Science & santéDouble X

Non, personne n'a écrit de manifeste à Google disant que les femmes ne sont pas faites pour l'informatique

Peggy Sastre, mis à jour le 08.08.2017 à 11 h 46

Et le faire croire ne fait que prouver le propos du mémo «incriminé».

Facepalm | PROjazbeck Suivre via Flickr CC License by

Facepalm | PROjazbeck Suivre via Flickr CC License by

Imaginez. Vous avez sué sang et eau sur un projet. Un texte, par exemple. Vous aviez beaucoup de choses à dire et votre sujet vous tenait particulièrement à cœur, mais vous vous êtes donné un mal de chien pour être concis. Pour choisir vos mots, vos formules. Étayer vos propos avec de nombreuses sources faisant autorité dans leur domaine. Lisser au maximum les ambiguïtés, insister sur les points les plus susceptibles de prêter à confusion.

Imaginez. Vous êtes ingénieur chez Google. Vous avez voulu écrire ce texte pour ouvrir un débat avec vos collègues et votre hiérarchie. Permettre une «discussion honnête» sur l'état de votre environnement de travail. Montrer comment le «politiquement correct» poussé à ses extrêmes, notamment dans ses entraves à la liberté d'expression et d'opinion, nuit à sa «sécurité psychologique». Comment votre entreprise se transforme en chambre d'écho où certains sont forcés au silence, au risque d'être humiliés, ostracisés, stigmatisés. Autant de valeurs et de pratiques autoritaires contraires à ce qui a pu faire la force et la réputation de votre employeur.

«J'attache beaucoup d'importance à la diversité et à l'inclusion»

Comme vous êtes bien placé pour savoir que votre article risque d'en «indigner» plus d'un sur les réseaux sociaux, que vous connaissez mieux que personne ce pouvoir de nuisance et que la poursuite de votre carrière pourrait accessoirement en dépendre, vous n'y allez pas par quatre chemins. Dès la première phrase, du premier paragraphe, vous précisez:

«J'attache beaucoup d'importance à la diversité et à l'inclusion, et je ne nie pas l'existence du sexisme, comme je ne promeus pas le recours aux stéréotypes.»

Une dizaine de lignes plus loin, pour conclure le résumé de votre article, vous écrivez:

«Les différences de distribution de certains traits entre hommes et femmes pourraient partiellement expliquer pourquoi nous n'avons pas 50% de représentation féminine dans les secteurs techniques et aux postes de direction. Avoir recours à la discrimination pour atteindre une représentation égale est injuste, clivant et commercialement préjudiciable.»

À la fin de votre texte, soit quelque sept pages et 20.000 signes plus bas, vous rajoutez une ultime couche: «Je ne dis pas que la diversité est une mauvaise chose, que Google ou que la société est 100% juste, que nous ne devrions pas chercher à corriger des biais existants ou que les minorités ont un vécu similaire à ceux faisant partie de la majorité. Ce que je veux avant tout souligner, c'est que nous sommes allergiques aux idées et aux faits qui ne cadrent pas avec une certaine idéologie. Je veux pas non plus dire que nous devrions limiter les gens à certains rôles du fait de leur sexe. En réalité, je défends l'inverse: traitez les gens comme des individus, pas comme un énième membre de leur communauté (tribalisme)».

«Quand un ingénieur Google défend la domination masculine dans la tech»

Des précautions qui compteront malheureusement pour des cacahuètes, car à voir les articles qui se multiplient depuis samedi et la révélation dans la presse américaine de ce mémo, on se dit que le nombre d'individus outragés par ce texte est inversement proportionnel à ceux qui se sont donné la peine de le lire. Ci-dessous un petit florilège du «traitement médiatique» qui lui a été réservé:

«Exclusif: voici l'intégralité du laïus anti-diversité de 10 pages circulant en interne chez Google» Gizmodo

(Une «intégralité» étrangement privée des liens et des graphiques présents originellement dans le texte)

«Un ingénieur de Google a écrit que les femmes pourraient être génétiquement inaptes aux emplois techniques. Des femmes lui répondent» Washington Post

«Un ingénieur de Google a écrit un manifeste anti-diversité et des employés sont furieux» Business Insider

La presse française n'est pas en reste:

«Controversé et un peu gênant: le manifeste antidiversité qui circulait à Google» (Le Monde)

«Google au centre de la polémique après une lettre particulièrement sexiste de l'un de ses ingénieurs» (Le Huffington Post)

«Polémique chez Google après la diffusion d’une note sexiste» (Les Échos)

(Son url est encore pire: «Quand un ingénieur Google défend la domination masculine dans la tech»)

«Sexisme chez Google: “C’est biologique, les femmes ne sont pas faites pour l’informatique”» (Paris Match)

(Malgré les guillemets, la citation n'est jamais dans le mémo)

Et autant balayer devant sa porte en faisant remarquer que chez Slate, nous appuyant sur la lecture qui en avait été faite sur Motherboard et Gizmodo, nous évoquions également dans un premier temps un «manifeste anti-diversité» dans notre propre compte-rendu de l'événement avant de corriger le tir et d'en nuancer très largement le propos. Et encore, le sous-titre qu'il en reste –«Il justifie notamment les inégalités de statuts hommes-femmes au sein de l'entreprise par des différences biologiques»– n'est pas complètement honnête.

(Parce qu'expliquer n'est pas justifier)

Soit une belle démonstration du sophisme de l'homme de paille, sans doute plus connu dans sa variante moraliste: qui veut tuer son chien l'accuse de la rage.

Des tendances sexuées scientifiquement attestées

 

Le canidé à zigouiller ici, c'est l'idée voulant que la discrimination positive en vue de la parité n'est pas à même de résoudre le problème du «sexisme dans la Silicon Valley» parce qu'un quota de 50% de femmes dans les secteurs informatiques les plus techniques n'est pas réaliste. Et s'il n'est pas réaliste, c'est qu'il est contraire aux observations et aux conclusions de milliers d'études en sciences cognitives et comportementales (en autres) nous disant qu'il existe un certain nombre de différences moyennes entre hommes et femmes, pris en tant que groupes, sur beaucoup de facteurs influant les choix et les orientations de carrière.

Et qu'arriver à 50% de femmes dans ces mêmes secteurs équivaudra bon an mal à an à forcer un tas de gens à faire ce dont ils n'ont pas envie, tout en empêchant un tas d'autres de poursuivre leurs rêves les plus chers. Ce qui, pour le dire poliment, n'est pas vraiment compatible avec les valeurs progressistes de Google ou même de nos démocraties libérales.

Ce qui ne veut pas dire que les femmes ne sont pas faites pour l’informatique (ou que les hommes sont «naturellement» doués pour ça). Tout ce qu'avance le #googlememo, c'est l'existence scientifiquement attestée de tendances sexuées stables et culturellement universelles qui, comme toutes vérités statistiques, ne prédisent absolument rien des aptitudes de tel ou tel individu, quel que soit son sexe. Ces tendances permettent tout simplement d'expliquer, par exemple, pourquoi 20% des diplômés en sciences informatiques sont des femmes et 80% des hommes et, surtout, de les expliquer mieux que «c'est la faute au patriarcat». Ce qui n'a absolument rien de «sexiste», c'est-à-dire de fondamentalement dépréciateur pour les femmes. (De la même manière que, si vous tombez, «la gravité» est une meilleure explication à votre chute que «votre voisin vous a jeté un sort», sans que personne ne se réjouisse pour autant du mal que vous avez pu vous faire en tombant).

La réincarnation d'Hitler, vraiment?

 

L'idée choque, bien sûr, ce que prouvent les réactions sur les réseaux sociaux ou dans l'entourage professionnel de l'auteur du mémo, vu comme la réincarnation d'Adolf Hitler ou de Marc Lépinele tueur de l'école polytechnique de Montréal en 1989. (Je ne pense pas que l'un comme l'autre aurait pu écrire «Lorsque nous admettons que toutes les différences ne sont pas socialement construites ni dues aux discriminations, nous ouvrons nos yeux sur une conception plus précise de la condition humaine, ce qui est nécessaire si nous voulons réellement résoudre des problèmes», mais qui suis-je pour juger?). Sauf que l'indignation que peut provoquer une idée n'a jamais été suffisante pour prouver sa fausseté. Comme d'ailleurs toute impression subjective, tout «ressenti» que peut susciter un phénomène. En réalité, c'est même statistiquement l'inverse, vu que notre cerveau n'est spontanément pas une bonne caisse enregistreuse.

Par contre, notre bonne vieille cervelle n'est jamais aussi forte que lorsqu'il s'agit de crier au loup (ou au chien enragé), pour cancaner «il n'y a pas de fumée sans feu» et ne se jamais se bouger le cul pour aller vérifier. Pourrir la réputation de quelqu'un en l'accusant de torts imaginaires est encore la meilleure façon de l'empêcher de se faire entendre. Les Giordano Bruno, les Galilée ou les Mandelstam de notre longue et pénible histoire peuvent en témoigner.

Mais je m'égare avec ces comparaisons, il n'y a pas ce genre de chasse aux sorcières ou de procès de Moscou chez Google. Ou alors cela voudrait dire que cet infâme mémo est entièrement vrai. On peut se demander ce qu'en pense désormais son auteur, James Damore, qui vient d'être licencié par Google pour «non respect de son code de conduite» et «perpétuation de stéréotypes genrés».

Peggy Sastre
Peggy Sastre (30 articles)
Auteur et traductrice
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte