Monde / Culture

Les années 2000 racontées par les séries TV

Temps de lecture : 2 min

Les années 2000, c'est une profonde crise financière, l'avènement de la technologie accessible à l'échelle individuelle, la crainte du terrorisme. Les séries télévisées américaines reflètent les changements de fond de la décennie qui s'achève. C'est ce qu'expliquent Pierre Langlais et le professeur de philosophie Thibaut de Saint Maurice, interviewés sur France Inter.

Dans Les Simpsons, Homer explique ainsi qu'avec son emprunt sur hypothèque, il a «tout le fric qu'il veut». «J'emprunte tout le fric que je veux, et c'est la maison qui doit payer les facteurs, hihihi». Quand finalement Marge s'inquiète des factures, Homère la rassure: «C'est comme quand on paye pas la facture de téléphone, ils arrêtent de nous appeler.» Et face au banquier qui leur annonce une dette démesurée: «Quand vous m'avez donné ce fric, vous m'avez dit que j'aurai à le rembourser qu'à l'avenir. C'est pas l'avenir là, c'est le moment bien présent.» Explication des subprimes.

Les séries TV ont toujours cette force de pouvoir rebondir sur l'actualité, souligne Pierre Langlais— qui précise que des séries comme Desperate Housewives ont aussi abordé la crise.

Les séries disent très simplement ce que les discours politiques, économiques, médiatiques, disent de façon plus compliquée, ajoute Thibaut de Saint Maurice.

[Ecouter l'émission complète sur FranceInter.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Les Simpsons

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

Phillys Schlafly valorisait la femme au foyer alors que sa carrière professionnelle était bien remplie. Pourtant, si elle avait été un homme, elle serait allée très loin dans son parti.

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

On estime entre 15 à 26 millions le nombre d'Américain·es ayant participé à des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique à travers tout le pays.

Newsletters