Monde

La réaction inquiétante d'un sismologue au dernier essai nucléaire nord-coréen

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 04.09.2017 à 12 h 07

Repéré sur The Huffington Post, The Belfast Telegraph

«Oh fuck»

À Séoul, le 3 septembre 2017 | JUNG Yeon-Je / AFP

À Séoul, le 3 septembre 2017 | JUNG Yeon-Je / AFP

La Corée du Nord a donc conduit un nouvel essai nucléaire dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 septembre. Cette fois-ci, c'est une bombe H, que le pays dit avoir testé avec «une réussite totale». Cet essai, indique Le Monde, a été «relevé par les agences géologiques voisines du Japon et de Corée du Sud, qui ont enregistré une “explosion” de magnitude 6,3 près du principal site de tests atomiques du régime».

Mais ces agences géologiques ne sont pas les seules à avoir enregistré cette explosion. Et comme le souligne le Huffington Post, «la réaction de Steven J. Gibbons, un sismologue qui surveille les essais nucléaires souterrains, a reflété les pensées de beaucoup d'autres personnes».

À 6h23, soit bien après les premiers rapports qui placent l'événement à 3h30 GMT, et les premières dépêches des agences de presse, le sismologue anglais tweete les deux mots suivants:

 

«Oh putain»

Pas vraiment le genre de déclarations qu'aiment entendre les personnes qui suivent un homme dont la spécialité est la surveillance des essais nucléaires souterrains, souligne le Belfast Telegraph.

«Est-ce bon signe quand un sismologue spécialiste des tests nucléaires tweete “oh putain” au milieu de la nuit?»

«Une liste de gens que l'on ne veut pas entendre dire “oh putain”: 1) Un chirurgien 2) Un sismologue qui contrôle les explosions nucléaires souterraines»

«Bonjour tout le monde! Faisons comme tous les matins et regardons ce que les sismologues qui surveillent les explosions nucléaires ont à dire!»

Steven Gibbons a ensuite publié un graphe montrant les relevés de différents essais nucléaires souterrains mesurés par le réseau Norsar. On mesure d'autant plus la puissance de ce dernier essai. Il l'a ensuite accompagné d'un communiqué dans lequel il est estimé que l'énergie dégagée par le dernier essai nucléaire nord-coréen est de 120 kilotonnes. En comparaison, les énergies dégagées par les bombes lancées sur Hiroshima et Nagasaki au Japon en 1945 étaient de 15 et 20 kilotonnes.

 

«La Corée du Nord assure que c'était un test de bombe à hydrogène, comme pour les précédents essais. Il est impossible de le confirmer à partir des seules données sismiques, mais on peut dire que la crédibilité de cette annonce grandit avec l'augmentation de la puissance des explosions. Les éventuelles fuites de radionucléides peuvent être enregistrées plus tard et indiquer le type de bombe. Ces données seront peut-être disponibles d'ici quelques semaines, s'il y a des fuites sur le site de test.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte