Monde

Pour en finir avec le mythe de la dictature des minorités en Amérique

Claire Levenson, mis à jour le 21.08.2017 à 9 h 02

Les États-Unis sont vus comme le pays où on ne peut rien dire sans être accusé de racisme ou de sexisme. Mais c'est seulement en France qu'on peut être condamné, car le droit y punit les discours racistes.

Illustration © Margot de Balasy

Illustration © Margot de Balasy

Cet article est publié dans le cadre d'une série sur le politiquement correct

Dans un article du Monde de février 2016, la volonté du chorégraphe Benjamin Millepied de recruter plus de danseurs non blancs à l’Opéra de Paris était décrite de manière péjorative comme «du politiquement correct US». Au même moment, l’actrice Charlotte Rampling accusait le mouvement américain de boycott des Oscars –qui réclamait davantage d’acteurs et de réalisateurs noirs dans la sélection– d’être raciste anti-blanc, un commentaire qui lui a valu d’être louée comme pourfendeuse du «politiquement correct» dans les pages du magazine Causeur.

Comme le mouvement #OscarsSoWhite (Oscars trop blancs), il y a eu en France au même moment un boycott du festival de BD d’Angoulême, lorsqu’il s’est avéré qu’aucune femme ne figurait dans la sélection. Ce genre de protestation est inspiré d’un mode d’action typiquement américain, relativement nouveau en France, et encore une fois, il a été qualifié de politiquement correct, comme ici dans Paris Match:

«L'an passé, la Franco-iranienne Marjane Satrapi  figurait dans la liste des nominés du Festival. Fallait-il la laisser dans la liste, pour rester dans le politiquement correct?»

Dans le discours politique et médiatique français, l’expression politiquement correct est utilisée pour décrire la volonté d’accommoder, de manière jugée excessive, les personnes qui ne sont pas des hommes hétérosexuels blancs, soit en prenant des mesures pro-diversité, soit en poliçant le langage et en évitant certains sujets qui fâchent. En général, cette façon de penser est vue comme un import américain incompatible avec la société française.

En septembre 2015 dans le Grand Journal, l’avocat Éric Dupond-Moretti évoquait le débat sur l’élimination du terme mademoiselle comme un signe que «le politiquement correct est en train de bouffer notre société qui est devenue puritaine, hygiéniste et moralisatrice». Et quand la présentatrice Maïtena Biraben lui demandait ce qui nourrissait ce genre de «bêtise totalitaire», il avait répondu : «Une vague hygiéniste venue des États-Unis.»

L'épouvantail américain

Dans le domaine du féminisme et de l’antiracisme, les États-Unis sont souvent représentés comme le pays de tous les excès, l’endroit où on ne peut plus rien dire ou faire sans provoquer les foudres des féministes et des antiracistes hyper-moralisateurs.

Sans vouloir nier certains excès américains, ce tableau est caricaturé en France, et l’épouvantail du politiquement correct américain est utilisé pour discréditer certaines formes de multiculturalisme et de féminisme.

En 2011, un article du magazine Elle faisait une synthèse des répercussions de l’arrestation et de la relaxe de Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel de New York. Les deux journalistes expliquent que les associations féministes en ont profité pour parler du sexisme ordinaire en France, mais concluent qu’il ne faut tout de même pas aller trop loin dans l’autocritique:

«Un peuple machiste, une culture féodale du droit de cuissage… voilà, au lendemain de l’affaire DSK, l’image qu’on pouvait avoir de la France, accusée par les médias américains d’être un “pays de pervers”. De là à ce que le politiquement correct imprègne désormais nos mœurs?»

Ce genre de raccourci est assez courant: le politiquement correct américain, c’est une société où l'on vous fait un procès à la moindre blague ou au moindre regard déplacé. Le climat aux États-Unis serait devenu intolérable. Impossible de rien dire à une femme sans se voir accusé de sexisme, voire pire, d’être poursuivi en justice pour harcèlement sexuel. La réalité du droit américain est en fait plus complexe : pour prouver le harcèlement, il faut montrer au tribunal que la répétition de certaines remarques et attitudes ont créé un «environnement hostile».

