AllemagneHistoire

Comment résoudre le puzzle de papier géant laissé par la Stasi?

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 08.08.2017 à 10 h 57

Repéré sur Pacific Standard

Depuis vingt-sept ans, l’Agence des Archives de la Stasi essaie de reconstituer les millions de documents secrets déchirés et abandonnés par la police secrète d’Allemagne de l’Est.

Un employé de la Stasi tient des documents déchirés dans sa main, le 25 juin 2008, aux archives de la Stasi de Berlin. BARBARA SAX / AFP

Un employé de la Stasi tient des documents déchirés dans sa main, le 25 juin 2008, aux archives de la Stasi de Berlin. BARBARA SAX / AFP

Il n’y a pas d’activité qui résume mieux l’expression de «travail de fourmi» que celle des employés de l’Agence des Archives de la Stasi de Francfort, comme le raconte Pacific Standard dans ses colonnes du 7 août 2017.

De 1950 à 1990, le ministère de la Sécurité d’État –plus connu sous le nom de Stasi– surveillait les moindres pas des 17 millions d’habitants d'Allemagne de l'Est. Filatures, téléphones sur écoute, micros dans les maisons, espions traquant les dissidents politiques: toutes les informations recueillies par la Stasi finissaient compilées dans des millions de documents… papier.

Lorsque vint la chute de l’URSS et donc de sa police secrète, les employés de la Stasi ne sont pas parvenus à tout détruire. Aujourd’hui, 16.000 sacs d’environ 3.000 morceaux de papiers déchirés qui ne demandent qu’à être reconstitués subsistent.

Un travail de longue haleine

De la minutie et beaucoup de patience, c’est ce dont les employés de l’Agence des Archives de la Stasi ont besoin. Créée dès octobre 1990, cette agence fédérale entend reconstituer les millions de documents déchirés, précieux témoignages de la dictature communiste. «Tant que le papier n’a été déchiré que trois fois maximum, on peut le reconstituer», affirme Ruediger Sielaff, chef régional de l’AAS à Pacific Standard. Mais lorsque les documents «aussi petits que des ongles», impossible de les utiliser selon Jana Florczak, archiviste en chef.

Elke Kinzel, ancienne employée de l’agence, a passé vingt-cinq ans à reconstituer les archives de la Stasi. À elle seule, elle a résolu le puzzle de 37 sacs de documents. Aujourd’hui retraitée, elle revient régulièrement donner un coup de main. «Parfois, j’étais si absorbée que j’oubliais de rentrer chez moi», assure-t-elle.

Pour reconstruire les archives, elle sépare les pages en 5 sections: le coin haut à gauche, en haut à droite, en bas à gauche, en bas à droite et les morceaux du milieu. Puis elle les classe par type d'écriture et de couleur de papier. Une fois les feuilles reconstituées, elles sont archivées en fonction du lieu, du nom de l’espion et celui de la victime.

L’importance de reconstruire l’intégralité des documents

«Est-ce que la Stasi me suivait?» est la principale interrogation à laquelle l’Agence des Archives de la Stasi entend répondre. Depuis sa création, 7,12 millions de demandes lui ont été adressées, dont 3,2 millions provenant de citoyens qui pensaient avoir été espionnés. Malheureusement, l’agence ne trouve pas toujours les renseignements espérés par les demandeurs car «seulement» 1,5 millions de pages ont été reconstituées. Cinquante millions d’autres restent encore à re-former.

«Il y a encore tant à assembler. On ne peut pas savoir quand vont nous arriver certaines informations sur des personnes précises», explique Lisa Schumann, en charge d’étudier les demandes des personnes possiblement suivies par la Stasi.

Il faudra encore plusieurs décennies avant que la totalités des archives soient reconstituées, et que tous les Allemands puissent avoir accès à l’intégralité des documents, précieux pour la mémoire historique du pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte