et a d'ailleurs fait l'objet d'articles dans les médias nationaux. Résultat, le président du parti républicain de Caroline du Nord, Robin Hayes, l'a critiquée publiquement, mais sans la nommer directement.

«La course à la mairie de Charlotte sera décidée en fonction de qui promeut les meilleures mesures de sécurité publique, de développement économique et d'amélioration des infrastructures publiques dont nous avons tant besoin. Toute suggestion qu'un candidat serait plus ou moins qualifié pour ce poste simplement en raison de sa couleur de peau, est blessant pour tous les Républicains de Caroline du Nord et nous condamnons ces propos. Ce genre de suggestion n'a pas sa place dans notre débat public»

Devant l'avalanche de critiques (dont certaines sur sa page Facebook), Kimberley Paige Barnette s'est ensuite excusée «si elle a blessé qui que ce soit», rapporte WRAL, et assure qu'elle ne suggérait évidemment pas qu'elle était une meilleure candidate parce qu'elle est blanche. Ses deux adversaires déclarés, le businessman Gary Dunn (un ancien candidat démocrate) et le conseiller municipal Kenny Smith sont tous deux blancs, par ailleurs.

Selon le Charlotte Observer, «Barnette a très peu de chances de l'emporter lors de cette primaire républicaine». Il s'agit là de sa première campagne politique, explique le Washington Post.

Slate.fr

Newsletters

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Une attitude «fort regrettable», a commenté sa direction.

Au Pérou, l'album Panini coûte la moitié d'un mois de salaire minimum

Au Pérou, l'album Panini coûte la moitié d'un mois de salaire minimum

Les contrefaçons permettent à tous les habitants et habitantes de coller leurs vignettes.

Kim Jong-un marche dans les pas de Saddam Hussein

Kim Jong-un marche dans les pas de Saddam Hussein

Reste à savoir si les États-Unis rejoueront l'opération Renard du désert.

Newsletters