Sciences

Sur Neptune, une tempête surprise d'une taille proche de celle de la Terre

Temps de lecture : 2 min

Les scientifiques ne s'attendaient pas à trouver un tel phénomène.

N. MOLTER/I. DE PATER, UC BERKELEY/C. ALVAREZ, W. M. KECK OBSERVATORY
N. MOLTER/I. DE PATER, UC BERKELEY/C. ALVAREZ, W. M. KECK OBSERVATORY

On savait que le vent souffle fort sur Neptune. On n'imaginait pas que cela pouvait atteindre «un système de tempête de près de la taille de la Terre», comme le rapporte le communiqué de l'observatoire de Keck situé à Hawaï. Cette découverte a surpris les scientifiques, alors qu'ils effectuaient au début de l'été un test à l'aube, explique Atlas Obscura.

Sur le site de l'université de Berkeley, Ned Molter, l'un des étudiants en astronomie qui était présent à ce moment-là raconte ce qu'il a pu observer:

«Voir une tempête si lumineuse à une altitude si peu élevée est extrêmement suprenant. D'habitude, cette zone est vraiment calme et l'on ne voit que quelques nuages lumineux au niveau des bandes de mi-latitude. Alors avoir un tel nuage juste au-dessus de l'équateur est spectaculaire.»

Jamais une tempête aussi énorme n'a été observée sur la planète au niveau de son équateur, explique National Geographic, qui rappelle qu'on les trouve plus près des pôles.

«Celle-ci est bizarre, parce qu'elle est immense, et que ce n'est pas sombre. Elle est lumineuse, et ces trucs lumineux sont probablement quelque chose comme des cirrus au-dessus d'un orage qui se trouve juste en dessous, explique Bryan Butler du National Radio Astronomy Observatory. Et il semble qu'il ne bouge pas depuis un mois ou presque maintenant.»

Au total, les scientifiques estiment que ce système mesure près de 9.000 kilomètres de longueur, un tiers de la taille du rayon de Neptune (mais aussi d'environ 3/4 de la taille de la Terre).

Contacté par National Geographic, Ned Molter explique qu'il va falloir désormais comprendre comment un tel nuage s'est formé et a pu rester au niveau de l'équateur.

«Puisqu'il est là depuis quelques semaines au moins, quelque chose doit faire qu'il tient en place.»

Une fois cette réponse obtenue, explique Atlas Obscura, on pourra tous se demander ce que la plus lointaine planète du système solaire (désolé Pluton) nous réserve pour la suite.

Slate.fr

Newsletters

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters