Monde

Forcer les barrages de manifestants: un fantasme d'une partie de l'extrême droite américaine

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 16.08.2017 à 17 h 00

Repéré sur Slate.com, Slate.com

«Renversez-les» est un slogan anti-Black Lives Matter populaire, au sein de certains milieux.

À Charlottesville, aux États-Unis, le 12 août 2017. PAUL J. RICHARDS / AFP

À Charlottesville, aux États-Unis, le 12 août 2017. PAUL J. RICHARDS / AFP

Une femme est morte, ce samedi 12 août quand un homme a foncé dans une foule de contre-manifestants, à Charlottesville, en Virginie, aux États-Unis. L'homme a été arrêté, et inculpé de meurtre, de violences volontaires ayant causé des blessures et de délit de fuite.  En Europe, ce type d'attentat rappelle ceux de terroristes se revendiquant de l'État islamique, mais sur Slate.com, Henry Grabar note que depuis quelques mois et notamment depuis le début du mouvement Black Lives Matter, renverser des manifestants est un «vieux fantasme de la droite».

«“Renversez-les” est un slogan anti-BLM populaire, comme ce Tumblr de l'historien Liam Hogan le montre bien. [...] Cet attentat emprunte peut-être ses tactiques aux attentats de l'EI en Europe. Mais en tant qu'idée, elle doit beaucoup aux conducteurs qui ont forcé des barrages de manifestants BLM au cours des trois dernières années, aux blagues et aux mèmes qui ont légitimé cette réponse (surtout quand cela vient d'agents de police), et aux législateurs qui ont tenté de faire que quoi que ce soit d'autre que s'arrêter devant ces manifestants soit un type de conduite défendable.»

Slate.com explique notamment comment ce qui est une blague pour certains est très réel pour d'autres. Plusieurs conducteurs ont menacé ou ont effectivement renversé des manifestants qui bloquent les routes. Et certains législateurs dans divers États ont tenté d'offrir une immunité aux conducteurs qui renverseraient des piétons «de façon non-intentionnelle».

«Dans le Tennessee, comme partout ailleurs, cela a échoué. Mais c'est un rappel que lors de confrontations entre manifestants et conducteurs, de nombreux Américains veulent consolider les droits des conducteurs, même si cela signifie qu'ils ne seront pas responsables du carnage qu'ils peuvent causer avec leurs voitures.»

«Peut-être que des gens ne devraient pas bloquer la route»

En janvier dernier, le site conservateur The Daily Caller avait publié sur Facebook une compilation de barrages de manifestants forcés par des voitures (allant parfois très vite), le tout sur une reprise folk de «Move Bitch» de Ludacris. 20.000 likes et huit mois plus tard, The Daily Caller, (comme Fox Nation qui avait repris la vidéo sur son compte Facebook), a supprimé son post, à la lumière du drame qui vient de se dérouler. Reste que tout le monde n'a pas eu la même réaction.

«Après que l'on a appris qu'une personne était morte à Charlottesville dans la contre-manifestation, un agent de police du Massachussetts a commenté sur Facebook: “Hahahaha, j'adore. Peut-être que des gens ne devraient pas bloquer la route.”»

Dans la vidéo tournée pour Vice à Charlottesville ce week-end, Christopher Cantwell, un des propagandistes de l'alt-right, trouve également la mort de la manifestante justifiée, le conducteur étant, selon lui, sous pression des manifestants.   

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte