Science & santéMonde

On n'a même plus besoin de phénomènes climatiques pour battre des records de chaleur

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 16.08.2017 à 13 h 55

Repéré sur Mashable, Gizmodo

Surprise: juillet 2017 était le mois le plus chaud jamais enregistré sur Terre (à égalité avec juillet 2016).

À Llaman Beach, près de Himare, en Albanie, le 13 août 2017. Gent SHKULLAKU / AFP

À Llaman Beach, près de Himare, en Albanie, le 13 août 2017. Gent SHKULLAKU / AFP

C'est officiel: juillet 2017 a rejoint juillet 2016 en tête des mois les plus chauds jamais enregistrés sur Terre. La Nasa vient de publier ses dernières données ce 15 août, et annonce que ce dernier mois est donc le plus chaud enregistré depuis 137 ans.

«Juillet dernier a été plus chaud d'environ 0,83 degré Celsius comparé aux mois de juillet sur la période allant de 1951 à 1980. Seul juillet 2016 a montré une température moyenne aussi élevée (+0,82 degré Celsius sur la même période), et tous les autres mois de juillet étaient au moins un dixième de degré plus frais.»

Un peu plus inquiétant encore, rapporte Mashable: ce mois a été exceptionnellement chaud sans cependant bénéficier d'un phénomène climatique naturel, comme El Niño, «qui aide à augmenter les températures moyennes à la surface du globe».

«Un fort El Niño, combiné à un réchauffement climatique dû à l'homme, a aidé à faire de 2016 l'année record en matière de températures, depuis que des thermomètres fiables ont commencé à les mesurer, en 1880.»

De l'Amérique du Nord à la Chine en passant par l'Europe

Juillet est généralement le mois le plus chaud de l'année sur la planète. Le site américain rappelle que c'est à ce moment-là que l'on trouve généralement des «vagues de chaleur, des incendies, et des déluges, tous liés d'une façon ou d'une autre au réchauffement climatique».

«Cette année n'a pas été une exception avec des incendies qui ont brûlé un demi-million d'hectares en Colombie-Britannique, au Canada, et d'autres qui se sont déclenchés au milieu de vagues de chaleur, en Espagne, en Italie et d'autres parties du sud de l'Europe. Une grosse vague de chaleur prolongée a été si terrible qu'elle a été surnommé “Lucifer”. L'Espagne, la France, la Serbie, la Roumanie et la Croatie ont particulièrement été touchées.»

Et l'Europe et l'Amérique ne sont pas les seules concernées. Shanghai a notamment battu son record de chaleur, le 21 juillet.

Si ces données sont pour l'instant préliminaires, et pourraient être amenées à changer, Gizmodo précise néanmoins que sur Twitter, un scientifique spécialiste de ces questions a «tweeté ce que les données déjà disponibles prédisent qu'il y a 77% de chance que 2017 dispute à 2016 son titre d'année la plus chaude jamais enregistrée».

Sans doute l'un des plus tristes des duels à distance que l'on connaisse.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte