Monde

Les médias espagnols mettent des noms et des visages sur les victimes de Barcelone et Cambrils

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 19.08.2017 à 11 h 43

Repéré sur El Pais, La Vanguardia

La presse espagnole raconte l'histoire des victimes des deux attentats.

Sur les Ramblas, le 19 août 2017. Pascal GUYOT / AFP

Sur les Ramblas, le 19 août 2017. Pascal GUYOT / AFP

Au moins 14 personnes ont été tuées et une centaine blessées lors des deux attentats perpétrés à Barcelone et Cambrils, ce jeudi 17 août. Elles venaient de 35 pays différents, selon El Pais, qui, comme plusieurs autres médias espagnols, a commencé à publier les noms et les portraits des victimes. Entre 2015 et 2016, Le Monde avait effectué un travail similaire après les attentats du 13-novembre à Paris et à Saint-Denis pour «conserver la mémoire de ces vies fauchées».

Parmi les premiers portraits dans la presse espagnole, on trouve ceux de deux Italiens de 25 et 35 ans, Luca Rosso en vacances avec sa fiancée, aujourd'hui hospitalisée pour des fractures au pied et au coude, et Bruno Gulotta, «un père qui a donné sa vie pour sauver son fils», alors qu'il passait quelques jours de vacances à Barcelone en famille.

Le quotidien catalan La Vanguardia raconte également dans un seul article, l'histoire de plusieurs de ces victimes: «pères de famille, héros, et exemples». Parmi eux, Jared Tucker, un Américain qui se trouvait à Barcelone pour fêter son premier anniversaire de mariage. Une photo le montre souriant avec sa femme, assis à une terrasse barcelonaise, quelques minutes avant l'attaque terroriste. C'est un neveu qui l'a reconnu sur l'une des vidéos prises après l'attentat, explique le site espagnol.

Les textes sont parfois très courts, mais permettent de mettre un visage et un nom sur les chiffres donnés par les autorités espagnoles depuis jeudi. On y découvre une photo d'une femme belge de 44 ans, mère de deux enfants, elle aussi en vacances, et les quelques mots laissés sur Facebook par le club de foot de sa ville où elle était très impliquée. Ou encore celle d'un homme de 57 ans et de son neveu de trois ans, la mère de ce dernier et un autre enfant. Les deux premiers ont été tués jeudi. «Nous sommes une famille brisée», a indiqué sa soeur qui l'a longtemps cherché sur Twitter dans les heures qui ont suivi l'attentat.

El Mundo rapporte également la mort de Pepita, une femme de 75 ans, originaire d'un village qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Barcelone et qui se trouvait sur place avec sa fille quand la camionnette les a fauchées, et celle d'Ana María Suárez, une Espagnole victime de l'attentat à Cambrils, et qui s'y trouvait en compagnie de son mari et de sa soeur, tous deux blessés.

28 Français ont également été blessés. Huit sont dans un état grave.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte