Histoire / Monde

Comment un film antifasciste de 1947 a refait surface après Charlottesville

Temps de lecture : 2 min

Une scène du film fait écho au climat actuel des États-Unis après le rassemblement meurtrier de ce week-end.

Depuis le rassemblement meurtrier de la droite suprémaciste à Charlottesville, en Virginie, samedi 12 août, un vieux film a été partagé plus de 130.000 fois sur Twitter, raconte le Guardian.

Diffusé par le département américain de la guerre en 1947, Don't Be a Sucker [Ne soyez pas un pigeon] avait pour but de mettre en garde contre le fascisme. On y voit notamment un homme sur une scène installée dans une rue se présentant comme un «Américain-américain» et se lamentant devant un public attentif. Selon lui, les Afro-Américains et les «étrangers» «prennent les emplois qui appartiennent à vous et moi».

Dans le public, un homme à l'accent européen réagit:

«J'avais entendu ce genre propos auparavant mais je ne m'attendais pas à l'entendre en Amérique.»

Son voisin semble cependant partager le discours, mais il s'offusque finalement quand l'homme sur la scène évoque les massons comme faisant partie du problème. «C'est quoi le problème avec les massons, je suis un masson!», s'exclame-t-il.

L'homme à l'accent européen lui raconte alors être né en Hongrie mais avoir la nationalité américaine. Il lui explique aussi que le racisme et la démagogie ont permis aux Nazis de prendre le pouvoir en Allemagne avant de le mettre en garde contre les risques d'une situation similaire en Amérique avec la montée du nationalisme blanc.

Le film de 17 minutes a été largement partagé sur les réseaux sociaux dimanche 13 août car «les gens ont fait le parallèle entre la scène représentée dans le film et le climat actuel aux États-Unis», précise le quotidien britannique. La force du film est là, termine Boing Boing: «il souligne que les Américains perdront leur pays si ils se laissent devenir des "pigeons" par les forces du fanatisme et de la haine».

Slate.fr

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Newsletters