Monde

Un site d'opposition annonce la mort d'un neveu de Moussavi dans les manifestations

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs personnes ont été tuées dans une nouvelle série de manifestations, dimanche en Iran. Au moins quatre, selon la police iranienne qui dément que ces décès soient victimes de la répression policière. Dans un communiqué, le Quai d'Orsay exprime «sa grande anxiété» et avance un bilan «d'au moins» huit morts. Selon Le Parisien citant le site de l'opposition Parlemannews.ir, Seyyed Ali Moussavi, âgé de 35 ans, «a été atteint ce midi d'une balle à la poitrine place Enghelab (NDLR: dans le centre de Téhéran) et est mort après avoir été transféré à l'hôpital Ibn Sina». Il est le neveu de Mir Hossein Moussavi, le principal adversaire du chef de l'Etat à la présidentielle très controversée du 12 juin dernier, qui n'a cessé de crier à la fraude électorale.

Le Parisien a repéré plusieurs vidéos postées samedi sur Youtube, tournées par des manifestants ou des touristes. La première semble émaner de touristes japonais. La seconde est de provenance indéterminée.

Regardez les vidéos

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters