Monde

Les Berlinois frustrés par ces restaurants où les serveurs ne parlent pas allemand

Temps de lecture : 2 min

Hi! What do you want to eat?

Un restaurant à Berlin | Jorge Royan via Wikimedia commons CC License by
Un restaurant à Berlin | Jorge Royan via Wikimedia commons CC License by

Les personnes qui sont déjà allées à Berlin le savent bien: pour séjourner, et même habiter dans la capitale allemande, il n’est pas impératif de parler la langue de Goethe. L’anglais suffit en général dans cette ville extrêmement cosmopolite où l’on trouve énormément d’expatriés britanniques et américains, et par conséquent des bars et restaurants anglo-saxons. Mais d’après le Guardian, de plus en plus de Berlinois sont excédés de l’omniprésence de l’anglais et la raréfaction de l’allemand dans certains bars et magasins de la capitale.

Dans un article pour le journal allemand Tagesspiegel, le journaliste Dominik Drutschmann narrait son expérience dans un restaurant du quartier branché de Neukölln en mars dernier, expliquant que sur quatre serveurs, aucun n’avait été capable de prendre sa commande en allemand. Tout simplement car ils ne parlaient qu’anglais.

«Vous ne devriez pas être ostracisé de la vie berlinoise juste car vous ne parlez pas bien anglais», s’était-il offusqué.

Jens Spahn, l’un des leader du CDU, le parti d’Angela Merkel, a ravivé la polémique et donné une voix à la contestation berlinoise. Au cours d’une interview accordée au journal Neue Osnabrüker Zeitung le 13 août 2017, il a pointé du doigt les restaurants exclusivement anglophones:

«Ça me fait grimper aux murs lorsque certains serveurs, dans des restaurants berlinois, ne parlent qu’anglais. (...) On ne verrait jamais quelque chose d’aussi fou à Paris.»

Effectivement, avec des Français classés derniers au classement européen des pays maîtrisant l’anglais, un tel problème ne risque pas de se poser de sitôt dans les bistrots parisiens...

«Berlin est aussi une ville qui parle anglais»

L’homme politique a ajouté que la coexistence pacifique entre la population native et les nouveaux arrivants reposait sur le fait que tout le monde sache parler la langue du pays. «C’est quelque chose que l’on attend de tous les immigrants», a-t-il ajouté.

L’utilisation croissante de l’anglais dans les magasins et les restaurants de certains quartiers branchés de Berlin a quand même ses adeptes. Selon le Guardian, Ramona Pop, politicienne membre du Parti écologique, a déploré que «beaucoup de gens» n’aient pas compris que «Berlin est aussi une ville qui parle anglais», au-delà d’être la capitale de l’Allemagne. Le fait que le bilinguisme progresse lui donne selon elle une longueur d’avance sur Paris. «Si une ville ouverte et internationale veut attirer les jeunes entrepreneurs urbains, c’est un plus.»

Newsletters

Les clés pour comprendre les primaires américaines

Les clés pour comprendre les primaires américaines

Lundi 3 février aura lieu le caucus de l'Iowa, coup d'envoi de la primaire démocrate. Par la suite, la séquence verra se dérouler des scrutins dans chaque État du pays jusqu'en juin, après quoi, lors de la convention nationale du parti prévue en...

Comment la Chine gère la crise sanitaire liée au coronavirus

Comment la Chine gère la crise sanitaire liée au coronavirus

Le premier réflexe des autorités a été de cacher l'apparition de ce mal qui ne portait pas encore le nom de coronavirus. Le pouvoir est désormais mobilisé au maximum et veut le faire savoir.

En ville, les Britanniques ont 25 fois plus de risques de mourir de la pollution que d'un accident de la route

En ville, les Britanniques ont 25 fois plus de risques de mourir de la pollution que d'un accident de la route

Le problème est également de taille en France, où l'on dénombre 48.000 morts prématurées par an dues à la pollution.

Newsletters