Dans son ouvrage L’identité malheureuse, Alain Finkielkraut s’inquiétait ainsi de l’arrivée en France du féminisme américain après l’affaire DSK:

«Les féministes françaises ont repris à leur compte la mercuriale américaine. La presse, très vite, a fait chorus. Ses éditorialistes, de gauche comme de droite, ont appelé à un examen de conscience général et même à une véritable révolution des mentalités. Et le législateur les a entendus. Pour ne laisser passer aucune conduite litigieuse, il a resserré les mailles du filet en décrétant qu’une pression même non répétée “dans le but d’obtenir un acte de nature sexuelle” constituait désormais un délit. Ainsi cet oxymore – un harcèlement qui n’insiste pas – faisait-il majestueusement son entrée dans le droit positif.»

Sauf que sa critique est absurde. Le nouveau texte vise simplement à pénaliser des cas graves de chantage sexuel, par exemple lors d’un entretien d’embauche, ou l’attribution d’un logement, d’une promotion.

«Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user d’ordres, de menaces, de contraintes ou de toute autre forme de pression grave, dans le but réel ou apparent d’obtenir tout acte de nature sexuelle», indique le texte.

Mais pour certains conservateurs, «policer» ainsi les rapports homme femme est déjà un pas de trop vers le politiquement correct américain.

Les quotas? Interdits aux États-Unis depuis 1978

La même tactique vaut en général pour décrédibiliser toute mesure de type affirmative action, ou discrimination positive. Dans les débats sur le boycott des Oscars ou du festival d’Angoulême, deux modèles sont mis dos à dos de manière implicite: d’un côté, un modèle américain qui sacrifierait la méritocratie pour automatiquement placer un «quota» de minorités –noirs, femmes, homosexuels– pour se donner bonne conscience. Une stratégie souvent accusée de renforcer les divisions au sein de la société. De l’autre, un modèle républicain français qui refuserait de séparer les gens en fonction de leur couleur de peau, genre ou orientation sexuelle et récompenserait le talent de manière purement objective.

La question de l’affirmative action est pourtant plus complexe: la politique de quotas raciaux dans les universités est illégale aux États-Unis depuis 1978. Ce qui est légal actuellement à l’université, c’est d’avoir des objectifs de diversité, c’est-à-dire de prendre en compte l’origine ethnique parmi d’autres facteurs de sélection, mais il n’y a pas de pourcentage minimum requis. Si les militants –comme ceux qui boycottent les Oscars– ont des demandes en ce qui concerne la représentativité, cela ne veut absolument pas dire que ce genre de mesure est appliquée dans les institutions américaines.

À l’universalisme français, on oppose ce qui est vu comme l’obsession des questions raciales et féministes aux États-Unis, une opposition qui a émergé dès les années 1990, peu après l’apparition des mouvements dits politiquement correct dans certains campus américains.

Les militants avaient alors trois types de revendications : la discrimination positive, la pénalisation des discours racistes ou sexistes et davantage d'auteurs non-blancs au programme. Certaines de ces demandes étaient raisonnables et intéressantes mais la presse française s’est d’emblée concentrée sur les excès et les extrémistes du mouvement.

«Aux États-Unis,
 il y a eu débat contradictoire, alors qu'en
 France il y a eu condamnation a priori», résume l’historienne Marie-Christine Granjon dans un article de 1994 (Le regard en biais).

Dans un numéro de L’Événement du Jeudi en 1991, on pouvait par exemple lire un article intitulé: «Puritanisme, ultra-féminisme, atteintes à la vie privée, crispations morales: Amérique , la dictature des minorités.» Le philosophe Luc Ferry avait même ridiculisé dans un article un dictionnaire officiel du politiquement correct, qui était en fait une parodie du mouvement faite par deux auteurs américains. Ferry se moquait de la définition de Pol Pot («individu moralement différent») sans voir qu’il s’agissait d’une blague, comme s’il était impossible que les Américains aient une certaine distance par rapport au phénomène.

À l’époque, la presse française avait beaucoup relayé sans le critiquer l’ouvrage sur le politiquement correct écrit par l’auteur ultraconservateur Dinesh D’Souza. Celui-ci a refait parler de lui récemment avec un livre et un film dans lesquels il explique que Barack Obama est un socialiste qui veut détruire l’Amérique car il a été influencé par les idées anticolonialistes et anticapitalistes de son père kenyan.

Pourtant, les journalistes français, de gauche comme de droite en avaient parlé sans distance critique. Le mouvement politiquement correct était résumé par le slogan d’une manifestation à l’université de Stanford: «hey hey ho ho western culture's got to go» (la culture occidentale doit disparaître). Pourtant, dans les détails, les revendications étaient plus modestes: il ne s’agissait pas pour les militants de demander l’élimination des grands classiques, mais simplement de rajouter des auteurs noirs, ou venant de pays non occidentaux.

Ce sont à peu près les mêmes angoisses face au multiculturalisme que l’on retrouve aujourd’hui, notamment chez des intellectuels comme Alain Finkielkraut, qui écrivait dans L’Identité malheureuse, pour critiquer la suppression de l’épreuve de culture générale à Sciences-po: «Et peu à peu s’efface, pour faire droit à la diversité, la contribution française à la diversité du monde.»

Comme L’Événement du Jeudi en 1991, Finkielkraut s’inquiète, plus de vingt ans après, de «la tyrannie des minorités» en France.

Zemmour serait-il condamné aux États-Unis?

Il y a pourtant quelque chose de paradoxal dans la critique française du politiquement correct américain. Les États-Unis sont vus comme le pays où on ne peut rien dire sans être accusé de racisme ou de sexisme. Accusé, mais pas condamné. Car c’est en France seulement que le droit punit les discours racistes. La loi de 1972 a créé le délit de provocation à la discrimination et à la haine raciale, et la loi Gayssot de 1990 pénalise le négationnisme.

En 2011, le chroniqueur Éric Zemmour a été condamné à 2.000 euros d’amende avec sursis pour avoir dit à la télévision: «la plupart des trafiquants sont noirs et arabes». À la sortie du tribunal, certains de ses fans protestaient avec des affiches: «politiquement correct, vérité bâillonnée.»

Même si ce genre de propos serait vigoureusement débattu aux États-Unis, il ne tomberait pas sous le coup de la loi, puisque le premier amendement de la Constitution protège tous les discours, même racistes, sauf ceux qui incitent directement à une action violente (et il faut une forte probabilité que cette violence se produise). Donald Trump a notamment pu dire en toute légalité en juin 2015:

«Quand le Mexique nous envoie ses gens, ils n'envoient pas les meilleurs éléments (…). Ils envoient ceux qui posent problème. Ils apportent avec eux la drogue. Ils apportent le crime. Ce sont des violeurs.»

En France, cette phrase pourrait être considérée comme de l’incitation à la discrimination, et entraîner en procès. Aux États-Unis, Trump a aussi été puni pour ses propos, mais pas de façon juridique. Plusieurs chaînes de télévision majeures, dont NBC, Univision et ESPN, ont suspendu leurs contrats avec Trump, et le grand magasin Macy’s a cessé de vendre sa collection de vêtements.

En France, il est plus socialement accepté de tenir certains propos qui seraient considérés comme racistes aux États-Unis, mais les lois y sont plus restrictives, alors que c’est l’inverse aux États-Unis, particulièrement dans certains contextes comme les campus. À propos des dessins satiriques de Charlie Hebdo, le journaliste du New York Times David Brooks avait écrit : «s’ils avaient voulu publier leur journal satirique dans n’importe quel campus américain ces vingt dernières, années, ça n’aurait pas tenu 30 secondes. Les associations étudiantes et de professeurs les auraient accusés d’incitation à la haine raciale.»

La simple façon dont les noirs et les arabes étaient représentés dans le journal –même au second degré– était considérée comme trop politiquement incorrecte dans certains contextes américains, alors que d’un point de vue juridique, des nationalistes blancs américains peuvent avoir des sites internet ouvertement racistes. Vu de France, les États-Unis sont, du point de vue de la liberté d’expression, le pays de toutes les contradictions.

D’un côté des universités, comme CUNY, peuvent décider de ne plus utiliser madame/monsieur dans leur correspondance par respect pour les personnes transgenres, mais de l'autre côté, une secte comme la Westboro Baptist Church a le droit de manifester à des enterrements de soldats avec des pancartes «Dieu déteste les pédés». D’un côté, des universités américaines créent des règlements pour interdire les déguisements potentiellement racistes, mais des néo-nazis peuvent avoir des publications antisémites en toute légalité. D’un côté, des médias comme le New York Times censurent des caricatures du prophète Mahomet pour ne pas heurter la sensibilité de leurs lecteurs, mais de l’autre, un candidat républicain comme Trump peut déclarer publiquement qu'il faut interdire les musulmans de venir sur le territoire américain.

Selon l’historien Denis Lacorne, cette complexité passe souvent à la trappe quand on parle en France du politiquement correct américain :

«On oublie que la liberté d'expression reste une liberté fondamentale aux États-Unis et qu'on a le droit de piétiner le drapeau ou de chahuter l'enterrement d'un mort au champ d'honneur au nom de la liberté d'expression, de même que fut autorisée par la Cour suprême une manifestation néo-nazie dans un quartier d'une banlieue juive de Chicago, toujours au nom de la liberté d'expression.»

Il faut donc bien faire la différence entre ce qui se passe dans certains campus progressistes, et ce qui est permis au regard du droit :

«C'est dans les campus que règne le principe des petites différences: tel déguisement, tel mot, tel slogan, telle image vont-ils heurter la sensibilité de mes voisins? C'est une question de civilité. Mais un tel vivre ensemble ne tient pas face aux principes constitutionnels de la liberté d'expression. Les étudiants et leurs conseillers inventent des codes de bonne conduite, qu'aucun tribunal, s'il était saisi, n'admettrait comme valable.»

Si les Français ne comprennent pas toujours le cocktail étrange entre politiquement correct dans les campus et défense radicale de la liberté d’expression, les Américains aussi sont perdus face au modèle français. Les médias américains étaient perplexes face au procès fait à Dieudonné pour avoir dit: «je me sens plutôt Charlie Coulibaly» (sans bien évidemment défendre le point de vue de l’humoriste.) Le journaliste Jon Stewart avait déclaré: «Arrêter quelqu’un pour avoir dit quelque chose quelques jours après une manifestation de soutien à la liberté d’expression – c’est un peu bizarre.»

Ces différences au niveau du droit tiennent à l’histoire des deux pays. Comme l’explique le politologue Erik Bleich, dans les années 1930 en Allemagne et en France, des publications violemment antisémites étaient autorisées à circuler et plus tard, des millions de Juifs ont été exterminés. C’est avec la prise en compte de cette mémoire que la lutte contre le racisme en France a été avant tout une lutte contre les discours de haine racistes. À l’inverse, aux États-Unis, les militants afro-américains au moment des luttes des droits civiques se sont plutôt battus pour des mesures contre les discriminations, mais pas pour la condamnation des discours.

Finkielkraut, Fox News, même combat?

Dans le Figaro, Alain Finkielkraut expliquait que le politiquement correct est «un antiracisme qui a perdu la tête». Mais toute la question reste de savoir quand cet antiracisme (ou ce féminisme) sont effectivement excessifs. Le seuil de l’excès varie énormément selon les points de vue.

Pour les conservateurs, par exemple quelqu’un comme Éric Zemmour en France, le politiquement correct fait que seuls les blancs et les hommes peuvent être critiqués, et qu’on n’a plus rien le droit de dire contre les minorités.

C’est également le discours de certains conservateurs américains. Fox News est par exemple tout à fait sur cette ligne. Après la fusillade de San Bernardino, le site de la chaîne a publié un article intitulé: «Comment le politiquement correct pourrait tous nous tuer». L’idée était que l’administration Obama, en refusant de parler de «terrorisme islamiste», ne protège pas les Américains de ce genre d’attaques.

On retrouve une accusation similaire en France, notamment dans la bouche de Marine Le Pen, qui reproche au gouvernement français de ne pas vraiment désigner l’ennemi islamiste par peur de choquer. Sauf que contrairement à Obama, qui ne dit vraiment pas les mots «terrorisme islamiste» pour dissocier la religion musulmane du terrorisme, François Hollande a dit en novembre 2015 que la France était en «guerre contre le terrorisme djihadiste» et Manuel Valls a dit en janvier 2015: «Il faut toujours dire les choses clairement: oui, la France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l'islamisme radical.»

D’un côté donc, on a des conservateurs qui manipulent la notion de politiquement correct pour donner l’impression qu’ils sont des héros anticonformistes. La journaliste Élisabeth Lévy déclarait par exemple dans Le Figaro que soutenir le mariage gay était tellement convenu que le réel courage était plutôt dans la contestation de ce droit. Aux États-Unis, cette aura de l’anti-politiquement correct est un des ressorts de la popularité de Donald Trump, dont les supporters disent souvent qu’ils aiment le fait qu’il n’a pas peur de dire les choses comme elles sont.

À l’autre extrémité du spectre, on a des militants américains qui veulent censurer tout ce qu’ils jugent trop excluant, et la liste des phénomènes s’allonge de manière un peu absurde. À l’université de Mount Holyoke, des étudiantes ont récemment fait annuler la pièce Les Monologues du vagin sous prétexte qu’elle excluait l’expérience des personnes transgenres, et des étudiants de Yale ont manifesté et demandé la démission d’une professeur parce qu’elle avait écrit que se déguiser en mexicain quand on est blanc n’était pas nécessairement raciste.

Mais contrairement à ce que disent les conservateurs français, on retrouve peu ce genre de réactions extrêmes en France. Ce qui a été inspiré des États-Unis, c’est une manière de réfléchir à la façon dont on parle des minorités et des femmes.

Tentation de censure

Par exemple, quand la journaliste Rokhaya Diallo écrit sur la façon dont les femmes politiques non blanches sont exotisées dans la presse –Fleur Pellerin comparée à une «geisha», Najat Vallaud-Belkacem à une «gazelle»– le commentaire est intéressant et révèle un réel problème dans le discours sur les minorités. Pourtant, pour certains, ce genre d’analyse serait déjà trop politiquement correct (on n’a plus rien le droit de dire!).

Il y a aussi en France des campagnes sur Twitter telle que «si les noirs parlaient comme les blancs», qui s’inspirent des discussions américaines sur les micro-agressions, mais il s’agit là aussi d’une réflexion légitime.

Certaines de ces campagnes sur les réseaux sociaux en France se rapprochent peut être plus des excès américains, comme le mouvement autour du hashtag #Liberacisme, très virulent contre le quotidien Libération, sommé de licencier le journaliste Luc le Vaillant après sa chronique «La Femme Voilée du Métro».

Du stade de la discussion critique, on passait à une tentative de censure. Un phénomène qui ressemble plus aux excès du politiquement correct aux États-Unis, comme ceux décrit dans Slate.com par le journaliste Bryan Lowder qui a été accusé d’être un horrible transphobe à la suite d’un article dans lequel il avait remis en question l’intérêt de l’utilisation d’un pronom neutre comme «ze» ou «they» pour éviter la catégorisation binaire il ou elle.

Dans cette discussion sur le politiquement correct, l’essentiel est de garder le sens des proportions: aux États-Unis, ce genre de réaction se limite à certains contextes, notamment les campus et les réseaux sociaux, et ce genre de militantisme est encore moins influent en France. On est encore bien loin de cette dictature des minorités fantasmée par les conservateurs.

Claire Levenson
Claire Levenson (140 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte