Boire & manger

Après les chocolats noir, au lait et blanc, place au chocolat rubis

Temps de lecture : 2 min

Ni sucré, ni amer, il est à la fois doux et fruité, vantent les experts.

C'est peut-être une révolution dans le monde des amateurs et amatrices de chocolat. Si vous commenciez à vous lasser du chocolat au lait, du chocolat noir et du chocolat blanc, réjouissez-vous, le chocolatier suisse Barry Callebaut vient d'annoncer la création d'un quatrième type de chocolat, rapporte The Independent. Une première depuis les années 1930.

Baptisé «rubis» –du nom de la fève de cacao du même nom–, ce chocolat aura nécessité treize années de travail, menées conjointement par l'équipe recherche et développement du chocolatier et par l'université Jacob de Brême en Allemagne.

«C'est un chocolat très différent, décrit Angus Kennedy, expert en chocolat. Il est à la fois rafraîchissant, léger, crémeux, avec un goût fruité.» La phrase qui suit est à la fois très excitante et un peu effrayante:

«Comme on n'a pas vraiment l'impression de grignoter du chocolat, on peut en manger davantage.»

Mystère et boule de gomme

Il n'est pas impossible que ce nouveau produit soit largement décevant, même si la réputation du chocolatier et les excellents premiers retours qu'aurait reçu le chocolat rubis donnent très envie d'en croquer.

Barry Callebaut insiste sur la singularité de sa nouvelle star: «Mon chocolat n'est ni amer, ni sucré, ni lacté. En revanche, il est à la fois fruité et délicieusement doux». Le Willy Wonka suisse a en tout cas réussi son coup, donnant forcément envie à une bonne partie de la planète de goûter son nouveau produit afin de décider si le rubis a sa place à côté des autres chocolats historiques.

Newsletters

Les raclettes, crêpes et tacos ont détrôné le steak frites

Les raclettes, crêpes et tacos ont détrôné le steak frites

Deux classements des plats préférés des Français nous éclairent sur nos habitudes alimentaires.

Le mot géorgien intraduisible qui décrit le fait de manger même quand on n'a plus faim

Le mot géorgien intraduisible qui décrit le fait de manger même quand on n'a plus faim

Mais presque contre son gré: c'est la nourriture qui est trop bonne.

Vaut-il mieux manger avant ou après une séance de sport?

Vaut-il mieux manger avant ou après une séance de sport?

La réponse dépend notamment du but de votre entraînement.

Newsletters