Monde

Un journaliste conservateur accuse les alertes ouragan d'être un complot des médias de gauche

Temps de lecture : 2 min

L'animateur radio Rush Limbaugh pense que les médias créent la panique au sujet des ouragans pour faire croire au réchauffement climatique et forcer les gens à acheter des bouteilles d'eau.

L'ouragan Irma le 6 septembre 2017 | STEVEN KELLEY via Flickr CC License by
L'ouragan Irma le 6 septembre 2017 | STEVEN KELLEY via Flickr CC License by

Avant que l'ouragan Irma ne fasse au moins huit mort et 23 blessés dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, l'animateur radio le plus populaire des États-Unis a dit à ses millions d'auditeurs que les médias exagéraient la dangerosité des ouragans pour des raisons politiques.

La théorie de Rush Limbaugh est que le médiatisation des ouragans est un moyen pour les «cercles météorologiques officiels» et le «gouvernement» de faire avancer la cause environnementaliste en faisant paniquer les gens:

«Il y a un désir de faire avancer le combat contre le réchauffement climatique, et les ouragans sont l'une des meilleures façons de le faire. Vous pouvez être très efficace simplement en créant de la peur et de la panique.»

Il explique ensuite qu'il trouve étrange que les ouragans s'abattent toujours sur des grandes villes, comme la tempête Harvey qui a fait au moins soixante morts dans la région de Houston.

«Contrairement aux Ovnis, qui atterissent toujours près de mobile homes, les prévisions indiquent toujours que les ouragans vont toucher des grands centres de population. Parce qu'après tout, les grandes villes sont les endroits où il y aura le plus de dégâts, et où on pourra alors montrer que ça devient de plus en plus fréquent et de pire et en pire. Tout ça à cause du réchauffement climatique».

Pour Callum Borchers dans le Washington Post, ce genre de discours est inséparable de la rhétorique anti-médias du président Donald Trump:

«Les mauvais conseils de Limbaugh révèlent que les attaques de Trump contre les "fausses infos"(fake news) de la presse sont en train de se propager partout.»

Le raisonnement de Limbaugh se rapproche de celui d'un autre animateur radio pro-Trump, Alex Jones. Ce dernier, qui est aussi écouté par des millions d'Américains, va beaucoup beaucoup plus loin: il pense que le gouvernement a le pouvoir de contrôler les événements météorologiques. À propos de Harvey, il demandait récemment pourquoi le gouvernement n'avait pas éliminé la tempête avant qu'elle ne s'abatte sur Houston.

Limbaugh pense aussi qu'il y a une alliance entre les médias et les commerces locaux. Plus les médias parlent des ouragans, plus les gens vont acheter des piles et des bouteilles d'eau, ce qui permet aux commerçants de gagner de l'argent. Les commerces utilisent ensuite cet argent pour acheter des pubs dans les médias. C'est donnant-donnant.

À l'inverse de ce que suggère Limbaugh, si de fausses informations se retrouvent sur les réseaux sociaux, ce sont en général les médias qui vérifient leur véracité. Ces derniers jours, une fausse carte montrant qu'Irma se dirigeait vers Houston, et une vidéo d'Irma, qui avait été en fait filmée en Uruguay en 2016, sont devenues virales en ligne, et ont été rectifiées par la presse.

Newsletters

Michael Bloomberg, peut-il sauver les Démocrates?

Michael Bloomberg, peut-il sauver les Démocrates?

À moins de trois mois des primaires démocrates américaines, les candidats et candidates en lice continuent à faire campagne dans le pays pour espérer être désigné·es comme candidat·e à l'élection présidentielle de 2020. Une tâche qui se...

Un tuto pour apprendre à sauver les moutons allongés sur le dos est viral

Un tuto pour apprendre à sauver les moutons allongés sur le dos est viral

La vidéo d'un vétérinaire flamand rencontre un succès inattendu, avec plus d'un million de vues.

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

L'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de résistance des manifestants

Près de six mois après le début du mouvement de contestation pro-démocratie à Hong Kong, la confrontation la plus longue et l'une des plus violentes a lieu au sein du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU), où des...

Newsletters