Monde

D'après un sondage, «l'alt right» pense que musulmans et féministes ne sont évolués qu'à 60%

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 17.08.2017 à 14 h 26

Repéré sur The Washington Post

L'idéologie raciste de cette droite conservatrice américaine semble véritablement conforme à celle des suprémacistes blancs.

Des membres du Ku Klux Klan durant un rassemblement de protection des monuments confédérés de Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Des membres du Ku Klux Klan durant un rassemblement de protection des monuments confédérés de Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Dans un récent article, le Washington Post met en garde contre l’utilisation de l’expression «alt right», qui a fait les gros titres des médias américains et internationaux après les événements tragiques de Charlottesville. Car, d’après une étude récente relayée par le journal, ce terme serait un euphémisme pour parler de personnes ayant tout simplement une idéologie raciste.

S’appuyant sur un sondage internet réalisé sur 447 adhérents de «l’alt right» (et 387 non-adhérents), des chercheurs de l’université d’Arkansas et de l’université de Northwestern ont démontré qu’il est dur de trouver des différences entre les idées de ses partisans et celles des suprémacistes blancs.

L’homme blanc bien plus évolué que les Musulmans, d’après «l’alt right»

Il a notamment été demandé aux membres de «l'alt right» de classer plusieurs catégories de personnes sur une échelle de 0 à 100 en fonction du degré d'évolution qu'ils leur attribuaient. Le degré 0 représentait le singe se déplaçant à quatre pattes, et le degré 100 l'homme d'aujourd'hui.

             

Ce graphique montre que les sympathisants de «l’alt right» considèrent que certains groupes de personnes sont bien moins évolués qu’eux. Ils estiment en effet que les Blancs, les hommes et les Européens sont les populations les plus évoluées.

En revanche, ils jugent que les journalistes, les Nigérians, les féministes et enfin les musulmans sont plus proches de l’homo erectus –degré 50 de l'évolution–, et bien moins évolués que l’homo sapiens d’aujourd’hui. Même s’ils sont un peu plus gentils avec les femmes, les Russes et les Juifs, ces derniers sont, pour eux, à peu près aussi évolués que l’homme de Néanderthal -degré 75-.

En comparaison, les non-adhérents à «l’alt right» ont estimé que tous les groupes proposés étaient plus évolués que l’homme de Néanderthal. Cela dit, les musulmans sont toujours victimes de préjugés de la part de cette partie de la population, qui lui donne 83 points sur 100. Mais le groupe que les personnes qui ne sont pas membres de «l’alt right» considèrent le moins évolué sont... les Républicains.

«On a vu que “l’alt right” pense que certains groupes sont supérieurs à d’autres et pensent que leurs intérêts doivent être protégés. Ils ont aussi exprimé leur hostilité en montrant qu’ils déshumanisaient les groupes ethniques et religieux différents des leurs et les groupes d’opposition», ont expliqué Forscher et Kteily.

Les membres de «l’alt right» considèrent donc qu’il y a une hiérarchie entre les personnes, et que cette hiérarchie est dominée par les Blancs. Il s’agit là de l’essence même de la suprématie blanche, occultée derrière un mot qui apparaît être son synonyme.

L'agence Associated Press a d'ailleurs décidé qu'elle n'utiliserait désormais plus l'expression «alt right» pour désigner cette mouvance idélogique –sauf dans les citations–, affirmant qu'il s'agit d'un déguisement de la part de ses partisans pour camoufler leurs idéaux racistes et suprémacistes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte