Monde / Culture

Les années 2000 racontées par les séries TV

Temps de lecture : 2 min

Les années 2000, c'est une profonde crise financière, l'avènement de la technologie accessible à l'échelle individuelle, la crainte du terrorisme. Les séries télévisées américaines reflètent les changements de fond de la décennie qui s'achève. C'est ce qu'expliquent Pierre Langlais et le professeur de philosophie Thibaut de Saint Maurice, interviewés sur France Inter.

Dans Les Simpsons, Homer explique ainsi qu'avec son emprunt sur hypothèque, il a «tout le fric qu'il veut». «J'emprunte tout le fric que je veux, et c'est la maison qui doit payer les facteurs, hihihi». Quand finalement Marge s'inquiète des factures, Homère la rassure: «C'est comme quand on paye pas la facture de téléphone, ils arrêtent de nous appeler.» Et face au banquier qui leur annonce une dette démesurée: «Quand vous m'avez donné ce fric, vous m'avez dit que j'aurai à le rembourser qu'à l'avenir. C'est pas l'avenir là, c'est le moment bien présent.» Explication des subprimes.

Les séries TV ont toujours cette force de pouvoir rebondir sur l'actualité, souligne Pierre Langlais— qui précise que des séries comme Desperate Housewives ont aussi abordé la crise.

Les séries disent très simplement ce que les discours politiques, économiques, médiatiques, disent de façon plus compliquée, ajoute Thibaut de Saint Maurice.

[Ecouter l'émission complète sur FranceInter.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Les Simpsons

Newsletters

Mémorandum pour l'Allemagne

Mémorandum pour l'Allemagne

La première puissance économique du continent ferait bien de ne pas oublier qu'elle a une dette envers l'Europe.

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Au stress de se faire contaminer au contact de la clientèle s'ajoute celui d'être à la hauteur d'une mission essentielle à la résistance psychologique et physique des citoyen·nes.

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Boîtes de nuit ouvertes, de nombreuses personnes dans les rues… La Suède a opté pour une voie bien différente de ses voisins européens.

Newsletters