Monde

Pour le conseiller évangélique de Trump, «Dieu lui a donné toute autorité pour tuer Kim Jong-un»

Temps de lecture : 2 min

Robert Jeffress s'est fendu d'un communiqué inquiétant.

Le pasteur Robert Jeffress, présente Donald Trump lors d'un concert au Centre John F. Kennedy. Washington, DC. 1er juillet 2017. Mandel Ngan/ AFP
Le pasteur Robert Jeffress, présente Donald Trump lors d'un concert au Centre John F. Kennedy. Washington, DC. 1er juillet 2017. Mandel Ngan/ AFP

Après que Donald Trump a promis de répondre aux multiples provocations de Pyongyang par «le feu et la fureur tels que le monde n'en a jamais vu», son conseiller évangélique Robert Jeffress a remis une pièce dans l'escalade verbale qui oppose le régime nord-coréen et la Maison-Blanche. Connu pour ses déclarations sur les origines sataniques du mormonisme, il s'est fendu d'un communiqué particulièrement emporté, rapportent nos confrères américains de Slate.com:

«Dieu a donné aux dirigeants le pouvoir d'user de tous les moyens, y compris la guerre, pour empêcher le triomphe du mal, peut-on y lire. Pour ce qui est de la Corée du Nord, Dieu a donné à Trump toute autorité pour tuer Kim Jong-un», a-t-il admis.

Une interprétation tendancieuse

Robert Jeffress s'est appuyé sur un passage «sans équivoque» du chapitre 13 du livre des Romains. «Lorsqu'il s'agit du sort à réserver aux malfaiteurs, dans la Bible, le livre des Romains est très formel», martèle ce pasteur d'une mégachurchienne baptiste du Sud à Dallas, omettant de préciser que juste avant le texte sacré critique ceux qui répondraient au mal par le mal. Ce passage rappelle que les dirigeants sont «les serviteurs de Dieu pour exécuter la colère contre le malfaiteur», précise-t-il.

Pour Slate.com, une chose est de dénoncer le régime totalitaire nord-coréen qui bafoue la liberté religieuse et les droits de l'homme, une autre est de pousser la Maison-Blanche à s'engager dans une aventure périlleuse à travers une interprétation d'un texte biblique hors contexte. «Qu'est-ce qui est plus effrayant? Un homme instable qui joue avec l'arme nucléaire ou le fou qui affirme que Dieu lui-même lui a donné l'autorisation d'appuyer sur le gros bouton», s'interroge la journaliste Ruth Graham.

Contrairement au positionnement va-t-en-guerre de Robert Jeffress, la communauté chrétienne a longtemps été à la pointe de la lutte contre le nucléaire. Le magazine américain rappelle que l'évangéliste Billy Graham, un conseiller spirituel influent des présidents américains depuis Harry Truman, avait aussi appelé à mettre fin à la course au nucléaire.

Slate.fr

Newsletters

«La fille qui a confectionné ces costumes de zombies rêve de vivre de ça»

«La fille qui a confectionné ces costumes de zombies rêve de vivre de ça»

Depuis quatre ans, Boris Leist parcourt l'Allemagne pour photographier des personnages de jeux de rôle grandeur nature. Ils seraient entre 60 et 70.000 joueurs et joueuses dans ce pays. Ses images seront rassemblées dans un livre, LARP, qui...

L'histoire du premier Japonais en Amérique

L'histoire du premier Japonais en Amérique

Il a transformé les relations entre le Japon et les États-Unis.

L'affaire Benalla, «premier vrai bug politique de la présidence Macron»

L'affaire Benalla, «premier vrai bug politique de la présidence Macron»

Avant de se consacrer au sujet principal de l'émission politique sur France 24, ce jeudi 19 juillet 2018, à savoir le comportement de Donald Trump pendant et après le Sommet d'Helsinki, un tour de table sur ce qu'il convient maintenant d'appeler ...

Newsletters