Monde

Une candidate républicaine à la mairie de Charlotte cite sa blancheur parmi ses qualités

Temps de lecture : 2 min

Forcément, ce n'est pas très bien passé.

/
Capture d'écran - PBS Charlotte

«Votez pour moi! RÉPUBLICAINE & INTELLIGENTE, BLANCHE, RESPECTUEUSE DES TRADITIONS.»

Voici comment Kimberley Paige Barnette, candidate à l'investiture républicaine pour la candidature au poste de maire de Charlotte (Caroline du Nord), s'est présentée sur son compte Facebook.

Inutile de dire, que la présence du mot «blanche» au milieu de ses compétences est mal passée, explique le Charlotte Observer. La description est vite devenue virale et a d'ailleurs fait l'objet d'articles dans les médias nationaux. Résultat, le président du parti républicain de Caroline du Nord, Robin Hayes, l'a critiquée publiquement, mais sans la nommer directement.

«La course à la mairie de Charlotte sera décidée en fonction de qui promeut les meilleures mesures de sécurité publique, de développement économique et d'amélioration des infrastructures publiques dont nous avons tant besoin. Toute suggestion qu'un candidat serait plus ou moins qualifié pour ce poste simplement en raison de sa couleur de peau, est blessant pour tous les Républicains de Caroline du Nord et nous condamnons ces propos. Ce genre de suggestion n'a pas sa place dans notre débat public»

Devant l'avalanche de critiques (dont certaines sur sa page Facebook), Kimberley Paige Barnette s'est ensuite excusée «si elle a blessé qui que ce soit», rapporte WRAL, et assure qu'elle ne suggérait évidemment pas qu'elle était une meilleure candidate parce qu'elle est blanche. Ses deux adversaires déclarés, le businessman Gary Dunn (un ancien candidat démocrate) et le conseiller municipal Kenny Smith sont tous deux blancs, par ailleurs.

Selon le Charlotte Observer, «Barnette a très peu de chances de l'emporter lors de cette primaire républicaine». Il s'agit là de sa première campagne politique, explique le Washington Post.

Slate.fr

Newsletters

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Le conflit, entré dans sa quatrième année, a provoqué «la plus grave crise humanitaire au monde» –face au silence assourdissant de la communauté de l’indifférence internationale. Les ONG sur le terrain accusent principalement Riyad du massacre en cours.    

Il voit la tornade se rapprocher de chez lui, mais continue à jouer à «Fortnite»

Il voit la tornade se rapprocher de chez lui, mais continue à jouer à «Fortnite»

«Il restait encore deux personnes dans ma partie.»

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

«Les médias ont tendance à se concentrer sur les questions négatives au sujet des cultures amérindiennes, explique la photographe Carlotta Cardana, et, même s'il est certainement important de discuter de ces questions et de leurs causes...

Newsletters